Jouer pour se relever : l'aventure sur scène des Fous d'art solidaires

Publié le 05/08/2019
 

À Créteil, en région parisienne, le groupe des petits-déjeuners artistiques du Secours Catholique - Les fous d'art solidaires - monte chaque année une création théâtrale. Ces projets artistiques sont un moyen pour les participants, qui traversent des situations de précarité, de retrouver confiance en soi et en l'autre ; de tenir debout. "Écoute nos gestes", leur dernier spectacle, a fait l'objet d'un film documentaire qui retrace une aventure collective précieuse.

 
Jouer pour se relever : l'aventure sur scène des Fous d'art solidaires

VOIR

Le film d'Olivier Horn

 

Le documentaire s’ouvre sur le point d’aboutissement : une représentation théâtrale sans paroles, musicale, mimée et chorégraphiée, devant un public fourni, à Créteil, en région parisienne. Ensuite, c’est un retour en arrière, « quelques mois plus tôt », au fil de semaines de répétition pendant lesquelles se joue le cœur de l’aventure vécue par Les fous d’art solidaires.

Autour de Marie-Thérèse Esneault, "Écoute nos gestes", spectacle monté par des personnes en précarité - morale, financière, de santé… - se lance.  « Si on veut arriver au bout d’un travail, il faut vraiment respecter les règles », avertit avec bienveillance cette experte en art-thérapie.

Un rendez-vous qui compte

Chaque mercredi, les participants se retrouvent. Ils ont des parcours, des origines, des situations sociales et personnelles et des souffrances diverses. Certains dorment à la rue, d’autres vivent rongés par la douleur physique. Dans cette aventure artistique et collective, ils vont « apprendre à traverser les souffrances, à retrouver la confiance en soi, en l’autre ».

Chaque séance commence par un petit-déjeuner « pour échanger sur les choses essentielles, construire le groupe de l’intérieur en partageant ». On prend des nouvelles des absents, on plaisante, on se confie, on réfléchit ensemble, on se soutient, on souffle les bougies des anniversaires…

C’est « un rendez-vous qui compte » explique Karim. « Ça me permet de me sortir de ma chambre d’hôtel, de voir du monde, de nouer des contacts ».

 

Ça me tient, comme un fil conducteur dans ma vie de tous les jours.

 

Au fil des semaines, la création prend forme, les « acteurs » s’épanouissent, prennent du plaisir à jouer ensemble, sous la houlette de Jorge, le metteur en scène. « Ça fait sortir de soi-même, découvrir des talents qu’on ne soupçonnait pas en nous, témoigne une participante. On se prend au jeu… et puis tout va bien. Ça me tient, comme un fil conducteur dans ma vie de tous les jours ».

Jour J, en coulisses, la tension monte. Chacun se concentre à sa manière. « Bon courage à tous », lance Jorge à quelques secondes du lever de rideau. « Écouter nos gestes, ça paraît bizarre, mais regarder, c’est tout un art ». La première réplique est lancée. Le spectacle peut commencer.

La rédaction
© Documentaire réalisé par Olivier Horn.
Deux mamies sourient bras-dessus bras-dessous
Plus d'informations
Lien social et lutte contre l'isolement
# sur le même thème