Pétrole : des indiens d’Amazonie dénoncent deux entreprises françaises

Publié le 07/09/2015
France, Pérou
Pétrole : des indiens d’Amazonie dénoncent deux entreprises françaises
 

Un rapport qui dénonce

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, reçoit à Paris, ce lundi 7 septembre, Manuel Pulgar-Vidal Otarola, ministre péruvien de l’Environnement, pour discuter de la question climatique. Dans le même temps, le Secours Catholique-Caritas France, le CCFD-Terre Solidaire et deux associations de la société civile péruvienne publient un rapport sur les impacts en Amazonie péruvienne des activités de Maurel & Prom et Perenco, deux entreprises pétrolières françaises.

Problèmes de peau, augmentation des cas de diarrhées, dysenteries et parasitoses, raréfactions des espèces naturelles et notamment des poissons, baisse des rendements agricoles et appauvrissement des sols... La liste est dressée par plusieurs communautés indigènes de l’Amazonie péruvienne. Elles dénoncent les dommages causés par la pollution de leurs sols et des cours d’eau qu’elles utilisent pour se laver, pêcher, s’alimenter, boire et cuisiner. En cause, les activités sur leurs territoires de deux entreprises pétrolières françaises : Maurel & Prom et Perenco. C’est l’objet du rapport « Le baril ou la vie » que publient, ce lundi 7 septembre, le Secours Catholique-Caritas France, le CCFD-Terre Solidaire et deux associations de la société civile péruvienne : le Centre amazonien d’anthropologie et d’application pratique (CAAAP) et CooperAccion.

Atteintes à l’environnement et aux droits humains

Depuis le milieu des années 2000, ces deux organisations, engagées, avec le Centre épiscopal d’action sociale (CEAS), aux côtés des communautés indigènes, documentent les impacts des activités des deux entreprises pétrolières françaises sur l’environnement et sur le quotidien des populations qui vivent sur ces terres. Aujourd’hui, avec le Secours Catholique et le CCFD- Terre solidaire, elles accusent les deux entreprises de ne pas vouloir se préoccuper des risques écologiques que font courir leurs activités, et de ne pas respecter les droits humains auxquels peuvent prétendre les habitants des territoires exploités, tels que le droit à l’alimentation, le droit à la santé, le droit à la consultation, le droit de vivre dans un environnement sain.

Les cinq ONG dénoncent aussi la faiblesse coupable des contrôles exercés par les États français et péruviens. Elles préconisent en ce sens des mesures législatives et politiques, en France et au Pérou, pour encadrer de manière plus rigoureuse les entreprises et pour mieux protéger les populations impactées.

 

"Le baril ou la vie"

Le rapport publié par le Secours Catholique-Caritas France, le CCFD-Terre Solidaire et deux associations de la société civile péruvienne : le Centre amazonien d’anthropologie et d’application pratique (CAAAP) et CooperAccion qui dénoncent les impacts en Amazonie péruvienne des activités de Maurel & Prom et Perenco, deux entreprises pétrolières françaises.
Télécharger
 

« Déconstruire cette image de l’indigène avec des plumes et des flèches »

 

Manuel Pedro Cornejo Chaparro, responsable du CAAAP, partenaire du Secours Catholique-Caritas France, explique l’importance d’agir pour que les communautés indigènes aient une place dans les instances politiques locales et nationales.

« Par delà notre travail de documentation et de lobbying, nous accompagnons depuis des années les communautés indigènes pour qu’elles renforcent leurs capacités, notamment en matière de négociation et de formulation de politiques publiques, de gestion des territoires et d’accès aux droits que leurs garantissent les conventions internationales.

L’Amazonie péruvienne représente environ 62% de notre territoire national et abrite 52 peuples indigènes. Et cela est totalement méconnu de nos autorités étatiques. Nous, Péruviens, avons un imaginaire depuis des siècles autour du peuple amazonien. On les imagine uniquement avec des plumes et des flèches.

