Deux mamies sourient bras-dessus bras-dessous

Lien social et lutte contre l'isolement

 

La précarité n’est pas qu’économique, elle peut être aussi relationnelle. Souvent les deux sont liées. Le Secours Catholique-Caritas France crée et développe avec les habitants des espaces de rencontre qui favorisent le lien social, la solidarité et la participation de tous à la vie de la société. Des lieux où les personnes isolées peuvent trouver de l’entraide et un regard positif. Des passerelles pour créer des liens et élargir l’horizon.

 

Lutte contre l’isolement

À l’adversité matérielle du quotidien s’ajoute souvent la détresse morale de l’isolement. Cinq millions de personnes sont seules en France, rapporte une enquête réalisée début 2014 pour l’Observatoire de la Fondation de France. 12,5 % des Français n’ont aucun réseau social et un Français sur dix se sent exclu, abandonné ou inutile (1). « La pauvreté reste déterminante dans la solitude », souligne l'étude : en dessous de 1000 euros par mois, on a deux fois plus de chances d'être isolé.

(1) Etude réalisée par l’institut TMO Régions pour l’Observatoire de la Fondation de France en janvier 2014 auprès de 4007 personnes représentatives de la population française de 18 ans et plus.

En ville ou à la campagne, les équipes du Secours Catholique luttent contre l’isolement. Parfois, par un simple rendez-vous instauré chaque jour ou chaque semaine, d’autres fois en recréant un réseau de solidarité autour de personnes, souvent âgées mais pas seulement, coupées de toute vie sociale et sans possibilité de se déplacer.

Par-delà les accueils spécifiquement dédiés à la convivialité et à l’écoute, les Réseaux d’échanges de savoirs, les boutiques, les épiceries ou les jardins solidaires jouent aussi ce rôle de facilitateur de lien social.

 
Lien social et lutte contre l'isolement
Diaporama sonore

Les jardins partagés d'Air et Vie

 

Retrouvez notre action en faveur d'une économie solidaire et durable


Dans certains territoires, particulièrement touchés par les problèmes de mobilité, les équipes du Secours Catholique préfèrent aller à la rencontre des personnes isolées plutôt que d’ouvrir un lieu. Elles multiplient les visites à domicile ou en maison de retraite, assurant une présence régulière et aidant dans les petites tâches du quotidien, montent des commerces solidaires itinérants, proposent des services de taxis solidaires.

Enfin, la solitude des plus de 60 ans étant une problématique à part entière, le Secours Catholique s’y attelle spécifiquement dans le cadre du réseau Monalisa (Mobilisation nationale contre l’isolement social des âgés).

Voir nos actions contre l'isolement des personnes âgées

 
Lien social et lutte contre l'isolement
L'atelier de la bonne humeur

à Alès

 

Accompagnement des personnes

Pour sortir de l’aide ponctuelle et aller vers une démarche plus globale d’accompagnement, la réflexion menée depuis plusieurs années au Secours Catholique prend forme sur le terrain. Elle s’inscrit dans la droite ligne du souhait exprimé il y plus de 40 ans par 1 500 jeunes volontaires de l’association réunis à Lourdes :

Nous ne voulons plus faire « pour »
mais faire « avec ».

Aujourd’hui, les bénévoles chargés de l’accueil social proposent à la personne rencontrée de faire un point sur sa situation et, si besoin, d’identifier avec elle les problèmes, de discuter des choix possibles et de voir ce qu’elle a envie de faire. L’objectif à terme : que chacun puisse être matériellement, moralement et socialement le principal acteur de son devenir.

 

Une société interculturelle et intergénérationnelle

Lien Interculturel

Service de l'Église catholique, le Secours Catholique accueille chacun sans distinction de religion, de culture ou de nationalité. De ce fait, les milliers de salariés, de bénévoles et de personnes accueillies que compte l’association vivent concrètement le dialogue interculturel et interreligieux sans toujours en avoir conscience.

Par delà cet aspect quotidien et spontané, l’interculturel occupe une place importante dans la réflexion du Secours Catholique qui défend les valeurs d’égalité et de fraternité.

Des délégations départementales et des équipes locales organisent régulièrement des repas, des moments d’échange ou de formation et parfois des voyages sur ce thème.

Fin août 2015, les journées Young Caritas qui ont rassemblé des centaines de jeunes à Saint-Malo avaient pour thématique « Le Vivre ensemble ».

 
Lien social et lutte contre l'isolement
Diaporama sonore

Repas interculturel à Marseille

 

Lien Intergénérationnel

« Il est opportun d’écouter les jeunes et les personnes âgées. Les deux sont l’espérance des peuples », considère le pape François dans son exhortation apostolique « La joie de l’Évangile ». C’est toujours bon de le rappeler à une époque où la précarité et l’exclusion croissent de manière préoccupante chez les moins de 30 ans et les plus de 55 ans, à tel point que les spécialistes parlent de « nouveaux pauvres ».

