« L’élimination de la pauvreté passe par la lutte contre les changements climatiques. »

Publié le 24/09/2015
« L’élimination de la pauvreté passe par la lutte contre les changements climatiques. »
Les changements climatiques impactent la vie des plus pauvres, par exemple ici au Bangladesh.
 

Du 25 au 27 septembre, l’ONU va adopter un nouvel agenda international du développement lors d’un Sommet spécial sur le développement durable à New-York. Une délégation de Caritas Internationalis est présente. Émilie Johann, responsable du plaidoyer international au sein du Secours Catholique, revient sur les enjeux de ce nouveau plan d’action.

 

Le texte adapté contiendra 17 objectifs de développement durable (ODD) à atteindre d’ici 2030. De quoi s’agit-il ?

Émilie Johann : Ces ODD concernent des thématiques diverses comme la sécurité alimentaire, la paix, l’éducation, les systèmes de production et de consommation durables, … avec des objectifs transversaux : l’élimination de la pauvreté et la lutte contre les changements climatiques.
 

Ces ODD sont en fait la suite des OMD, les objectifs du millénaire pour le développement adoptés en 2000 et qui arrivent à leur terme fin 2015. Mais on trouve deux composantes différentes : la première, c’est que le nouvel agenda d’action 2030 est universel, il s’applique à tous les pays, alors que les OMD concernaient principalement les pays du Sud (réduction de la mortalité infantile, élimination de l’extrême pauvreté, etc.).

Par ailleurs, on a intégré des enjeux de développement durable : le texte part du constat qu’on ne peut pas parler de lutte contre la pauvreté et de développement si on ne prend pas en compte les questions de changement climatique et d’accès aux ressources.

Quelle est la position du Secours catholique à ce sujet ? Est-ce que les ODD vont assez loin pour qu’on ait à terme une planète durable ?

Le réseau Caritas Internationalis s’est d’abord engagé pour les OMD puis pour les ODD, parce que nous visons l’éradication de la pauvreté. Le fait que le nouvel agenda soit universel et indivisible est important pour nous, car nous pensons qu’il faut aborder le problème de manière globale et y intégrer la lutte contre les changements climatiques, l’accès de tous aux énergies, etc.

En revanche, il y a des points qui ne vont pas assez loin comme l’encadrement du secteur privé en vue de son engagement pour le développement durable car celui-ci peut être impactant pour les personnes les plus vulnérables. Ou encore la problématique du financement : quels vont être les moyens de mise en œuvre de ce plan d’action ? Il y a par ailleurs peu d’engagements sur la lutte contre les flux illicites de capitaux qui sont un énorme manque à gagner pour les ressources domestiques des pays en développement.

L’objectif 13 est consacré à la lutte contre les changements climatiques. Est-ce un signal fort à la veille de la COP21 ?

Oui, car le climat est désormais reconnu comme une cause structurelle de pauvreté et comme l’un des plus grands défis auxquels le monde doit faire face. On n’a plus d’un côté l’environnement et de l’autre le développement.

Maintenant, il faut encore que tout cela se traduise dans des politiques nationales et locales dans chaque pays. Il va falloir déployer de vrais moyens pour que ça soit effectif. Pour l’instant, il s’agit d’une feuille de route mais il y a encore du travail sur la réalisation. L’essai doit être transformé. Au Secours Catholique, nous allons veiller à ce que les ODD soient réalisés mais aussi réalisés de la bonne manière.

Quel est le point de vue de l’Église sur ces ODD ?

L’Eglise et les associations confessionnelles se sont toujours engagées sur la question de la lutte contre la pauvreté. Mais ce qui est nouveau, c’est cette vision globale du développement avec la question du climat, de la justice, de la lutte contre l’évasion fiscale, etc.

Dans son Encyclique Laudato si, le Pape François a envoyé un signal fort en rappelant que le mal développement est lié à des structures politiques et économiques injustes et excluantes. Il doit d’ailleurs prendre la parole en ce sens devant l’Assemblée générale des Nations Unies en amont du sommet vendredi matin.

 

Pour aller plus loin

Retrouvez cet appel public à tous les chefs d’État à l’occasion du Sommet des Nations unies sur le développement durable, co signé par Caritas Internationalis.
Télécharger
Cécile Leclerc-Laurent
Crédits photos : ©Gaël Kerbaol/Secours Catholique et ©Élodie Perriot/Secours Catholique
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème