Actrices du lien social, les Accorderies fêtent leurs 10 ans

Publié le 22/11/2021
France
 

Les Accorderies fêtent leurs dix ans en France ! Le concept, importé du Québec, est simple et original : il s’agit de proposer à des habitants d’un même quartier de se regrouper pour échanger entre eux des services, sur la base de leurs savoir-faire et sans contrepartie financière.

Co-fondateur du réseau national qui accompagne leur développement (une quarantaine de structures à ce jour), le Secours Catholique est convaincu des atouts des Accorderies pour lutter contre la précarité, développer le pouvoir d’agir des habitants et favoriser mixité sociale et vivre-ensemble.

 

 

Entretien avec philippe lefilleul, administrateur du réseau des accorderies pour le secours catholique

 

Nées au Québec, les Accorderies ont investi le territoire français il y a maintenant 10 ans, avec la naissance du Réseau des Accorderies, co-fondé par le Secours Catholique. Comment l’association a-t-elle impulsé cette aventure ?


À l’origine, il y a un voyage au Québec : celui de François Soulage, alors président du Secours Catholique, et d’Alain Philippe, qui était à cette époque à la tête de la fondation Macif. Ils y découvrent le concept novateur des Accorderies, pour lequel ils ont un coup de foudre [lire le portrait du co-fondateur québecois Joël Lebossé, au bas de la page].

Très vite, Alain Philippe souhaite l’importer en France et propose au Secours Catholique de l'y aider. Le développement du pouvoir d’agir au service de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion est un levier d’action qui nous est cher, et il est justement au centre du concept des Accorderies.

C’est ainsi qu’en 2010 la fondation Macif et le Secours Catholique, avec le soutien de la Caisse des dépôts et consignations, décident d’appuyer la création de deux premières Accorderies en France : l’une dans le 19e arrondissement de Paris, l’autre à Chambéry avec l’implication forte du Secours Catholique local.

Une Accorderie naît de l’envie des habitants d’un quartier et elle est portée par eux, avec le soutien d’acteurs publics et privés locaux (communes, communautés de communes, associations…). Elle se crée en tant qu’association autonome. Afin de coordonner leur développement que l’on pressent rapide, il est décidé de créer le Réseau des Accorderies.

Cette « tête de réseau » doit aussi garantir que la philosophie qui sous-tend le concept n’est pas dévoyée. Par exemple, les Accorderies ne sont pas de « simples » systèmes d’échanges locaux (SEL). Leur projet doit être au service de la lutte contre la pauvreté. Le Réseau a également pour mission de soutenir les porteurs de projets d’Accorderies dans les territoires.

 

On compte 37 Accorderies en activité, plus de 19 000 accordeurs et 753 000 heures échangées.

 

La première collectivité à encourager la naissance de tels projets est la Région Auvergne – Rhône Alpes. À cette époque, elle finance la première rencontre des porteurs de projets d’Accorderies, à la suite d’un appel à candidatures auprès des habitants. Le succès est au rendez-vous ! La Ville de Paris est également très intéressée par le concept : elle soutient la création de deux nouvelles Accorderies : celle de Belleville et celle du 14e arrondissement.

À partir de ce moment-là, ce sont deux à trois Accorderies qui naissent chaque année en France. Un projet met en moyenne un an et demi à se monter, de l’idée à l’obtention de l’agrément par le Réseau. En 2021, on compte 37 Accorderies en activité sur 41 agréées, plus de 19 000 accordeur-es déjà passé-es par une Accorderie, et plus de 753 000 heures échangées.

 
Actrices du lien social, les Accorderies fêtent leurs 10 ans

 

 

Les Accorderies : mode d'emploi
 
Quels sont les principes et les valeurs propres aux Accorderies que le Secours Catholique promeut à travers son implication dans le Réseau ?


Les trois piliers fondateurs des Accorderies sont en profonde cohérence avec le projet national de notre association. Le premier pilier est le développement du pouvoir d'agir, à savoir le développement de la capacité des personnes à mettre en oeuvre leurs propres solutions et aspirations pour améliorer leur quotidien. 

Le deuxième est l'enjeu de la lutte contre l'isolement, la précarité et l'exclusion, évoqué précédemment et dont le Secours Catholique, par sa présence dans le Réseau, est en quelque sorte le garant.

Le troisième pilier est la mixité sociale : les Accorderies ont vocation à être des lieux où se rencontrent et s'entraident des populations d'origines sociales et culturelles diverses. Au titre de cette mixité, les membres d'une Accorderie sont ainsi tous des Accordeurs, sans distinctions. Cela entre en résonnance avec les réflexions qui animent le Secours Catholique : il est important d'agir avec les personnes ; d'être, ensemble, tous acteurs de la lutte contre la pauvreté. Avec un temps d'avance, les Accorderies tentent ainsi une réelle mise en oeuvre de ce qu'on peut appeler le "agir ensemble". 

 

En savoir + sur nos actions et notre plaidoyer en faveur d'une économie solidaire et durable

 

En quoi les Accorderies participent d'une solution pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion et favoriser le vivre-ensemble ?

 

Les Accorderies, par le système d'échanges de services - individuels ou collectifs - qu'elles proposent, sont un levier puissant du point de vue des réponses très concrètes qui peuvent êtres apportées aux besoins rencontrés par des personnes en précarité : se déplacer, réparer un bien, se former, etc. Par leur implantation aux carrefours de quartiers différents, elles sont un levier important aussi pour faire vivre la mixité sociale.

À leur modeste échelle, et au plan local, elles sont une réponse possible pour combattre la pauvreté, par l'entraide et la mobilisation citoyenne. Cette réponse peut se déployer tant dans les centres urbains que dans les zones rurales, comme c'est le cas dans la région de Die, dans la Drôme, et le secteur de Surgères, dans le Poitou, deux territoires qui ont leurs Accorderies. 

 

Quels sont les ambitions et défis du Réseau pour les 10 prochaines années ?


D'une part, nous, Secours Catholique, souhaitons développer davantage les liens concrets entre les antennes locales du Secours Catholique et les Accorderies : soit pour appuyer la création de nouvelles Accorderies, soit pour permettre des échanges entre des Accorderies existantes et les équipes du Secours Catholique. Établir des liens de proximité permettrait par exemple à des personnes en précarité accompagnées par le Secours Catholique de trouver dans une Accorderie, via l'échange de services, des solutions et des réponses complémentaires à certaines de leurs problématiques.

D'autre part, en ce qui concerne le Réseau en tant que tel, nous avons obtenu un budget conséquent dans le cadre de l'appel France Relance, qui doit nous conduire à l'accompagnement à la création de cinq nouvelles Accorderies et à l'extension de huit autres (création d'antennes liées à des structures existantes). L'avenir est donc riche !

Propos recueillis par Clarisse Briot
Trois hommes admirent leur récolte de salade
Plus d'informations
Économie solidaire
# sur le même thème