Au Kosovo, le défi du vivre mieux ensemble

Publié le 11/06/2015
Kosovo
Au Kosovo, le défi du vivre mieux ensemble
 

Serbe du Kosovo, Boban Mirkovic est coordonnateur régional de Caritas à Mitrovica, au nord du pays. Les plaies laissées par le conflit sont toujours ouvertes, constate-t-il. L’organisation catholique travaille au rapprochement entre Serbes, Albanais, Roms…

Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les Kosovars ?

Le chômage est considérable : il touche 48 % de la population active. Les jeunes sont les premiers touchés, les moins de 25 ans représentant 45,2 % des Kosovars. L’économie informelle est de plus en plus répandue. De même que la corruption. Par ailleurs, le principal défi que doit relever le Kosovo est de réussir à unir une société encore divisée, à organiser un dialogue entre la majorité albanaise [1] et les minorités, à vivre mieux ensemble. Avant la guerre, les différentes communautés (Albanais, Serbes, Roms…) vivaient dans la concorde et le respect mutuel. Actuellement, le quotidien est beaucoup plus dur pour les minorités turque, rom, gorani (minorité serbe)… Elles souffrent de discriminations.

Quels sont les autres obstacles ?

J’en vois au moins un autre, considérable : les langues. Les barrières linguistiques sont de plus en plus élevées. Les jeunes n’apprennent pas les deux langues principales, l’albanais et le serbe, à l’école. Ainsi, les enfants serbes vont dans des établissements scolaires serbes et ne parlent pas albanais ! Face à cet obstacle, Caritas organise des cours d’albanais et de serbe et met en place des activités sportives et musicales qui ont l’avantage de développer la culture linguistique tout en favorisant le dépassement des clivages ethniques.

Quelles autres initiatives de Caritas favorisent ce dépassement ?

Nous formons des femmes des différentes communautés sur un plan socioprofessionnel pour qu’elles soient économiquement indépendantes du mari. Nous encourageons des jeunes de toutes origines à nouer des liens, à travailler et à se former ensemble, notamment pour organiser des activités sociales, éducatives, artistiques et pour animer des camps d’été.

Par ailleurs, c’est tous ensemble que les jeunes découvrent les dangers de la toxicomanie. Caritas a soutenu en 2014 dans la région de Mitrovica la mise en place de plusieurs ateliers éducatifs contre la drogue : ils ont réuni 200 jeunes. Treize d’entre eux, issus de ces ateliers, ont participé à la conception d’une campagne de plaidoyer en créant 250 dépliants, 1 600 affiches, 2 panneaux d’affichage et en collaborant à un documentaire sur la toxicomanie.

Notes:

[1] Sur une superficie de 11 000 km², le Kosovo compte 1 738 872 habitants. Ce sont pour 90 % des Albanais et 8 % des Serbes. 90 % de la population est musulmane et 3% catholique.

Yves Casalis
Crédits photos: ©Max PPP
Homme levant les bras
Plus d'informations
Droits humains
# sur le même thème