Solidarité internationale : les programmes des candidats passés au crible

Publié le 17/03/2017
France
Solidarité internationale : les programmes des candidats passés au crible
 

À l'approche des élections présidentielle et législatives, le Secours Catholique-Caritas France se mobilise avec trois de ses partenaires (CCFD-Terre solidaire, Oxfam France, ActionAid-Peuples solidaires) pour interpeller les candidats. Sans aucune approche partisane, le collectif décrypte les faiblesses et les points forts de chaque programme sur la solidarité internationale. Il offre ainsi un outil d'analyse sur nos 15 propositions concrètes pour une France solidaire avec le monde.

 

Les points forts et points faibles de chaque programme

Plus de 7 milliards de femmes et d’hommes vivent sur la planète. Chaque jour plus interdépendants et chaque jour collectivement confrontés aux décisions politiques, économiques, sociales, et écologiques des dirigeant-e-s.

Cette interdépendance impacte tous les aspects de la vie de chacun. Certains choix déstabilisent les sociétés, provoquent des crises mondiales.

Pourtant en France, les candidat-e-s à l’élection présidentielle ne semblent pas prendre la mesure de l’urgence climatique et sociale et de son spectre international.

Peu nombreux sont celles et ceux qui  ont un programme à la hauteur du changement de paradigme à effectuer et des mesures nationales et internationales à prendre pour que tou-te-s, sur le territoire national comme ailleurs, vivent mieux.

Le Secours Catholique-Caritas France et trois de ses partenaires (CCFD-Terre solidaire, Oxfam France, ActionAid-Peuples solidaires) analysent les faiblesses et les points forts des programmes des candidats à l'élection présidentielle concernant la solidarité internationale.

Retrouvez l'analyse détaillée des programmes sur solidarite2017.org

 

« En agissant pour un monde plus juste, nous agissons aussi pour une France plus juste »

Entretien avec Émilie Johann, responsable du plaidoyer international au Secours Catholique-Caritas France

 

Pourquoi lancer cette campagne en vue des élections ? La situation est-elle urgente ?


Nous avons fait le constat avec nos partenaires que les tensions économiques, sociales et politiques sont tellement exacerbées que la solidarité internationale fait figure de grande oubliée ! Or, nous vivons dans une économie globalisée, et les populations sont aujourd'hui interdépendantes et finalement confrontées aux mêmes défis.

Il faut que les politiques se saisissent de la question de la solidarité internationale car nous pensons qu'en agissant pour un monde plus juste, nous agissons aussi pour une France plus juste, et vice versa.
 

Vous constatez tout d'abord des inégalités croissantes. Comment obtenir un juste partage des richesses en France et dans le monde ?


On observe une persistance des pauvretés et une montée des inégalités partout dans le monde, pas uniquement dans les pays du Sud, comme on pourrait le penser. Par exemple, en 2017, huit milliardaires possèdent autant de richesses que la moitié de la population mondiale selon Oxfam, c'est inadmissible !

C'est pourquoi nous prônons un nouveau partage des richesses. Cela passe d'abord par une lutte contre la fraude fiscale, car celle-ci prive les citoyens de leurs ressources. Il faut aussi réguler la finance et la remettre au service de l'économie réelle, notamment grâce à la mise en place d'une taxe sur les transactions financières. Enfin il faut s'attaquer à la réduction de la pauvreté dans le monde en finançant les objectifs de développement durable.
 

Selon vous, l'urgence des changements climatiques invite à s'armer de courage politique et cela passe aussi par un changement de modèle global…


Tout à fait. Et il faut avoir de l'ambition politique, notamment pour sortir des énergies fossiles et de la production de charbon en allant vers un modèle basé à 100 % sur les énergies renouvelables. Nous pensons aussi qu'il faut une mise en cohérence de la lutte contre les changements climatiques et de la lutte contre l'insécurité alimentaire. En arrêtant, par exemple, la production d'agrocarburants industriels. Ou, à l'inverse, en soutenant les bonnes solutions comme l'agroécologie.

Vous prônez enfin plus de respect des droits humains en France et dans le monde. Comment s'y prendre ?


Nous attirons tout d'abord l'attention sur les droits des migrants qui sont souvent bafoués et qu'il est impératif de mieux respecter sur le sol français. Nous appelons les politiques à améliorer leur accueil !

Par ailleurs, nous prônons un encadrement du secteur privé aux niveaux français, européen et international pour obliger les multinationales à respecter les droits humains et l'environnement. Enfin nous soulignons qu'il faut garantir le respect des droits des femmes, qui représentent une majorité des personnes en situation de précarité dans le monde.

 

Avez-vous l'espoir d'être entendus ?


Nous avons en tout cas la volonté de peser sur les programmes politiques et sur le débat électoral. Nous avons rencontré plusieurs partis et nous allons rencontrer les candidats à la présidentielle. Nous allons aussi proposer une grille d'analyse de leurs programmes à l'aune de nos 15 propositions sur notre site internet. Enfin nous allons mobiliser les citoyens sur le terrain, dans différentes régions de France.

 

15 propositions pour une France solidaire

Le site solidarite2017.org dresse une liste de 15 propositions concrètes pour changer les choses en France et dans le monde. Le but : apporter de vraies réponses aux questions de juste partage des richesses, de justice climatique et de protection des droits humains.

Retrouvez les 15 propositions pour une France solidaire sur solidarite2017.org

Signez et soutenez le parti de la solidarité : « Je me mobilise »

Cécile Leclerc-Laurent
Crédits photos : © Élodie Perriot / Secours Catholique
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème