Palestine : le mur menace de séparer les chrétiens

Publié le 24/10/2012
Palestine
 

L’Assemblée des ordinaires catholiques de Terre sainte (AOCTS) a condamné, dans un communiqué publié le 23 octobre, le tracé prévu par un projet de mur de séparation dans la vallée de Crémisan, près de Bethléem.

Israël prévoit la construction d’un mur qui devrait séparer Bethléem, et les villages voisins, de la vallée de Crémisan. « Véritable espace vert, la vallée est le poumon principal sans lequel la population de Bethléem ne peut respirer », affirme l’AOCTS. En effet, séparées de Crémisan, les communautés locales des villages d’Al Walaja et de Beit Jala, majoritairement chrétiennes, se verront privées de l’une des dernières grandes zones agricoles et récréatives de la vallée ainsi que de sources d’eau cruciales pour les agriculteurs. « 58 familles chrétiennes de Beit Jala dont la subsistance dépend essentiellement de cette terre en seront privées », alerte l’AOCTS.

Un impact indéniable sur les congrégations religieuses locales

Par ailleurs, le tracé du mur passera entre le couvent et le monastère salésiens du village, séparant ainsi les moines de la communauté locale chrétienne. « Les congrégations locales seront négativement affectées dans leur travail missionnaire envers la communauté locale, alerte l’AOCTS. En outre, les 450 enfants qui fréquentent l’école des sœurs salésiennes devront aller dans une école à l’aspect carcéral. » En effet, le mur devrait venir buter sur les locaux du couvent, de telle sorte que des tours de guet militaires surplomberont la cour de récréation et la cantine.

« Le projet de construction du mur mettra davantage de pression dans les rangs des chrétiens qui vivent à Bethléem. Sans un revenu fixe et sans avenir pour leurs enfants, beaucoup plus de gens encore vont prendre la décision de quitter la Terre sainte », s’inquiète l’AOCTS. En effet, de nombreux chrétiens ont déjà émigré à la suite de leur perte d’activité en raison du mur de séparation, qui les prive de leurs terres.

L’Église mobilisée contre ce projet

Le 9 juillet 2004, la Cour internationale de justice avait jugé le mur de séparation illégal en vertu du droit international. L’Assemblée des chefs des Églises catholiques a donc demandé à la société Saint-Yves, organisation catholique des droits de l’homme basée à Jérusalem, de déposer une plainte contre les autorités militaires et appelle fortement l’État d’Israël à s’abstenir de son plan visant à séparer la vallée de Crémisan de Bethléem.

Les autorités israéliennes laissent entendent que cela se fait en accord avec l’Église, ce qui stigmatise les chrétiens puisqu’ils auraient « traités » avec l’occupant. Les chefs des Églises catholiques nient catégoriquement l’existence d’un accord explicite ou implicite entre le Vatican, l’Église locale et les autorités israéliennes au sujet de la construction de ce mur illégal. Ils appellent fortement l’État d’Israël à s’abstenir de son plan visant à séparer la vallée de Crémisan de Bethléem.

© Jim Hollander/Epa/Maxppp
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème