Afrique : urgence famines !

Afrique : urgence famines !

Publié le 24/04/2017
Cameroun, Ethiopie, Madagascar, Niger, Nigeria, Soudan, Soudan du Sud, Tchad
 

Des millions d’Africains, victimes des conflits armés, des tensions ethniques et de la sécheresse, souffrent de la faim. Du Soudan du Sud à l’Éthiopie, de la région du Lac Tchad à Madagascar,  le Secours Catholique-Caritas France tire la sonnette d’alarme et appelle au don.

Au Soudan du Sud, le plus jeune État de la planète, l’état de famine a été déclaré le 20 février dans plusieurs zones. Sur les 12 millions d’habitants, près de 5 millions ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence ! Nadia Tjioti, chargée de projets au Urgences internationales du Secours Catholique-Caritas France, présente sur place en mars, confirme la tragédie en cours : « On peut parler de famine dans certaines régions ; depuis trois ans les pluies y sont insuffisantes en raison du phénomène climatique El Nino. L’État d’Unité, au nord, est à la fois le plus touché par la crise et le plus difficile d’accès pour les humanitaires. Ce qui entraîne la fuite de populations vers le Soudan, l’Ouganda et à l’intérieur du pays : on dénombre 1,9 million de déplacés internes et 1,2 million de réfugiés ».

En arrivant à Juba, la capitale, l’envoyée du Secours Catholique découvre des habitants au « désespoir visible, faute de travail et d’argent. Pourtant le pays était riche en pétrole, dont il a bénéficié de 2011 à 2015 ». Depuis, la manne a disparu, et la guerre civile fait des ravages : elle oppose le président Salva Kiir, de l’ethnie Dinka, à l’ex-vice-président, Riek Machar, de l’ethnie Nuer. Le Soudan du Sud est « au bord de l’implosion ethnique », affirme Nadia. L’ONU, elle, souligne un « risque de génocide » !  

 

Dans bien des lieux l’insécurité est autant alimentaire que physique. Ainsi, « six humanitaires ont été tués fin mars. Peu après, des camions transportant de la nourriture au nord du pays ont été pris pour cible par des hommes armés », relève la jeune femme. Mgr Tombe, président de la Caritas Soudan du Sud, raconte, lui, que « des civils sont attaqués lorsqu’ils sortent de chez eux en quête de nourriture. Et, parfois, quand ils partent dans leurs champs faire la moisson ils sont considérés comme des rebelles ou des sympathisants de ces derniers et …éliminés ! »

Au centre du pays, dans l’État de Yirol, 78 000 personnes établies dans les comtés d’Adior et de Pagarau, s’accrochent à la vie, malgré la faim qui les tenaille. Et la vie, en l’occurrence, c’est du 1er février au 30 avril la distribution de vivres par Cafod (Caritas Angleterre - pays de Galles) et Trocaire (Agence de développement catholique irlandaise), à 12 000 femmes chefs de famille, enfants non accompagnés, personnes handicapées…, pour moitié des déplacés, pour moitié la population hôte. Une opération rendue possible grâce au soutien, entre autres, du Secours Catholique-Caritas France.

« Ce projet destiné à soulager la « faim immédiate » permettra aux bénéficiaires de tenir jusqu’en avril, précise-t-on à Cafod. Ils pourront ensuite commencer à cultiver en s’appuyant sur un autre projet de moyen ou long terme, notamment porté par nous : fourniture de semences de cultures et légumes, d’outils agricoles et de pêche, mais aussi appui à des "comités de paix communautaires" visant à réduire les tensions entre les déplacés et les habitants ».

 

La vie de 4,7 millions de femmes, d’enfants, de vieillards…  est menacée dans la région du Lac Tchad

 

El Niño assèche la Corne de l'Afrique

Les Éthiopiens affrontent, eux, sur une partie de leur territoire, une sécheresse sans précédent due, là aussi, à El Niño. « Il a très peu plu  depuis trois ans dans toute la Corne de l’Afrique », témoigne Nadia Tjioti. Huit mois après sa première visite sur place, elle a « constaté une sécheresse très visible ». Son impact est brutal : déforestation, bétail quasiment sans pâturages, conflits entre ruraux pour accéder à ceux-ci, crise alimentaire qui ravive les tensions ethniques…

Dans ce contexte, le projet porté en 2016 par la Caritas locale, avec le soutien du Secours Catholique-Caritas France, a été vital « dans la mesure où, souligne Nadia, la présence des ONG est ici moins forte que dans les autres zones du pays ». Il avait pour objectif de fournir de l’eau potable à des milliers d’habitants sinistrés en construisant ou en modernisant des puits, des citernes… mais aussi des abreuvoirs et des bassins pour les animaux. 

515 000 ENFANTS TOUCHéS DANS La Grande région du Lac Tchad

À l’ouest de l’Éthiopie, la grande région du Lac Tchad (Nigeria, Niger, Cameroun, Tchad), toujours sous la menace de Boko Haram, vit un calvaire. Selon l’ONU, 515 000 enfants souffrent de « malnutrition sévère », dont 450 000 au Nigeria. Ce dernier, surtout dans sa partie nord-est, est au cœur d’une crise alimentaire régionale semblable dans sa gravité à la situation au Soudan du Sud. La vie de 4,7 millions de femmes, d’enfants, de vieillards… y est menacée. « Les besoins sont énormes, hors-limite même, martèle Amir Jenane, des Urgences internationales du Secours Catholique. Et dans les zones inaccessibles aux ONG la famine gagne du terrain ! »   

Le retrait partiel du groupe terroriste de certaines zones permet actuellement à l’association de renforcer, dans l’État nigérian de Borno, l’action de la Caritas locale. Celle-ci fournit une aide multiforme à 9 000 personnes chassées de leurs villages, hors d’atteinte jusqu’ici des interventions humanitaires : vivres, accès à l’eau, hygiène, assainissement, santé…

Madagascar épuisée par la sécheresse

Le sud de Madagascar est également affecté par la tragédie alimentaire en cours. Épuisés par une troisième année de sécheresse consécutive et peu soutenus par un État déficient, 800 000 Malgaches sont sur la corde raide : 300 000 d’entre eux luttent pour survivre !  

Depuis le 1er février, 3 400 ménages (personnes âgées, malades, femmes en difficulté…) reçoivent une aide alimentaire d’urgence de la Caritas locale, en partie financée par le Secours Catholique-Caritas France. Le Programme alimentaire mondial des Nations unies fournit, lui, un repas chaud par jour à des milliers d’élèves en écoles primaires.  

Yves Casalis
Crédit Photos : ©Mohamed Sheikh Nor / Mark Mitchell
Caritas Jerusalem en soutien à Gaza
Plus d'informations
Situations d'urgence internationale
# sur le même thème