Au CAAAP, nous sommes au contraire convaincus que l’Amazonie n’est pas un lieu d’étude ou d’expérimentation. Les peuples d’Amazonie sont des sociétés dynamiques qui changent et produisent des connaissances. Nous sommes persuadés que ces populations ont la réponse à leurs problèmes. Le Pérou est un État centraliste : tout s’impose de Lima, il n’y a pas de dialogue. Les sociétés d’Amazonie sont éloignées des services de l’État, et présentent de hauts niveaux de pauvreté. L’État doit se rapprocher d’elles car le pays ne pourra se développer que s’il évolue vers un modèle interculturel qui respecte les différentes cultures et favorise le dialogue entre elles : entre le secteur politique de Lima, le monde andin et les populations indigènes.
Ces dernières ont eu, par le passé, une relation culturelle avec le monde andin, le monde inca surtout, qui a débouché sur de nombreux échanges. Elles ont ainsi beaucoup apporté au développement pré-colombien et elles peuvent aujourd’hui beaucoup apporter au développement de la nation.

C’est pourquoi, d’un côté, nous travaillons au niveau local avec les communautés : nous organisons des ateliers de formation à la citoyenneté, aux droits humains, avec l’idée qu’ils développent leur propre capacité à s’organiser. Et de l’autre côté, nous essayons de sensibiliser les autorités politiques, régionales et nationales, pour déconstruire cette image de l’indigène d’Amazonie qui perdure dans les instances sociales et étatiques, et pour qu’il y ait une meilleure participation des peuples indigènes. »

 

Réponse de l’entreprise Maurel & Prom

(le 29 septembre 2015)

Conformément à nos engagements, nous publions aujourd’hui, mardi 29 septembre 2015, la réponse apportée par l’entreprise Maurel & Prom suite à la publication, le 7 septembre 2015 par le CCFD - Terre Solidaire et le Secours Catholique-Caritas France, du rapport « Le Baril ou la Vie ? Impacts des activités des entreprises pétrolières françaises Perenco et Maurel & Prom en Amazonie Péruvienne : Quelles responsabilités des entreprises et des Etats ? ».

Si nous pouvons regretter de ne pas avoir pu disposer plus tôt de ces éléments, nous accueillons néanmoins favorablement cette réponse qui vient poursuivre le dialogue engagé depuis avril 2015 entre l’entreprise et les deux organisations auteures de ce rapport.

Nous espérons également que cette réponse – et les divergences de point de vue et d’interprétation qui s’y affirment – viendra alimenter les prochains échanges, en France et au Pérou, entre l’entreprise, nos organisations et les partenaires péruviens ayant contribué à ce rapport.

Nos organisations répondront prochainement aux interpellations de l’entreprise Maurel & Prom par le biais d’un courrier qui sera mis en ligne sur cette page.

 

La réponse de l’entreprise Maurel & Prom

Télécharger
 

Le Secours Catholique-Caritas France et le CCFD-Terre Solidaire répondent à Maurel & Prom

Le Secours Catholique-Caritas France et le CCFD-Terre Solidaire répondent, ce vendredi 22 janvier 2016, à la lettre publique de Maurel & Prom faisant suite à la publication du rapport « Le baril ou la vie ? ».

 

La réponse du Secours Catholique-Caritas France et du CCFD-Terre Solidaire à Maurel & Prom

Dans cette lettre, le Secours Catholique-Caritas France et le CCFD-Terre Solidaire, auteures du rapport « Le baril ou la vie ? », reviennent sur les remarques formulées par l'entreprise Maurel & Prom concernant la méthodologie ainsi que sur des éléments plus factuels. Les deux organisations réaffirment également leur définition et vision d'une véritable responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Cette réponse publique a été élaborée avec les organisations péruviennes, le CAAAP et CooperAcción, ayant collaboré au rapport.
Télécharger
Benjamin Sèze
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème