28 mars 2017
Colombie : victimes du conflit, actrices de la paix

Publié le 22/03/2017
Colombie
 

Le Secours Catholique-Caritas France accueille des acteurs engagés dans la paix en Colombie, eux-mêmes victimes du conflit, et vous invite à venir les rencontrer le 28 mars de 18h à 20h à l'Institut des Hautes-études de l'Amérique latine à Paris.

 

Après plus de cinquante ans de conflit armé et un lourd bilan de 267 000 morts , 46 000 disparus et environ 7 millions de personnes déplacées, la signature d’un accord de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla des FARC-EP fin 2016 a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire de ce pays, un chapitre plein d’espoir et de défis.

La signature de l’accord de paix avec les FARC n’est pas synonyme de fin de la violence en Colombie, sa mise en œuvre est actuellement le principal challenge pour le pays or de nombreux obstacles se dressent à la mise en œuvre de cet accord qui est le point de départ pour la construction d’une paix durable.

C’est dans ce contexte que trois représentants de victimes colombiens et un membre de la Caritas Colombie se rendent en tournée en Europe afin d’exposer auprès des acteurs internationaux et de l’opinion publique les inquiétudes des victimes de ce conflit armé historique par rapport à la mise en œuvre de l’accord de paix ainsi que leurs propositions pour favoriser le succès de ce processus.

Cette délégation sera accueillie tour à tour en Espagne (autorités gouvernementales, parlementaires, société civile), Suisse (ONU, OIT, Caritas Internationalis), France (autorités gouvernementales, parlementaires, société civile), Belgique (Eurodéputés, société civile).

Cette tournée est organisée dans le double cadre du Réseau France Colombie Solidarités (RFCS) et du Groupe de Travail sur la Colombie de Caritas Internationalis (GTC- CI), deux réseaux d’organisations auxquels adhère le Secours Catholique – Caritas France.

Une conférence en présence de

  • Aurélio Jumi, vice-président du Conseil supérieur de la communauté autochtone Embera Katio.
  • Leyner Palacios, responsable de la « Coordinación Regional del Pacifico ».
  • Virgelina Chará, coordinatrice de « Asociacion Mujer y Trabajo » et membre de la « Mesa Nacional de Victimas ».
  • Elena Gomez Cardona, chargée de programmes, Secrétariat national de la Pastorale sociale,Caritas Colombie.
  • Milena Sinisterra Romero, avocate à Taller Abierto - partenaire de Terre des Hommes.
  • Ángel Eduardo Gamboa Prada, co-directeur de la Corporation de recherche et d’action sociale et économique (CIASE) -partenaire de Terre des Hommes.

 

Mardi 28 mars 2017 de 18h à 20h
Institut des Hautes-études de l’Amérique Latine (IHEAL)
28 Rue Saint-Guillaume, 75007 Paris (métro rue du Bac, ligne 12)
Amphithéâtre principal
Entrée libre

 

 

À propos des témoins colombiens

Virgelina Chará, coordinatrice de "Asociacion Mujer y Trabajo" et membre de la "Mesa Nacional de Victimas"

Virgelina Chará est une leader communautaire afro-colombienne qui a dédié 35 ans de sa vie au travail avec des peuples marginaux. Son association « Asomujer y Trabajo » travaille avec des femmes d’origine afro-colombienne, victimes du déplacement forcé, avec des membres de familles de disparus et des femmes qui, en raison de leur déplacement, exercent la prostitution. Son engagement aux côtés  des victimes lui a valu plusieurs menaces de mort, l’obligeant à se déplacer de ville en ville à l’intérieur du pays. Par le biais de son association, elle mène un travail de plaidoyer, social et culturel en faveur des populations opprimées et pour la défense des droits de l’homme. Asomujer y Trabajo fait partie de la « Mesa nacional de victimas del Estado » une plateforme nationale de victimes. Virgelina Chará est l’une des douze femmes colombiennes nominées pour le prix Nobel de la Paix en 2005.

Leyner Palacios, Responsable de la "Coordinación Regional   del   Pacifico"

Survivant du massacre de « Bojayá » du 2 mai 2002 dans le département du Chocó, (fortement habité par des afro-colombiens et un des plus pauvres du pays), Leyner Palacios a perdu 33 membres de sa famille lors d’un affrontement armé entre les FARC et les paramilitaires du « Groupe uni d’autodéfense de Colombie » (AUC), pour le contrôle de la zone et l’accès au fleuve Atrato. Leyner Palacios fut l’un des 12 témoins sélectionnés pour participer aux négociations de Paix à la Havane. Il œuvre à la réconciliation dans le Chocó en appelant au pardon et en réclamant vérité, justice et réparation pour les victimes. Leyner fut nominé pour le Prix Nobel de la paix 2016.

Aurelio Jumi, Vice-président du Conseil supérieur d’une communauté autochtone Embera Katio

Leader indigène Embera et Vice-président de Conseil supérieur indigène de la communauté Embera Katio du « Resguardo Quebrada Cañaveral » au sud du département de Cordoba. Les Embera Katio sont l’un des peuples ayant le plus souffert des ravages du conflit armé et du narcotrafic dans le pays. Les actions violentes   de la guérilla ont mis en péril l’unité, l’autonomie et culture de la commuuaté Embera katio. Dans la mise en place de l’accord de Paix, la zone du « Resguardo Quebrada Canaveral » fait partie des cinq cas prioritaires pour la restitution de terres, le déminage humanitaire et le retour des victimes dans leur territoire.

 

 

 

Crédit Photo : © MaxPPP © DR
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème