Repas de Noël : un avant-goût de fête pour les plus démunis

Publié le 19/12/2014
Paris
Repas de Noël : un avant-goût de fête pour les plus démunis
 

Le 11 bis est l’un des cinq accueils de jour du Secours Catholique-Caritas France à Paris. Il a tenu, le 16 décembre, son goûter de Noël annuel. Une éclipse bienvenue pour bien des personnes accueillies, dont le quotidien n’est pas toujours rose.

Jean Guy, le responsable de l’accueil du 11 bis, arpente les tables avec une boîte de chocolats à la main. Il la tend à Corinne, l’une des vingtaines de personnes présentes. Elle marque un temps d’arrêt, la considère avec surprise : « Ce sera mon premier chocolat de l’année. Je n’ai pas les moyens d’en acheter  » Corinne ne touche que le RSA depuis qu’elle a arrêté de travailler, il y a quatre ans, pour s’occuper de sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Ayant des difficultés à payer son assurance habitation, Corinne s’est décidée, en ce 16 décembre, à se rendre pour la première fois à l’accueil du Secours Catholique de son quartier, le 11 bis. Elle ne s’attendait pas à tomber en plein milieu du repas de Noël.

La sonnette se fait entendre à intervalles réguliers, annonçant l’arrivée de nouveaux commensaux. Une bénévole se charge de les accueillir. La salle a été décorée avec des guirlandes et des boules de Noël. Deux petits sapins trônent sur une table. Sur une autre sont posés des gâteaux, des tartes, une bûche, des beignets africains, du chocolat, du thé et divers jus de fruits. La plupart ont été amenés par les bénévoles. Quelques-uns ont été cuisinés par les accueillis. On perçoit, de loin en loin, les vibrations du métro aérien qui passe au-dessus de ce lieu d’accueil adossé à la gare d’Austerlitz.

L’équipe de bénévoles présente au 11 bis pour ce goûter est celle de l’après-midi. Celle qui se charge, tous les mardis et jeudis après-midi, d’accueillir les familles accompagnées par le Secours Catholique dans le sud de Paris. Pour ce goûter de Noël, les enfants ne sont toutefois pas présents, école oblige. L’accueil du matin, ouvert les mardis, jeudis, vendredis et dimanches, est lui dédié aux personnes sans-abris. Elles peuvent y prendre un petit-déjeuner ou encore participer à des ateliers sculpture, dessin, etc.

Mélodies de Noël

L’après-midi, le 11 bis tend une oreille fraternelle aux problèmes des familles accueillies. Elle les oriente aussi vers les services dont elles ont besoin. Que ce soit pour s’inscrire à des formations de français, trouver un logement ou encore demander une aide ponctuelle qui les remettra à flot.

À l’une des tables, un petit groupe de convives issus de divers pays d’Afrique improvise des mélodies de Noël. On se lève pour danser. Les chants se concluent par des applaudissements. Chantal fait partie des chanteurs. Venue de Centrafrique, cette ancienne employée des Nations unies apprécie ces moments qui égayent son quotidien difficile. C’est après s’être retrouvée à la rue qu’elle a franchi les portes d’un accueil du Secours Catholique, sur les conseils du prêtre de l’église dans laquelle elle s’était réfugiée pour prier. Elle remplit depuis des missions de bénévolat pour l’association. Un bénévolat qui lui permet de se sentir utile, d’occuper ses journées, d’oublier ses soucis, aussi.

Jean Guy, ou M. Jean, comme les gens l’appellent ici – « nous nous appelons toujours par nos prénoms » –, interrompt un moment les festivités pour formuler un discours : « À ceux qui viennent rarement, c’est un plaisir de vous revoir. On espère que votre vie va s’améliorer petit à petit et qu’elle sera encore meilleure l’année prochaine. Nous sommes ici pour vous aider ou au moins, lorsqu’on n’y arrive pas, vous consoler. Je vous souhaite de bonnes fêtes et une bonne année 2015 ! ». Les applaudissements retentissent à nouveau.

Avant qu’elles ne partent, M. Jean distribue aux personnes accueillies un petit sachet de chocolats. Telle une petite part de Noël qu’elles pourront emporter chez elles.

 

 
Pierre Wolf-Mandroux
Crédit photo : © Elodie Perriot/Secours Catholique-Caritas France
Deux mamies sourient bras-dessus bras-dessous
Plus d'informations
Lien social et lutte contre l'isolement
# sur le même thème