Appel : soutenez les populations déplacées et meurtries

Publié le 13/10/2014
Moyen-Orient
 

Palestine, Syrie, Irak. Trois régions voisines aujourd’hui étranglées par la guerre, trois théâtres d’opérations armées où des milliers de civils innocents vivent un enfer. Les partenaires du Secours Catholique, Caritas locales ou autres ONG sur place, aident les victimes de ces conflits à survivre.

En Syrie, outre la Caritas Syrie conduite depuis Alep par Mgr Audo, le Secours Catholique soutient les programmes d’aide aux Syriens réfugiés en Jordanie, en Turquie et au Liban. Depuis 2011, le Secours Catholique a engagé plus de 3 millions d’euros pour aider les réfugiés et les déplacés syriens dont les besoins sont « d’une ampleur monstrueuse », comme le souligne Sébastien Dechamps, responsable du pôle Urgences internationales au Secours Catholique.

Plus de trois ans après le début de cette crise « les Syriens continuent de fuir la guerre et de franchir les frontières avec le Liban et d’autres pays voisins », précise Patrick Nicholson, porte-parole de Caritas Internationalis à Rome. On dénombre six millions de déplacés internes et quatre millions de réfugiés principalement au Liban (un million sur une population de trois millions de Libanais), en Jordanie et en Turquie.

À Gaza, le partenaire historique du Secours Catholique – Caritas Jérusalem – poursuit son action auprès de cette population totalement isolée par le blocus imposé par Israël en 2007. Disposant d’une clinique en pleine ville (dévastée lors de l’opération israélienne “Plomb durci” de 2009 et reconstruite depuis), la Caritas reste un acteur humanitaire majeur dont la seule présence est source d’espoir. Dès l’offensive armée du début juillet, le Secours Catholique a débloqué 150 000 euros pour soutenir les deux programmes d’aide aux populations sinistrées de Gaza, programmes lancés par Caritas Jérusalem et les Œuvres missionnaires pontificales.

Au nord de l’Irak, où les chrétiens et d’autres minorités religieuses sont persécutés depuis des mois, Caritas Irak, appuyée par la Caritas américaine (Catholic Relief Services), apporte un secours matériel de première urgence (nourriture, abris, produits d’hygiène et de santé) aux dizaines de milliers de personnes fuyant la brutale détermination des djihadistes ultra-radicaux de l’État islamique (EI) d’éradiquer tous ceux qui ne leur ressemblent pas.

L’aide du Secours Catholique pour soutenir le programme des Caritas sur place s’élevait début août à 74 000 euros (100 000 USD), et 200 000 euros supplémentaires devraient être débloqués par la suite.

Cette nouvelle crise émeut la planète, et particulièrement les chrétiens pris une nouvelle fois pour cible dans cet Irak où le christianisme, depuis dix ans, se réduit comme peau de chagrin. Le pape François demande « une solution politique efficace pour rétablir le droit » dans ce pays et exhorte les Nations unies à tout mettre en œuvre pour stopper l’escalade des violences. Le Saint-Siège demande aussi que cessent les soutiens financiers et la fourniture d’armes aux troupes de l’État Islamique, d’où qu’ils proviennent.

À l’instar du souverain pontife, le Secours Catholique – en lien avec la Conférence des évêques de France et l’Œuvre d’Orient – demande l’arrêt des violences et l’établissement d’une paix durable et juste dans les conflits qui secouent le Proche-Orient : en Irak, dans le conflit Israël-Palestine et en Syrie.

Le 15 août, le Secours Catholique lançait un appel aux dons relayé dans toutes les paroisses.

Yves Casalis et Jacques Duffaut

© Virginie Nguyen Hoang/Hanslucas.com/Secou­rs Catholique
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème