Visuel principal
un homme jardine

Accès digne à l'alimentation

Chapô
Pour lutter contre la précarité alimentaire, le Secours Catholique développe des lieux où les ménages ont accès dignement à une nourriture de qualité. Il appelle les pouvoirs publics à développer des solutions structurelles afin que chacun puisse faire le choix d'une alimentation saine et durable.
Constat
Notre réponse
Notre action
Sections
Texte

Plus de 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France, selon l’Insee. Or l’alimentation sert souvent de variable d'ajustement en cas de difficultés budgétaires des ménages. Huit millions de personnes sont ainsi considérées en situation d'insécurité alimentaire. Un large part recourt à l'aide alimentaire pour se nourrir. Beaucoup d’autres se privent régulièrement de repas et/ou sont contraintes de consommer des produits à bas coût, souvent mauvais pour la santé. Ces problèmes d’accès à une alimentation en quantité et qualité suffisantes génèrent souvent du stress et de la honte, et peuvent pousser les personnes à s’isoler.

Chiffres clés
Chiffre
8 millions
Description
de personnes sont considérées en situation d'insécurité alimentaire en France.
Chiffre
18%
Description
du budget des ménages les plus modestes est consacré à l'alimentation
Chiffre
+7,9%
Description
c'est la progression des prix alimentaires entre août 2021 et août 2022
Texte

Notre réponse

Pour lutter contre la précarité alimentaire, le Secours catholique a développé, en partenariat avec d’autres organisations, différents types de lieux où les ménages ont accès dignement à une nourriture de qualité. Des épiceries solidaires proposent ainsi une offre diversifiée de produits alimentaires, que les personnes, adhérentes, peuvent choisir librement, et dont le prix se situe entre 10 et 30% du prix pratiqué dans le commerce. Dans les jardins partagés, les personnes peuvent cultiver des légumes et des herbes aromatiques sur des parcelles individuelles, collectives ou mixtes. Enfin, des paniers frais solidaires, payés au juste prix aux producteurs, sont accessibles par tous, avec un tarif moindre pour les ménages en difficulté financière. Toutes ces initiatives sont aussi des espaces de rencontre où les personnes isolées rencontrent du monde et peuvent nouer des liens.

Parallèlement, le Secours Catholique agit pour la mise en œuvre de projets alimentaires collectifs respectueux des personnes et de l'environnement, et appelle les pouvoirs publics à apporter des réponses structurelles pour permettre à tous un accès digne à une alimentation saine et durable.

En savoir plus

Titre du bloc FAQ

Toutes les réponses à vos questions

Intitulé de la question

Aide à la lutte contre la précarité alimentaire

Réponse

Faire ses courses, choisir avec soin les aliments, mijoter un bon petit plat équilibré pour sa famille, autant de gestes simples qui animent notre quotidien. Pourtant, ces actes de la vie courante, de nombreux français, touchés par la précarité alimentaire, en sont coupés. Des associations telles que le Secours populaire, les Restos du cœur, la Croix-Rouge ou le Secours Catholique luttent chaque jour en France contre l’insécurité alimentaire grâce à la distribution de denrées alimentaires et à de nombreuses actions qui permettent aux plus démunis de retisser un lien social.

 

Qu’est-ce que la précarité alimentaire ?

Réponse

La précarité alimentaire est une situation dans laquelle un individu ne peut avoir accès à une alimentation saine et variée, en quantité suffisante pour lui et sa famille, du fait de sa vulnérabilité économique et sociale.

Les chiffres de la précarité alimentaire en France 

La précarité alimentaire est étroitement liée à la pauvreté monétaire. En France, près de 9,3 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, soit près de 15 % de la population. Parmi elles, 7 millions sont concernées par l’aide alimentaire. Un chiffre qui ne reflète malheureusement pas la réalité des besoins, car faire appel à l’aide alimentaire reste encore aujourd’hui une démarche difficile. Cette conséquence directe de la pauvreté touche des profils très variés : des hommes seuls, sans logement, bénéficient plutôt de distributions de repas tandis que les familles, pour beaucoup monoparentales avec enfants, se tournent vers les épiceries sociales et la distribution de colis alimentaires mises en place dans le cadre de l’aide aux familles en difficulté. Avec la crise sanitaire, la précarité des bénéficiaires de l’aide alimentaire s’est accrue et de nouveaux profils ont dû y avoir recours ; les étudiants, souvent étrangers, ont été les premiers impactés de la crise sanitaire dans ce domaine. Revenus précaires ou insuffisants, accidents de la vie (maladie, chômage, décès d’un conjoint…) sont autant de causes qui peuvent brutalement conduire à la précarité alimentaire. 

