Contrôle des armes : un traité en fin de semaine ?

Publié le 25/07/2012
France
 

Au siège des Nations unies à New York, les négociations autour du Traité sur le Commerce des armes entrent dans leur quatrième et dernière semaine. Membres au département Plaidoyer international du Secours Catholique, Jacqueline Hocquet et Didier Destremau sont sur place.

Comme toutes les Organisations non gouvernementales membres de la plateforme Contrôlez les armes, le Secours Catholique espère que les quatre semaines de travail préparatoire engagé à New York tout au long du mois de juillet se terminera vendredi par l’adoption d’un traité capable d’enrayer définitivement les ventes illégales d’armes et de munitions dans le monde.

Mais rien n’est moins sûr. La plateforme estime qu’au stade actuel des pourparlers, le texte est bien trop faible pour atteindre les buts humanitaires que sont la préservation de la vie, la prévention des dommages et l’aide au développement.

Jacqueline Hocquet, responsable du Plaidoyer international au Secours Catholique écrivait mardi soir :

« La course contre la montre a commencé. Le traité va-t-il être adopté ? Pour l’instant seulement 73 pays sur 193 ont clairement pris position en sa faveur. Un nouveau texte est attendu mercredi matin. Il devrait tenir compte des discussions de ces derniers jours en essayant de proposer un texte accepté par une large majorité de pays. Si ce n’est pas le cas, soit il n’y aura pas de traité - ce qui ne serait vraiment pas une bonne nouvelle étant donné le temps et l’énergie dépensés depuis deux ans pour l’élaboration de ce traité -, soit le texte sera adopté mais faible et donc mort-né. Il est encore trop tôt pour connaître l’issue des débats mais la pression commence à monter : les pays présents seront-il capables de se mettre d’accord sur un Traité sur le Commerce des Armes digne de ce nom, respectueux des valeurs fondatrices des Nations Unies, qui sera en mesure de protéger les populations les plus souvent victimes des armes et qui permettra réellement de réduire les transferts irresponsables d’armes et la circulation illégale d’armes ?

« Une dernière remarque : dans la presse américaine, on entend très peu parler des négociations sur le traité. C’est suite au dernier massacre dans le Colorado que le sujet revient sur le devant de la scène, en effet cet évènement est largement commenté dans le contexte de la campagne présidentielle et apparaissent des débats sur la redéfinition du 2ème amendement à la Constitution américaine qui autorise le port d’armes. »

©John Angelillo/UPI/MAXPPP
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème