Guinée : « Tournons la page » saisit la Cour pénale internationale

Publié le 16/10/2020
Guinée
 

Alors que l’élection présidentielle est prévue ce 18 octobre en Guinée, « Tournons la page » dénonce des meurtres caractérisant un crime contre l’humanité dans un rapport intitulé « Un troisième mandat d’Alpha Condé, à quel prix ? ».

L'ONG soutenue par le Secours Catholique a saisi la Cour pénale internationale. 

 

Entretien avec Ibrahima Diallo, coordinateur de « Tournons la page » Guinée.

 

Pourquoi avoir saisi la Cour pénale internationale ?

 

Depuis le début des manifestations en 2019 contre un changement de Constitution permettant au président de briguer un troisième mandat, nous avons relevé une centaine de morts par balles. Nous voulons désormais que justice soit rendue aux victimes et mettre un terme à l’impunité des auteurs de ces crimes.

Ceux-ci reposent notamment sur l’acte constitutif premier de l’article 7 du statut de la CPI, le meurtre qui relève des crimes contre l’humanité. Pour nous, saisir la CPI nous donne espoir que justice soit rendue, chose impossible en Guinée car la justice est inféodée au pouvoir exécutif. Le gouvernement refuse que les forces de sécurité coupables répondent de leurs actes.

 

Dans votre rapport « Un troisième mandat d’Alpha Condé à quel prix ? », vous accusez les forces de l’ordre d’avoir réprimé violemment les manifestations contre un troisième mandat…

 

Nous avons sérieusement documenté 52 décès de civils en nous appuyant sur les témoignages des proches des victimes. « Tournons la page » a également répertorié une dizaine de blessés graves et 80 arrestations ou kidnapping. J’ai moi-même été kidnappé et ma femme violentée.

Pour nous, ces 52 crimes constituent des crimes contre l’humanité car il s’agit d’assassinats ciblés. La majorité des victimes sont issues de la communauté peule et vivent dans un quartier bastion de l’opposition. Nous avons voulu alerter la CPI pour qu’elle ouvre une enquête préliminaire.

 

Pourquoi se mobiliser contre un troisième mandat d’Alpha Condé ?

 

Ce troisième mandat est anticonstitutionnel. Car la Constitution guinéenne de 2010 prohibe toute révision relative au nombre et à la durée des mandats présidentiels. Le président n’en a pas tenu compte et a fait un coup d’état constitutionnel avec le référendum de mars lui ayant permis de changer la Constitution.

Il a forcé la situation au prix du sang des Guinéens versé. Tournons la page se mobilise pour promouvoir l’alternance démocratique. Et le maintien d’Alpha Condé au pouvoir au-delà de deux mandats est une menace pour la paix et la stabilité. Il fait tout pour se maintenir au pouvoir, quitte à tuer.

 

Quelle est la situation actuelle en Guinée ?

 

L’élection présidentielle a lieu le 18 octobre et nous allons dénoncer un coup d’État au même titre qu’un coup d’État militaire. La candidature d’Alpha Condé est illégale ! C’est pourquoi nous appelons la communauté internationale à agir et à prendre des sanctions à l’égard d’Alpha Condé pour tous les crimes commis en Guinée. La France devrait se mobiliser.

 

Consulter le rapport « Un troisième mandat d’Alpha Condé à quel prix ? »

 

Propos recueillis par Cécile Leclerc-Laurent
Crédits Photos : ©Sadak Souici / Le Pictorium/MAXPPP
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème