Revenir à l’accueil de la rubrique

Industries extractives : la transparence enfin imposée par Bruxelles

11/04/2013

+ Cet article a été publié en avril 2013

Après plus d’un an de négociations, le Parlement européen, la Commission et les États membres de l’Union se sont mis d’accord sur un texte qui impose la transparence aux industries extractives.

© Elodie Perriot / SC Au Congo Brazzaville, les eaux sont polluées par l'extraction pétrolière. -  JPEG - 38.1 ko
© Elodie Perriot / SC
Au Congo Brazzaville, les eaux sont polluées par l’extraction pétrolière.

Un an et demi après le début des négociations, l’Europe s’est enfin mise d’accord mardi 9 avril pour faire échec à la corruption en imposant la transparence aux entreprises pétrolières, minières, gazières et forestières.

Le principe du texte est simple : les multinationales devront rendre publiques les sommes versées aux États dans lesquels elles extraient des ressources naturelles.

Grâce au lobbying des ONG, le seuil à partir duquel la transparence s’imposera a été fixé à 100 000 euros, au lieu des 500 000 voulus au départ par les Etats membres. Par ailleurs, le texte insiste sur la publication de la comptabilité des entreprises projet par projet et pas seulement pays par pays, comme le demandait Publiez ce que vous payez (PCQVP), un regroupement d’ONG dont fait partie le Secours Catholique qui lutte depuis dix ans contre la corruption endémique des États africains.

Pour Grégoire Niaudet, coordinateur de PCQVP en France, « cet accord est une réelle victoire pour la société civile qui exige depuis près de dix ans un droit de regard sur les sommes gigantesques que génèrent les industries extractives alors que les services essentiels de base comme la santé ou l’éducation font défaut dans les pays d’extraction ».

Les citoyens pourront désormais demander des comptes aux entreprises et aux gouvernements : combien rapportent vraiment les industries extractives ? Qui en bénéficie ? Jusqu’à présent, ce n’étaient en tout cas pas les millions de personnes vivant avec moins de 2 dollars par jour dans des pays pourtant riches en ressources naturelles.

M.B.

Voir aussi

Sur les mêmes thèmes

Laisser un commentaire


Un modérateur est susceptible de ne pas publier toute contribution qui ne serait pas en relation avec le thème de l’article, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi. Vous ne pouvez pas indiquer de lien vers des sites Web ni dépasser 800 caractères. Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression de vos contributions.
Une question ? Utilisez le formulaire de contact pour recevoir une réponse.

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • * Champs obligatoires

haut

Communiqués de presse icone

Industries extractives : une occasion manquée pour la transparence, une victoire pour les lobbies

L’Assemblée nationale a voté cet après-midi la loi qui introduit l’obligation pour les entreprises pétrolières, gazières, minières et forestières de (...)

Sommet Climat de New York : l’urgence climatique ne doit pas alimenter l’agrobusiness !

Le 23 septembre, Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations Unies réunira à New-York un Sommet sur le climat, où de nombreux chefs d’État sont (...)

30 organisations de la société civile appellent les députés à garantir la transparence dans les industries extractives et forestières

Communiqué de presse de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez et de la Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires.
Tous les communiqués de presse
haut

Nos reportages icone

Université d’été des jeunes du Secours Catholique à Saint-Malo

Plus de 100 jeunes étaient réunis du 28 au 31 août 2014 à (...)
© Ulrich Leboeuf/Secours Catholique

Diaporama sonore : sur les pas de saint Jacques de Compostelle

Marcher sur le chemin de saint Jacques de Compostelle, (...)