Faire perdurer ou recréer le souci de l’autre, éviter la marginalisation des jeunes et l’isolement des personnes âgées, sont parmi les principaux défis de notre société. Pour les relever, le Secours Catholique souligne l’importance de maintenir un lien vivant entre les générations, à travers lequel chacun s’enrichit et enrichit l’autre.

Par delà la dimension intergénérationnelle intrinsèque à la plupart de ses activités, l'association agit spécifiquement en ce sens. En partenariat avec des maisons de retraites, des établissements scolaires ou des centres de loisirs, ses équipes locales organisent régulièrement des activités réunissant des personnes âgées et des enfants ou adolescents.

L’une des actions les plus emblématiques de cette volonté sont les ateliers d’insertion de la délégation des Vosges du Secours Catholique, où chaque année une trentaine de jeunes bénéficient du savoir et des compétences de professionnels à la retraite.

 

Pour l'entraide entre les familles

Pour construire l’adulte qu’il sera demain, l’enfant s’inspire de l’éducation qu’il reçoit de ses parents, de ce qu’il apprend et vit à l’école, mais aussi d’une multitude d’expériences et de rencontres qui forgent sa personnalité, son rapport aux autres et sa vision du monde.

Plus celles-ci sont diverses, plus cela favorise la confiance en soi, l’ouverture d’esprit et une bonne appréhension de la société et du monde qui nous entourent. Mais tous les enfants n’ont pas un réseau familial ou amical qui leur permet de vivre cette diversité.

Avec l’Accueil Familial de vacances (AFV), 2 000 enfants vivent deux ou trois semaines durant l’été (et parfois les petites vacances) dans une famille de vacances. L’enfant accueilli change d’horizon, rompt avec le quotidien et crée de nouveaux liens en confiance. Cette action permet à tous, familles, enfants et familles de vacances, de nouer de nouvelles relations et de partager de beaux moments.

Chercher ensemble de nouveaux moyens d'avancer.

Le parrainage de proximité, lui, est l’occasion, avec les parents, de mettre, tout au long de l'année, un enfant en relation avec un parrain ou une marraine bénévole pour partager, hors du foyer familial, des moments de loisirs et de découvertes.

Créer un espace de rencontre pour des familles qui vivent les mêmes difficultés. C’est l’idée des Maisons des familles ouvertes par le Secours Catholique à Grenoble, Strasbourg, Annecy et Auchel (Pas-de-Calais) : lieux particuliers de rencontre et d’entraide où les familles en situation de précarité partagent leurs expériences de parents et cherchent ensemble de nouveaux moyens d’avancer.

 

Vie des quartiers

« On ne peut pas transformer une situation sociale si on ne rend pas les personnes qui la vivent des actrices de cette transformation. » C’est sur ce constat que se fonde Cause Commune, un projet du Secours Catholique lancé en 2001, à Grenoble.

Son objectif : susciter et accompagner des actions collectives d’habitants dans des quartiers populaires afin qu’ils fassent valoir leurs droits et qu’ils améliorent la vie de leur quartier.

Le Secours Catholique soutient par ailleurs des initiatives menées par des particuliers ou des associations de quartier, comme à Dugny, en Seine-Saint-Denis, où des femmes et des jeunes des cités assurent l’accompagnement scolaire d’une vingtaine d’enfants.

 

Accompagnement scolaire à Dugny : quand le quartier s’organise

Accompagnement scolaire à Dugny : quand le quartier s’organise
Accompagnement scolaire à Dugny :

quand le quartier s’organise

 

À l’international

Le Secours Catholique-Caritas France lutte dans de nombreuses régions du monde, en appui de ses partenaires du réseau Caritas, pour favoriser la cohésion sociale et promouvoir des rapports pacifiés entre les communautés.

Insertion sociale

Le Secours Catholique, aux côtés de ses partenaires locaux, donne les moyens aux personnes exclues ou discriminées de s’insérer socialement. Il mène en parallèle un travail de sensibilisation auprès des autorités et des opinions publiques pour que ces personnes ne soient plus rejetées.

Ainsi, au Nord Kivu, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC), des dizaines de milliers de femmes victimes de violences sexuelles sont mises au ban de la société. En leur permettant, à travers le microcrédit, de démarrer des activités agricoles ou de lancer des petits commerces, Caritas Goma, avec l’appui du Secours Catholique, les aide à retrouver une place dans la société.

Voir l'engagement du Secours Catholique pour le droit des femmes

 

Femmes, personnes handicapées, ruraux précaires... Caritas mobilisé auprès des exclus.

Au Kirghizstan, en Asie Centrale, le centre « Développement d’alternatives », soutenu par le Secours Catholique, accompagne des personnes souffrant de troubles mentaux, tout en travaillant pour que la société change de regard sur leur handicap.

