Myriam : « Ce que je préfère, c’est l’animation »

Publié le 13/05/2014
Lourdes
 

Tombée amoureuse de la Cité Saint-Pierre à Lourdes, Myriam Bernède, 43 ans, y est bénévole depuis 1990. Bénévoles, salariés, personnes accueillies… Régulièrement, des acteurs du Secours Catholique prennent la plume et témoignent de leurs histoires, passées ou présentes.

« J’ai découvert la Cité Saint-Pierre lors d’un pèlerinage à Lourdes. Nous avons fait le chemin de croix qui part des sanctuaires et monte sur la colline. Arrivée en haut, j’ai poussé une petite porte dans une clôture et ai pénétré dans ce lieu calme et reposant qui contrastait tant avec l’animation en bas. J’avais 15 ans, je me suis juré de revenir en tant que bénévole.

Cinq ans plus tard, c’est ce que je faisais. De 1990 à 1998, je suis venue tous les ans pour tenir l’accueil ou faire d’autres petites tâches. Puis, après quelque temps sans pouvoir me libérer, en 2005, j’ai participé aux 50 ans de la Cité. J’ai retrouvé mes amis et ai repris l’habitude de venir.

Il y a une grande diversité d’engagements possibles. Ce que je préfère aujourd’hui est l’animation. On accompagne des groupes, dans leurs temps de prière mais aussi dans leurs sorties en montagne ou leur visite des lieux.

Leçon d’humanité

Je garde un souvenir fort du parcours “sur les pas de Bernadette” effectué avec des SDF venus de Rouen, qui font le voyage chaque année. La jeune Bernadette les marque. Devant le cachot - pièce unique où vivait la famille Soubirous - ils sont souvent très émus : cela leur parle énormément. Un jour, l’un d’entre eux m’a dit : « J’ai compris ici que le message de Lourdes, c’est le respect. » Il exprimait ainsi avoir été touché par ce qui le blesse le plus dans le regard des autres : ce respect qu’on leur refuse.

Souvent, les gens arrivent tout recroquevillés sur eux-mêmes, et ils s’ouvrent, petit à petit, au fil des jours. Ils nous offrent alors une leçon d’humanité constante.

Sophie Lebrun
© DR
Notre organisation
Plus d'informations
Notre organisation
# sur le même thème