Revenir à l’accueil de la rubrique

Une journée pour la lutte contre le sida

01/12/2011

+ Cet article a été publié en décembre 2011

La crise économique mondiale fait sentir ses effets sur la lutte contre le sida, les pays ayant du mal à tenir leurs engagements financiers. Le Secours Catholique soutient de nombreux projets de lutte contre le sida.

© Ma Ning/Landov/Maxppp Manifestation de soutien à la lutte contre le sida à Berlin. -  JPEG - 46 ko
© Ma Ning/Landov/Maxppp
Manifestation de soutien à la lutte contre le sida à Berlin.

La journée mondiale de lutte contre le sida, jeudi 1er décembre, est marquée par la crise économique mondiale, a déploré Michel Kazatchkine, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, appelant les pays à tenir leurs engagements de financement.

« Ce qui caractérise malheureusement ce 1er décembre 2011, c’est le contexte économique et financier », a déclaré le Pr Kazatchkine dans un entretien accordé à TV5 Monde qui sera diffusé jeudi.

« Nous avions estimé l’année dernière, en 2010, qu’il nous fallait d’ici à 2013 entre 13 et 20 milliards de dollars. Nous en avons obtenu 11,5. De ces 11,5, avec les retraits qui se sont opérés dans les dernières semaines, ce n’est plus que 9,5 milliards que nous avons », a-t-il expliqué.

« Au plan financier, ces quelques milliards qu’il faut au Fonds mondial, ce n’est rien à côté des milliers de milliards que l’on trouve pour sauver des banques, ou qu’on trouve sur le marché financier tous les jours », a estimé le Pr Kazatchkine.

350 000 bébés infectés en Afrique

« Si on est contraint à ne plus pouvoir lancer de nouveaux programmes, jamais nous ne pourrons atteindre les objectifs ambitieux que le monde s’était fixés pour 2015 », a-t-il poursuivi, citant le fait d’éliminer la transmission du virus de la mère à l’enfant.

« Cette année, ce sont encore 350 000 bébés qui sont nés infectés par le virus du VIH en Afrique », a rappelé le directeur du Fonds dont le siège est à Genève.

Le VIH appauvrit les familles en Asie

Le virus du sida précipite les familles touchées en Asie dans une « pauvreté irréversible » en raison du coût élevé des traitements et de la marginalisation sociale frappant les malades, indique un rapport des Nations unies publié jeudi.

Le prix prohibitif des médicaments et la perte d’emploi ou la discrimination à l’embauche dues aux préjugés associés au sida/VIH (virus de l’immunodéficience humaine) entraînent un « déclin socio-économique rapide » pour des dizaines de milliers de foyers concernés, selon le directeur régional adjoint du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), Nicolas Rosellini.

Endettement et déscolarisation

Pour se procurer les traitements et payer les soins, les familles n’ont souvent pas d’autre choix que l’endettement et les enfants sont condamnés à grandir dans l’indigence, leur taux de déscolarisation étant très supérieur à la moyenne, révèle le rapport.

En Inde, en Indonésie et au Vietnam, les familles confrontées au sida dépensent trois fois plus que la moyenne en frais de santé, montre le rapport qui se base sur des données recueillies auprès de 17 000 foyers à travers l’Asie.

Les femmes et les filles sont davantage touchées par la maladie que les hommes, et ce de façon « disproportionnée », parce qu’elles sont plus vulnérables à l’infection et qu’elles ont un accès limité aux traitements. Sur le plan social, ce sont elles qui consentent les plus grands sacrifices pour s’occuper de leurs proches malades, souligne également le document.

La Birmanie, l’Inde, l’Indonésie, le Népal et la Thaïlande sont les pays les plus touchés par le sida en Asie.

Selon l’Onusida, 34 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde (2010), un chiffre record principalement dû à un meilleur accès au traitement qui a contribué à réduire le nombre de décès et nourrit l’espoir d’une possible fin de la pandémie.

L’appel du Vatican

Dans un message publié à l’occasion de la journée mondiale du sida, le Conseil pontifical de la santé a estimé que beaucoup des victimes de la maladie, aujourd’hui décédées, « auraient pu mener normalement leur existence » si elles avaient eu accès aux « thérapies pharmacologiques adaptées ».

Le message demande l’accès « universel » aux soins, par l’extension des thérapies « à tous les peuples et à toutes les couches de population ». Il souligne en outre les profonds effets sociaux du sida pour les familles des victimes : appauvrissement, accroissement de la marginalisation et sort difficile des enfants devenus orphelins.

Abstinence et fidélité

Un autre aspect essentiel d’une réponse globale, selon le Conseil pontifical de la santé, est l’éducation à des modes de vie mettant l’accent sur « l’abstinence, la fidélité conjugale et le refus de la promiscuité sexuelle », a-t-il ajouté.

Cette position du Saint-Siège avait été rappelée le mois dernier dans l’exhortation apostolique signée par le pape Benoît XVI aux catholiques africains, alors que le continent est le plus touché par la pandémie, avec 70 % des 34 millions de séropositifs dans le monde.

Le Secours Catholique soutient de nombreux projets de lutte contre le sida, menés par ces partenaires locaux, notamment en Afrique.

Lire les liens ci-dessous

(Avec AFP)

Voir aussi

Sur les mêmes thèmes

Laisser un commentaire


Un modérateur est susceptible de ne pas publier toute contribution qui ne serait pas en relation avec le thème de l’article, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi. Vous ne pouvez pas indiquer de lien vers des sites Web ni dépasser 800 caractères. Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression de vos contributions.
Une question ? Utilisez le formulaire de contact pour recevoir une réponse.

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • * Champs obligatoires

haut

Communiqués de presse icone

1ère Université d’été des jeunes du Secours Catholique-Caritas France

En cette année 2014, qui met à l’honneur l’engagement associatif comme Grande Cause nationale, le Secours Catholique-Caritas France organise sa (...)

Droit d’asile : suspicion et contrôle sont les maîtres mots de la réforme

L’architecture globale du projet de loi présenté aujourd’hui au conseil des ministres montre clairement que les associations n’ont pas été entendues (...)

À l’égard des exilés à Calais : les mêmes violences, la même incohérence, les mêmes échecs

Depuis maintenant près de 20 ans, le sort des exilés bloqués à Calais semble éternellement dans la même impasse et le même déni d’humanité. En faisant (...)
Tous les communiqués de presse

Agenda icone

Calendrier

« juillet 2014 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 
haut

Nos reportages icone

6 mai 2014 : la démocratie face à la finance

Le Secours Catholique est un des membres français de (...)

Teaser : la démocratie face à la finance

À quoi s’engagent les candidats aux Européennes pour faire (...)
haut

Actualité dossiers icone

Jeunes : engagés (presque) comme leurs aînés !

Parmi les clichés qui circulent sur les jeunes, celui de leur supposé (...)

Vacances : sortir du quotidien

Prendre des vacances, découvrir d’autres lieux, d’autres façons de vivre, (...)