Paix : « Albanais et Serbes travaillent en harmonie au sein de Caritas Kosovo »

Publié le 18/11/2014
Kosovo
 

Le Kosovo, indépendant depuis 2008, souffre dans sa partie nord des divisions entre Serbes et Albanais, témoigne Elnara Petit, chargée de partenariat au pôle Europe orientale du Secours Catholique-Caritas France. Depuis le conflit avec la Yougoslavie, de 1998 à 1999, la plaie reste toujours ouverte.

 

En septembre 2011, des incidents inter ethniques violents ont eu lieu entre Serbes et Albanais, en particulier dans la région de Mitrovica, au nord du pays. Des affrontements identiques continuent-ils à se produire ?

Dans cette région très marquée par le conflit de 1998-1999, des incidents ont eu lieu en novembre 2013 alors que les élections municipales s’y déroulaient. Des Serbes [1] – cette minorité habite la partie nord de Mitrovica –, n’ont pu se rendre dans la partie sud de la ville (où vivent les Kosovars d’origine albanaise) pour voter.

Comment permettre à ces deux communautés de vivre ensemble alors que la division s’est installée depuis quinze ans dans la ville ? Comment cohabiter quand on ne parle pas la même langue, quand le sud et le nord de la cité ne peuvent plus commercer ? À Mitrovica, les enfants serbes vont dans des écoles serbes et ne parlent donc pas albanais. Comment façonner un avenir commun lorsque deux administrations, une serbe et une kosovar, coexistent ?

L’accord de normalisation des relations conclu entre le Kosovo et la Serbie le 17 avril 2013 obligeait ce dernier État à retirer ses administrations parallèles (police, justice…) présentes au nord de Mitrovica. Cela n’a pas été fait !

C’est exact. Ces administrations sont toujours là. En revanche, et c’est aussi une mesure phare de l’accord, des maires serbes ont été élus dans des arrondissements au nord de Mitrovica, au cours des élections municipales organisées par l’administration kosovar en novembre 2013 (jusqu’ici les Serbes boycottaient les scrutins mis en place sous son égide). Sur le plan national, il y a aussi une lueur d’espoir : depuis avril 2013, un timide début de dialogue a lieu entre autorités kosovars et serbes.

Des Albanais et des Serbes sont membres de Caritas Kosovo à Mitrovica. Parviennent-ils réellement à dépasser les barrières communautaires dans leur travail ?

Albanais et Serbes travaillent en harmonie au sein de l’antenne de Caritas Kosovo à Mitrovica. À l’image du directeur, un Serbe, et de son adjointe, une Albanaise. Catholiques, musulmans et orthodoxes y vivent une coexistence pacifique due, au moins en partie, à leur histoire commune qui a commencé dès l’ouverture de ce bureau par le Secours Catholique-Caritas France, en 1999.

Quels sont les fruits de cette coexistence pacifique et... active ?

Caritas Kosovo effectue à Mitrovica un travail considérable auprès des jeunes serbes et albanais. Elle organise avec eux des festivals, des compétitions sportives... De janvier à octobre 2014, en lien avec Caritas Serbie, elle a associé des membres des deux communautés à une campagne de lutte contre la toxicomanie, sous formes de réalisation d’affiches, de dessins, et de conférences à deux voix dans des écoles.

En octobre, des jeunes serbes et albanais ont exposé, lors d’une foire agricole, avec l’appui, également, de l’ambassade de Grande-Bretagne, des produits montrant leur sensibilité écologique. Peu avant Noël, Caritas met en scène sur le pont dit “de paix” – qui sépare la zone serbe de la zone albanaise – “10 millions d’étoiles”, l’opération initiée par le Secours Catholique dans l’Hexagone.

 

Notes:

[1] Le Kosovo compte 1 850 000 habitants, dont 100 000 Serbes ; la plupart d’entre eux vit au nord de Mitrovica.

Yves Casalis
© Secours Catholique
Homme levant les bras
Plus d'informations
Droits humains
# sur le même thème