En Roumanie, le Secours Catholique mène avec son partenaire local un projet visant à sortir des familles Roms de l’isolement, grâce notamment à la création d’une plateforme qui permet à ces familles d’accéder à un accompagnement social.

Au Burkina Faso, la commission catholique nationale Justice et Paix, partenaire du Secours Catholique-Caritas France, s'appuie sur l'implantation des paroisses et de radios locales pour sensibiliser la population et l'administration aux droits des ruraux les plus démunis. Elle donne aussi des pistes pour réduire les conflits qui empoisonnent le climat social, notamment les litiges entre éleveurs et agriculteurs. Et elle propose aux victimes de ces conflits, lorsqu'elles sont marginalisées, l'assistance judicaire que ne leur offre pas l'administration pour obtenir réparation des torts subis.


Liens intercommunautaires

Là où les tensions entre communautés sont vives et chroniques, là où les guerres civiles ont laissé des traces indélébiles, là où des minorités religieuses ou ethniques sont victimes de pauvreté et d’exclusion, le Secours Catholique soutient des projets visant à favoriser la paix et la réconciliation et à restaurer le dialogue entre les cultures et les communautés.

Au Kosovo, la Caritas nationale, en lien avec le Secours Catholique, encourage les jeunes Serbes, Albanais et Roms à dépasser les vives tensions qui opposent leurs communautés, pour se rencontrer, se former et travailler ensemble.

Peu avant Noël, Caritas met en scène l'opération "10 millions d'étoiles" sur le "Pont de la Paix", qui sépare la zone serbe de la zone albanaise.

Interview d'Elnara Petit, chargée de partenariat au pôle Europe orientale du Secours Catholique-Caritas France.

 

En Centrafrique, le Secours Catholique travaille à la restauration de la paix et la réconciliation après la guerre civile et religieuse qui a détruit la confiance. Il appuie la Caritas nationale et d’autres initiatives comme l’organisation de développement Acord-RCA qui incitent de jeunes leaders à redynamiser leurs quartiers en reconstruisant, en favorisant les rencontres et le dialogue.

Au Bangladesh, où les minorités ethniques sont discriminées, la Caritas nationale, soutenue par le Secours Catholique, mène un travail de longue haleine pour encourager les initiatives de rapprochement entre peuples et favoriser ainsi leur insertion sociale aux côtés des Bengalis. Des projets de développement sont menés en commun et les tensions communautaires s’apaisent.

En Israël, le Secours Catholique soutient des projets locaux en faveur d’une paix juste et durable. C’est le cas de l’association Sadaka-Reut (photo ci-dessous) qui propose des activités communes à de jeunes Israéliens juifs et arabes. Ou encore de Mahapach-Taghir, association composée d’Israéliens juifs et arabes, qui travaille en contact avec les communautés les plus pauvres d’Israël et cherche à lutter contre l’exclusion sociale en étant un espace de rencontres et d’échanges entre ces communautés.

 

Mobilisation citoyenne

Dans les zones rurales très isolées, mais aussi dans les périphéries défavorisées des grandes villes, là où les habitants ont du mal à se fédérer pour défendre leurs intérêts, le Secours Catholique travaille avec les Caritas nationales à recréer du lien social pour permettre aux personnes de mener des projets ou des combats communs.

Au Cambodge, soutenus par la Caritas nationale et le Secours Catholique, des fermiers de la province reculée de Kompong Thom se sont organisés en associations villageoises. De cette mobilisation collective, sont nés un dispositif d’épargne communautaire et un système de prévention et de gestion des risques climatiques.

Permettre aux individus de s'organiser pour lutter eux-mêmes contre la précarité.

En Mauritanie, la Caritas nationale, que le Secours Catholique soutient, a permis l’émergence de coopératives structurées de femmes dans les quartiers périphériques de la capitale, renforçant ainsi leurs activités professionnelles.

En Inde, au coeur d’un bidonville de la grande banlieue de New Dehli, l’association Chetanalaya, partenaire du Secours Catholique, a aidé des familles à s’auto-organiser pour affronter ensemble le chômage, l’illétrisme et la malnutrition. Celles-ci se sont mobilisées autour de divers projets : création de crèches communautaires, mise en place d’un système de collecte des déchets, dispositif de formation professionnelle pour les jeunes.

En Colombie, l’association MINGA, soutenue par le Secours Catholique, accompagne des organisations paysannes dans leur processus pour la construction de la paix, avec un regard particulier sur la situation des femmes paysannes.

Depuis des décennies, des milliers de Colombiennes connaissent davantage la guerre que la paix.

Olga Lucia Suarez, l’une de ses responsables de l'association MINGA.

Crédits photos : © Xavier Schwebel / Secours Catholique-Caritas France
# actualités liées