Trois hommes admirent leur récolte de salade

Économie solidaire et durable

 

Le Secours Catholique-Caritas France s’engage en faveur d’une économie au service de l’humanité, à la fois respectueuse des hommes et de l’environnement.

Il participe à la construction d’une économie plus solidaire au quotidien, qui se préoccupe des plus fragiles en leur donnant les moyens d’être acteurs de leur vie, de consommer des biens de qualité, de se déplacer, de produire, d’entreprendre… dans le souci du bien commun et des limites de la planète.

Pour une économie plus juste et durable à l’échelle mondiale, le Secours Catholique se mobilise contre l’évasion fiscale, pour une meilleure allocation des ressources et fait pression pour que les grandes entreprises agissent de manière responsable, sur le plan social et environnemental.

 

Les boutiques solidaires

Dans ses 300 boutiques solidaires ouvertes un peu partout en France, aussi bien en milieu rural qu’urbain, le Secours Catholique-Caritas France met en action l’économie du don.

Il propose des vêtements de seconde main à des prix réduits. Ces vêtements sont issus des collectes régulières réalisées par les équipes du Secours Catholique ou sont directement déposés par ceux qui n’ont ont plus l’usage. Les bénévoles les trient et leur donnent ainsi une seconde vie, permettant à des familles à faibles ressources de renouveler leur garde-robe toute l’année. 

L’activité textile du Secours Catholique permet également à des personnes éloignées de l’emploi de se réinsérer. C’est la vocation du réseau Tissons la Solidarité, créé en 2004. Celui-ci fédère 70 structures d’insertion dans la collecte, le tri et le recyclage de vêtements. Ces structures emploient en grande majorité des femmes avec pour objectif principal leur retour à l’emploi dans l’économie classique.

 
Économie solidaire et durable
Animation

Le don de vêtements, un acte solidaire

 

Les épiceries et jardins solidaires

Une alimentation en quantité suffisante et diversifiée accessible aux personnes en situation de précarité : c’est l’objectif du réseau d’épiceries solidaires animé par le Secours Catholique-Caritas France. L’association y propose, à moindre coût, une grande variété de produits d’alimentation et d’hygiène, fournis par des partenaires solidaires, des structures d’insertion, la Banque alimentaire ou par des achats complémentaires.

Les familles, malgré leur situation financière difficile, conservent ainsi un acte d’achat et se trouvent confortées dans leur dignité et leur autonomie. Au-delà de l’aide alimentaire, ces lieux de convivialité et de partage permettent d’engager une relation durable entre des familles, à l’occasion d’ateliers cuisine et de sessions d’informations autour de la santé par exemple.

Les légumes sont bien meilleurs quand tout le monde en prend soin !

Marlyn, jardinière accueillie au jardin de Caluire

Avec le même objectif de donner accès à moindre coût à des produits frais, le Secours Catholique développe également des jardins solidaires. Bénévoles, salariés et personnes avec peu de ressources s’y retrouvent pour cultiver des fruits et légumes et partager les récoltes.

À Brest, une équipe se réunit deux fois par semaine dans les 1 500 m² du jardin solidaire mis à disposition par le diocèse. Une partie des fruits cultivés est ensuite soit vendue directement, soit donnée aux jardiniers ou envoyée à l’épicerie solidaire. D’autres jardins misent également sur l’aspect écologique, comme à Caluire près de Lyon, où la « farine de plume » et le fumier de cheval sont échangés contre un nettoyage des écuries et remplacent les engrais chimiques.

 

Mobilité et transport solidaire

Le Secours Catholique-Caritas France se mobilise depuis plusieurs années pour faciliter les déplacements des personnes à faibles revenus et sans moyen de locomotion, notamment dans les zones rurales dépourvues de transports publics. Cette mobilité leur est essentielle pour accéder aux centres de santé et d’emploi, aux administrations comme la CAF, la CPAM, les impôts ou la banque, et pour conserver une vie sociale.

