Noël : un peu de douceur(s) derrière les barreaux

Publié le 16/12/2016
Ile-de-France
Noël : un peu de douceur(s) derrière les barreaux
 

Comme chaque année, pour les fêtes de Noël, le Secours Catholique distribue des colis aux détenus les plus précaires à Fleury-Mérogis. L'occasion de prendre le temps de les rencontrer dans leurs cellules et de créer un échange chaleureux.

9 h. Un jeudi du mois de décembre. Dans le bâtiment D1 de la prison pour hommes de Fleury-Mérogis – la plus grande maison d'arrêt d'Europe –, Denise, aumônière, et Marie, bénévole pour le Secours Catholique, poussent un chariot rempli de colis de Noël pour les détenus les plus précaires.

C’est l'administration pénitentiaire qui a établi la liste des « indigents » à visiter, c'est-à-dire ces prisonniers qui ont moins de 50 € par mois sur leur compte-prison et auxquels l'administration donne une allocation de 20 €. Sur les 4 430 personnes détenues à Fleury-Mérogis, 850 sont concernées.

Quelque 90 bénévoles du Secours Catholique participent à cette opération colis de Noël, de la préparation à la distribution. 850 colis sont donc distribués sur trois jours. L’association travaille main dans la main avec les aumôniers qui détiennent les clés des cellules.

 

Est-ce que ça vous ennuie si on entre dans votre cellule ?

Denise, aumônière

 

Avant d'ouvrir chaque porte blindée avec sa clé, Denise prend le soin de toquer : « Bonjour, c'est le Secours Catholique. Est-ce que ça vous ennuie si on entre dans votre cellule ? On a un colis de Noël pour vous. » Seydou* se lève, il dormait. Il accepte le carton et le déballe : produits d'hygiène (dentifrices, déodorants…), papeterie (calendrier, stylos…) et produits alimentaires (chicorée, gâteaux…) tombent sur la table.

Le jeune homme découvre aussi la présence d'un bonnet et d'une écharpe de laine, tricotés par des personnes en maison de retraite. Il rigole devant le bonnet à rayures jaunes et l'enfile sur sa tête. « C'est une bonne idée, le savon, je n'en avais plus » dit-il.

Quelques cellules plus loin, Raymond*, nouvel arrivant en prison, se réjouit de l'écharpe. Denise et Marie prennent le temps de discuter avec lui de son quotidien avant de lui proposer aussi des cartes de vœux qu'il accepte avec plaisir, pour « écrire à sa femme ».

 
Noël : un peu de douceur(s) derrière les barreaux
Marie (à g.), bénévole pour le Secours Catholique et Denise, aumônière.
 

Manque d’argent

L’administration pénitentiaire fournit le vivre et le couvert aux détenus (initialement, chaque cellule de 9 m² était conçue pour une personne, mais la plupart en hébergent deux), mais pour le reste, les personnes incarcérées doivent se débrouiller. À titre d'exemple, la location de la télévision coûte 14 € par mois. Les prisonniers n'ont droit aussi qu’à quatre rouleaux de papier toilette et doivent donc acheter presque tous leurs produits d'hygiène.

Les surveillants glissent des listes de produits dans l'entrebâillement de leurs portes s'ils veulent en commander. Ainsi, qui veut un paquet de trois pains au chocolat pour le goûter devra débourser 1,75 €. « Comment faire quand on est sans famille et sans un sou ? commente Thierry, bénévole pour le Secours Catholique. Certains se retrouvent en situation de grande précarité et il est important qu'on leur apporte quelque chose. »

 

Grâce à vous, j'ai du chocolat qui vient de dehors. Alors merci Mesdames et joyeux Noël !

Adel, un détenu

 

Dans sa cellule, Adel*, 23 ans, approuve : « J'ai demandé à travailler ici, je n'ai pas encore obtenu de réponse, mais j'en ai besoin. Car c'est dur la détention sans argent. J'ai vu des publicités pour du chocolat à la télé, ça me donnait envie, et grâce à vous, j'ai du chocolat qui vient de dehors. Alors merci Mesdames et joyeux Noël ! » lance-t-il à Denise et Marie.

Un peu plus loin, Doudou* reconnaît : « 20 € ça n'est pas assez pour vivre. » « Mais, estime-t-il, j'ai fait une bêtise, j'assume. » Il n'a plus aucun lien avec sa famille et ses amis. « Vous m'apportez mon seul cadeau de Noël », sourit-il. « Ceux qui n'ont aucune visite sont sensibles au fait qu’on vienne leur apporter quelque chose. Car souvent, pauvreté matérielle et isolement vont de pair » explique Denise. « Ils restent des êtres humains et ont le droit d'avoir un lien avec l'extérieur, surtout en vue de leur réinsertion un jour » poursuit Marie, étudiante en droit.

 
Noël : un peu de douceur(s) derrière les barreaux
Le colis de Noël contient des produits d'hygiène, de la papeterie et des denrées alimentaires.
 

Un regard, un sourire

Le reste de l'année, le Secours Catholique aide également financièrement les personnes détenues qui souhaitent poursuivre leurs études (bourse de 30 € par mois) ou encore certains « indigents » (10 € par mois) et propose un service d'écrivain public pour permettre une correspondance avec l'extérieur.

« Il y a plus de 4 400 détenus et autant de cas particuliers. Notre rôle est d'aller à leur rencontre » insiste Bernard, bénévole. « On apporte un regard, un sourire, une écoute désintéressée et de la considération à des gens qui n'en ont plus beaucoup » poursuit Thierry.

Le travail, quand ils en ont (soit pour la maison d'arrêt, soit pour des entreprises partenaires au cœur de la prison), les promenades de deux heures par jour, la télévision et les discussions avec leurs codétenus rythment la vie des prisonniers.

 

Ça fait plaisir votre visite car je n'en ai jamais

Mohamed*, un détenu
 

« On fait aussi du sport en cellule, car il faut bien s'occuper. On n’a rien à faire, ici » explique Mohamed*, en montrant à Denise et Marie des haltères qu'il a fabriquées avec des bouteilles d'eau pleines.

Apprenant qu'il est fumeur, Denise lui propose des cigarettes qu'il accepte volontiers. « Ça fait plaisir votre visite car je n'en ai jamais », glisse-t-il. Dans sa cellule voisine, Salomon* est aussi enchanté : « Revenez me voir, ma porte vous est ouverte… même si je n'en ai pas la clé ! »

* Le prénom a été modifié.

Cécile Leclerc-Laurent
Crédits photos : © Gaël Kerbaol
Les barreaux d'une prison donnant sur un espace vert
Plus d'informations
Prisons et personnes détenues
# sur le même thème