Affichage optimisé pour le mode portrait, tourner votre appareil.
Un jour avec
Unis pour des villes sans déchets
Dans le sud du Sénégal, Caritas Kaolack s’est attaquée au problème de l’insalubrité en mettant en place un système de collecte et de tri des déchets dans trois communes, avec le soutien du Secours Catholique et de l’AFD. Les populations participent au projet pour tendre vers des villes plus propres, plus vertes et dynamiques.
Reportage :
Cécile Leclerc-Laurent
Photos :
Élodie Perriot
Unis pour des villes sans déchets
9H

En Afrique, faute d’une politique de gestion des déchets, plus de la moitié des ordures sont déversées dans les rues ou des dépotoirs. Alors Caritas Kaolack motive les communautés pour nettoyer ensemble leurs quartiers. « C’est mieux pour notre environnement et pour notre santé. On attrape moins de maladies », constate Seynabou, un balai à la main. Selon ONU Habitat, la prolifération des déchets provoque six fois plus d’infections respiratoires et deux fois plus de diarrhées. Aujourd’hui, Keur Madiabel, Kahoné et Gandiaye, les trois villes du projet, sont devenues plus propres.

Écouter Seynabou
une habitante
C'est bon pour l'environnement et notre santé
Unis pour des villes sans déchets
10H

« Qu’est-ce qu’on met dans la poubelle biodégradable ? » Un atelier de sensibilisation se tient dans le quartier de Lena, à Keur Madiabel, sur la nécessité de trier dans deux poubelles distinctes : le biodégradable et le reste. Les habitants qui participent repartent avec un tamis pour mieux trier le sable et le retirer de leurs poubelles. Sur les 46 000 habitants des trois communes, 70 % environ adhèrent au projet. Ils doivent payer une redevance mensuelle de 1 000 FCFA (1,50 €) pour financer la collecte des ordures. Le maire, Aliou Kébé, se félicite : « Grâce à la communication de Caritas, la population a compris que nous devons tous nous lever pour rendre notre ville propre. »

Aliou Kébé
maire de Keur Madiabel
Créer une culture de l'hygiène et de la propreté
Unis pour des villes sans déchets
11H

Le premier tri s’effectue à la maison. Chaque habitant a reçu une notice avec des photos, qui explique ce qu’il faut mettre dans le bac à compost. Coumba dispose donc de deux poubelles. « Avant, déclare-t-elle, je jetais mes ordures dans la rue. C’est important de trier le biodégradable : cela fait du fumier pour les agriculteurs. » « Les ordures, c’est de l’or dur », observe à son tour Mamadou Diouf, habitant et bénévole du projet. « Ça permet aux paysans de mettre du compost à la place des engrais chimiques, ça leur coûte moins cher. » À terme, Caritas souhaite en effet vendre aux agriculteurs le compost ainsi obtenu.

Unis pour des villes sans déchets
12H

Ce sont des charretiers qui ramassent les deux poubelles et en déversent le contenu dans leur benne compartimentée. C’est aussi l’une des forces du projet : il crée des emplois. Habib est l’un des 30 charretiers : « J’ai maintenant un emploi stable, alors qu’avant je devais travailler à Dakar, sans voir ma famille. Désormais, je sais que je peux nourrir mes enfants. » Chaque jour, les charretiers collectent 25 tonnes de déchets dans les trois communes.

Unis pour des villes sans déchets
14H

Destination : les trois centres de tri (un pour chaque commune). L’idée est de valoriser au maximum les ordures récoltées. Les déchets classiques sont déversés sur la plateforme de tri et les déchets biodégradables sont mis de côté. Leur décomposition naturelle servira entre autres à fabriquer de l’engrais pour les arbres fruitiers plantés dans le centre de tri ou dans les rues de la ville. Car le projet a aussi pour objectif de reboiser. 1 000 arbres sont ainsi plantés chaque année. « Nos villes sont plus vertes », se félicite Marcel Sagna, de Caritas.

Les déchets qui n’ont pas pu être valorisés aboutissent à cette zone d’enfouissement. À la différence d’une décharge, les bords et le fond ont été consolidés afin que les ordures ne s’infiltrent pas dans la nappe phréatique. La zone devrait être pleine dans vingt ans. D’ici là, Caritas espère que l’État sénégalais aura pris le relais, car un centre d’enfouissement devrait être construit dans les prochaines années près de Kaolack.

Unis pour des villes sans déchets
15H

Une quinzaine d’employés travaillent dans les plateformes de tri. Cailloux, plastique, métal et verre sont mis de côté pour être vendus à des repreneurs. Caritas vise une valorisation de 60 % des ordures collectées. Thioro, impliquée dans le projet, vient de temps à autre bénévolement : « Il faut trier pour réduire la quantité d’ordures et avoir le minimum à enfouir. Le projet a apporté beaucoup d’améliorations dans la ville. »

Unis pour des villes sans déchets
16H

Le plastique dur est envoyé à Kundam, le deuxième centre de prétraitement du plastique au Sénégal après Thiès. Créé par Caritas, ce centre est géré par le comité de développement de quartier de Kaolack. Ici, on récupère le plastique dur avant de le découper, le broyer, le tamiser, le laver et le sécher. Les matières finales sont vendues à des sociétés qui fabriquent des chaises ou des bassines en plastique. Signe de la réussite du projet : d’autres communes ont déjà demandé à Caritas de les accompagner dans la gestion de leurs déchets.

Making of
Édouard François Ndong
chargé de projet à Caritas Kaolack

Cela fait vingt-cinq ans que Caritas Kaolack est engagée dans la lutte contre l’insalubrité. Cette question a toujours été importante pour nous, car les déchets ont des conséquences sur la santé des populations (hygiène, problèmes dermatologiques, multiplication des maladies due à la prolifération des moustiques) et sur l’environnement.

Lorsque les déchets prennent feu dans les décharges, cela produit du méthane et contribue à faire grimper la température. Par ailleurs, nous avons remarqué que le volume de déchets augmentait en ville à cause de l’exode rural. Et nous avons de plus en plus de plastiques, conséquence de l’évolution des modes de consommation. Résultat, il y a un dicton qui dit : « Quand vous entrez à Kaolack, les déchets vous accueillent et quand vous en sortez, ils vous accompagnent. »

C’est pourquoi, dans les années 90, nous avons tout d’abord mis en place un système de collecte des ordures à Kaolack même. Aujourd’hui, d’autres organisations de la société civile ont pris le relais. En 2011, trois communes de la région, Keur Madiabel, Kahoné et Gandiaye, nous ont interpellés à leur tour.

Nous avons décidé d’aller plus loin et de créer un programme de valorisation et de traitement des déchets, ainsi qu’un centre d’enfouissement. Tout cela est nouveau, au Sénégal. L’idée est d’agir avec la population pour qu’elle prenne conscience de l’importance d’avoir un environnement propre. Nous travaillons main dans la main avec les autorités communales et les communautés. En les sensibilisant et en les rendant actrices du projet, nous faisons tout pour que l’action se pérennise à terme sans notre accompagnement.

Engagez-vous !
De nombreux projets à l'international ont besoin de votre soutien !