Le Secours Catholique encourage les solutions d’échange et d’entraide mutuelle telles que le covoiturage, le taxi solidaire ou la location solidaire (vélo, scooter, voiture). Dans le Poitou, un service appelé « Allô coup de main » mobilise une équipe de bénévoles prête à accompagner à un rendez-vous (médical, administratif etc.). L’association développe également un réseau de garages solidaires Solidarauto (Angers, Grenoble…), permettant de faire réparer sa voiture ou d’en acheter une, à moindre coût. Ces lieux emploient des salariés en contrat d’insertion.

Le Secours Catholique est membre du Laboratoire de la mobilité inclusive.

Sans transports, les personnes sont enfermées dans un territoire.

Martine Sautet, responsable d'équipe dans le Loir-et-Cher

 

Les réseaux d’échanges de savoirs

Même démuni matériellement, chacun possède un savoir, une compétence, un centre d’intérêt qu’il peut partager avec d’autres. Un cours d’informatique contre une leçon de couture ; une séance d’anglais contre un coup de peinture… Ces échanges confortent les personnes dans leur dignité, leur donnent confiance en elles et les mettent en capacité d’agir et de transmettre.

C’est ce qui se passe dans les réseaux d’échanges de savoirs tels que les Accorderies, les Systèmes d’échanges locaux (SEL) ou encore les Repair cafés (où l’on répare ensemble les objets du quotidien). Autant de lieux qui créent une autre forme de richesse : humaine, sociale et culturelle.

Le Secours Catholique – Caritas France participe à ce mouvement, en soutenant des réseaux d’échanges ou en les créant. L’association est notamment cofondatrice du Réseau national des Accorderies.

 

Le Repair Café de Gennevilliers : alternative au tout-jetable

Le Repair Café de Gennevilliers : alternative au tout-jetable
Le Repair Café de Gennevilliers :

alternative au tout-jetable

 

Pour une autonomie financière

Tout le monde, ou presque, en France, possède un compte bancaire, indispensable pour être autonome et s’insérer dans la société.

Mais plus d’un million de personnes sont en situation de surendettement et près de 1,5 million sont « interdites bancaires ». Autant de familles qui doivent renoncer à financer certains besoins fondamentaux et qui se retrouvent emportées dans une spirale génératrice de tensions, parfois de drames.

Le Secours Catholique-Caritas France se mobilise auprès des pouvoirs publics pour améliorer la prévention du surendettement et l’accès de tous aux services bancaires : il a co-rédigé le Manifeste pour l’inclusion bancaire et participe à son prolongement décliné dans le plan pluri-annuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

L'association est membre de l’Observatoire de l’inclusion bancaire, organisme créé en septembre 2014 pour surveiller et rendre compte des pratiques des banques (accès aux guichets, existence de programmes de solidarité...).

Faire la lumière sur les pratiques bancaires à l’égard des clients fragiles.

Interview d'Alain Bernard, ex-responsable du département Emploi et économie solidaire au Secours Catholique

 

Sur le terrain, le Secours Catholique propose un appui concret aux personnes confrontées à des difficultés d’usage ou d’accès aux services bancaires (frais d’incidents en cascade, accès au guichet refusé…). L’association les épaule dans leurs démarches pour faire valoir leur droit au compte.

Enfin, le Secours Catholique gère son propre fonds de garantie (le Fonds Social de Garantie). Dans ce cadre, il propose aux personnes à faibles ressources, qui n’arrivent pas à avoir de prêts des banques, une solution alternative : le microcrédit personnel.
 

Plus d'informations sur nos actions de microcrédit

 

À l’international

Le Secours Catholique-Caritas France s’engage pour une économie plus équitable et écologique à l’échelle planétaire, qui permette aux populations de subvenir à leurs besoins et de se développer, dans le respect de l’environnement.

Sécurité alimentaire et agriculture durable

Dans un monde qui produit assez pour nourrir l’ensemble de la population mondiale, 805 millions de personnes souffrent de la faim, alors qu’elles sont majoritairement issues de familles paysannes. En cause : le non respect des droits fonciers, le manque d’infrastructures, le manque d’informations et de formation, les aléas climatiques (sécheresses, inondations), l’épuisement des sols, les troubles politiques ou encore la fluctuation des prix sur les marchés internationaux.