Les conséquences de la précarité alimentaire 

Les conséquences de la précarité alimentaire sont nombreuses. La première est les problèmes de santé qui découlent d’une mauvaise alimentation. À commencer par la faim et l’épuisement qui guettent dès que les repas sont sautés. À plus long terme, sans accès à des produits alimentaires frais, des fruits et des légumes en quantité suffisante, c’est le manque de vitamine D qui apparaît ;  l’anémie, le cholestérol et le diabète sont aussi des conséquences graves de la précarité alimentaire. En effet, la population en situation d’insécurité alimentaire se nourrit souvent de plats trop gras, de mauvaise qualité nutritionnelle, ce qui favorise l’obésité. L’impact sur la santé des enfants est également reconnu : carence, retard de croissance, système immunitaire affaibli… les conséquences d’une mauvaise nutrition sont lourdes et parfois irréversibles. 

Enfin, la seconde conséquence majeure de la précarité alimentaire est l’isolement social : un sentiment de honte envahit souvent les bénéficiaires de l’aide alimentaire qui s’isolent alors. Quand on ne va plus faire ses courses, qu’il nous est impossible de partager un repas, le lien social disparaît peu à peu jusqu’à ne plus avoir pour seul contact extérieur les associations et structures d’aides alimentaires.

Le Secours Catholique engagé pour un accès digne à une alimentation durable et de qualité

Réponse

Le Secours Catholique a fait de l’alimentation l’une de ses missions principales. En étant l’une des premières associations à distribuer des chèques alimentaires aux plus vulnérables pendant le confinement lié à la pandémie, le Secours Catholique a pris la mesure de l’ampleur de l’insécurité alimentaire des familles.  Fort de ce constat, le Secours Catholique a décidé de s’attaquer directement aux causes de cette précarité ; ainsi, l’objectif n’est pas seulement d’apporter une aide alimentaire mais aussi de favoriser la réinsertion professionnelle et de lutter contre l’isolement social.

Améliorer le revenu des ménages en situation de précarité 

Le Secours Catholique soutient l’idée d’une augmentation importante du RSA. En améliorant le revenu des ménages en situation de précarité, on participe à réduire leur insécurité alimentaire et les conséquences qui y sont liées. Ce revenu minimum garanti soutenu par le Secours Catholique peut tout à fait s’inscrire en parallèle de la politique de retour à l’emploi développée par le gouvernement.

Soutenir la transition agroécologique 

Des solutions alternatives existent pour répondre aux problématiques d’accès à l’alimentation à l’échelle mondiale. Grâce à l’agroécologie, il est possible de produire de manière responsable une alimentation de bonne qualité pour la santé des familles, tout en étant respectueux de l’environnement. Un producteur de maïs mexicain s’est engagé dans cette voie en abandonnant la culture transgénique et les pesticides ; au fil des années, il a ainsi pu partager ses récoltes avec de nombreuses familles. Le Secours catholique encourage les projets agricoles responsables, écologiques et sociaux. 

Aide alimentaire : comment soutenir les actions du Secours Catholique ?

Réponse

Pour soutenir les actions du Secours Catholique dans le domaine de l’aide alimentaire, plusieurs solutions s’offrent à vous : 

  • faire un don : il peut s’agir d’un don en ligne ponctuel ou par chèque. Si vous préférez agir sur la durée ou répartir votre don, vous pouvez aussi opter pour le don régulier par prélèvement automatique avec la possibilité de suspendre ce don à tout moment.
  • faire un legs en transmettant une partie de ses biens.
  • organiser une collecte lors d’un événement sportif ou familial.
  • devenir bénévole en donnant de votre temps.

Au-delà de l’aide alimentaire, le Secours Catholique agit au quotidien dans de nombreux autres secteurs : qu’il s’agisse de l’accès au logement et à l’éducation pour tous ou encore de l’accompagnement vers l’emploi.

 

En action
Résumé mode liste
Le Secours Catholique réfléchit à comment rendre accessible aux ménages précaires une alimentation locale de qualité.
Résumé mode liste
L’atelier “Cuisinons Ensemble“ de Vénissieux rassemble des personnes précaires le temps d’une recette pour partager un bon moment et trouver des solutions pour manger mieux.
Résumé mode liste
L’AMAP « Aux P’tits Pois » intègre des personnes en précarité afin de démocratiser l’accès à une alimentation saine et en circuit court.
Grand format