Assurer des revenus décents en préservant les ressources naturelles

Le Secours Catholique-Caritas France se mobilise pour que ces populations aient un accès sûr à l'alimentation par des pratiques agricoles durables, qui assurent leurs revenus et préservent les ressources. L'association favorise ainsi les agricultures familiales et l’agroécologie, une agriculture qui part des savoirs locaux, qui améliore les rendements et qui répond au défit climatique en émettant peu de gaz à effet de serre.

En Mongolie, le Secours Catholique et la Caritas nationale ont permis la construction de serres solaires et de celliers, améliorant la production et le stockage des aliments pour 1 000 familles.

Voir notre diaporama sonore : Mongolie, de la steppe à la serre

Au Sénégal, Caritas Kaolack, appuyé par le Secours Catholique, lance des chantiers multiples : amélioration de la productivité des sols, professionnalisation des organisations paysannes, meilleure maîtrise de l’eau.

En Bolivie amazonienne, le Secours Catholique soutient le Centre de recherche et de promotion des paysans (CIPCA) qui renforce la production agroécologique de 990 familles grâce à de la formation et de l’appui technique.

En Indonésie, l’association Sunspirit, soutenue par le Secours Catholique, forme à l’agriculture durable des paysans de la région de Manggaraï, l’une des plus pauvres du pays et qui est confrontée à la sécheresse et à la déforestation.

En Palestine, le Secours Catholique soutient l'association Adel qui développe un réseau local de commerce équitable de produits agricoles.

 

Togo, Éthiopie, Mauritanie : répondre aux enjeux de la sécurité alimentaire

Togo, Éthiopie, Mauritanie : répondre aux enjeux de la sécurité alimentaire
Togo, Éthiopie, Mauritanie :

répondre aux enjeux de la sécurité alimentaire

 

Justice fiscale et responsabilité des entreprises

Le Secours Catholique-Caritas France prône une meilleure répartition des ressources à l’échelle planétaire et se mobilise en faveur de la justice fiscale et de l’encadrement des entreprises.

Membre de la Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires (PJF), il alerte les pouvoirs publics et l’opinion sur la nécessité de mettre fin à l’évasion fiscale. Il dénonce les abus des multinationales en matière de droit des travailleurs, d’accaparement des terres et pointe les problèmes environnementaux qu’elles génèrent sans avoir à rendre de comptes.

Le Secours Catholique milite pour une finance au service des citoyens. Tandis qu’il agit en France pour que chacun ait accès à un compte en banque, il se bat au niveau international pour que les banques renoncent à la spéculation financière sans lien avec l'économie réelle et en se servant de l’argent déposé par leurs clients.

Voir nos prises de position pour une économie au service du citoyen

Sur le terrain, le Secours Catholique agit pour faire progresser les droits des travailleurs, comme au Sud de l’Inde où il a mené avec son partenaire local Fedina un projet de sensibilisation au droit du travail de populations urbaines marginalisées : femmes, dalits (ou intouchables), musulmans...

Dans les pays où les revenus générés par l’exploitation des ressources minières, gazières ou pétrolières sont confisqués en toute opacité par l’élite dirigeante, le Secours Catholique plaide, aux côtés des populations locales, pour la transparence et une redistribution des richesses. C’est le cas au Congo Brazzaville où la commission Justice et Paix de l’Eglise catholique, soutenue par le Secours Catholique, fait un travail de plaidoyer et de terrain afin que la population bénéficie des revenus du pétrole.

 

"Le baril ou la vie"

Le rapport publié par le Secours Catholique-Caritas France, le CCFD-Terre Solidaire et deux associations de la société civile péruvienne : le Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) et CooperAccion qui dénoncent les impacts en Amazonie péruvienne des activités de Maurel & Prom et Perenco, deux entreprises pétrolières françaises.
Téléchargez le rapport
Crédits photos : © Xavier Schwebel / Secours Catholique-Caritas France
# actualités liées