Paniers frais : des producteurs locaux solidaires

Publié le 15/06/2020
France
Paniers frais  : des producteurs locaux solidaires
Les jardins de Volvestre, à Salles sur Garonne.
 

Avec le confinement, de nombreux foyers en situation de précarité se sont retrouvés en difficulté pour s’alimenter, alors que les maraîchers peinaient à écouler leur production. Le Secours Catholique a décidé d’articuler ces deux maillons de la chaîne en soutenant le développement de paniers frais solidaires. L’objectif : permettre aux plus précaires l'accès à une alimentation de qualité et engager la rencontre entre des acteurs qui se côtoient peu. 

 

Des fruits et des légumes de saison, du miel, des produits laitiers… Accompagnée par le Secours Catholique du Jura, Laurie a découvert avec plaisir le contenu de son premier panier solidaire. « Rien qu’un panier, ça permet d’être comme les autres ! C’est bon pour le moral en plus d’être bon au goût et pour la santé », confie cette mère célibataire.

Elle retrouve, avec ces produits variés, la satisfaction de s’attabler et la joie d’avoir accès toutes les deux semaines à des aliments de qualité, pour 4 €. « Quand tu vas dans un magasin, la seule chose que tu regardes c’est le prix. Mais les premiers prix, ça va bien un moment, tu manges parce que tu as besoin de manger, il n’y a aucun plaisir ».

 

Les premiers prix, ça va bien un moment, tu manges parce que tu as besoin de manger, il n’y a aucun plaisir.

Laurie, qui reçoit un panier solidaire

Laurie compte parmi les ménages du département qui bénéficient du dispositif de paniers frais mis en place depuis le confinement par le Secours Catholique. L’idée est partie de ce constat : les budgets alimentaires des foyers augmentent, alors que l’aide délivre essentiellement des produits secs afin de limiter les opérations de manutention.

En parallèle, au tout début de la chaîne, de nombreux producteurs et productrices peinaient à écouler leurs récoltes, faute de marchés ou de lieux de restauration collective ouverts. « Ce projet relève d’une double solidarité : vis-à-vis des personnes accompagnées par le Secours Catholique, mais aussi des producteurs locaux », indique Marie Drique, chargée de projet Accès digne à l’alimentation au Secours Catholique.

 

C'est une démarche solidaire qui a du sens pour moi. Dans notre ferme, l'aspect environnemental et social est très important

Laurent, producteur de yaourts et fromages bio

« Cette initiative met en lien les personnes qu'on accompagne et qui avaient du mal à se nourrir avec des producteurs de la région », retrace Christine Comas, animatrice dans le Jura, qui a été épaulée par une équipe de bénévoles motivés, parmi lesquels beaucoup de jeunes.

« Ils ont envie d’être solidaires et de s’engager. C’est eux qui vont chercher les produits chez les producteurs, rapporte Christine Comas, qui a aussi pu compter sur d’autres bonnes volontés pour gérer l’aspect logistique du projet : « Un restaurateur et une Biocoop nous ont ouvert leurs chambres froides ».

« Cette démarche a été très bien accueillie par le secteur », souligne Camille Roncali, animatrice du Groupement Agriculteurs Bio (GAB) du Jura, partenaire du Secours Catholique. « J’ai tout de suite accepté le projet », abonde Laurent Delafollye dont les yaourts et les fromages bios remplissent les paniers solidaires depuis début mai. « C'était une période compliquée pour tout le monde et c'est une démarche solidaire qui a du sens pour moi. Dans notre ferme, l'aspect environnemental et social est très important ».

Une trentaine de projets en cours

« J’ai beaucoup de problèmes de santé. Me permettre de manger sainement, ça m’aide énormément… C’est génial de faire travailler localement. En achetant un panier on me donne l’occasion d’être solidaire aussi, avec des gens qui travaillent ici », se réjouit Patricia, qui reçoit une allocation adulte handicapé.

Cette solidarité a vocation à se poursuivre dans le temps : la plupart des paniers solidaires vont être maintenus jusqu’à la fin de l’été et, pour certains, au-delà. Une trentaine de projets sont en cours dans toute la France, comme à Blois dans le Loir-et-Cher, où des paniers sont destinés aux familles monoparentales, ou encore en Bourgogne en lien avec les jardins de Cocagne, ces structures d’insertion sociale qui promeuvent l’agriculture biologique.

Des partenariats sont aussi montés avec les Amap solidaires, les maraîchers locaux ou encore les structures d’insertion sociale par le maraîchage et d’autres partenaires sont souvent impliqués. Comme dans le Var, où les paniers seront à destination d’étudiants en lien avec le Crous.

 
Paniers frais  : des producteurs locaux solidaires
Paniers solidaires en partenariat avec les jardins de Volvestre, à Salles sur Garonne.
 

Des paniers d’avenir

Le Secours Catholique propose un soutien financier aux projets de paniers frais qui émergent dans les territoires. Les prix des paniers varient, généralement autour de 10€ pour les “petits”, 20€ pour les “gros” (4 personnes environ), avec livraison dans un point de dépôt. Une participation des personnes accompagnées est parfois mise en place, souvent dans le cadre d’une réflexion avec les personnes et des travailleurs sociaux, pour un montant d’environ 2€.

Cette enveloppe budgétaire est pensée sur plusieurs semaines : il s’agit de faire face aux difficultés qui perdurent au-delà du confinement, mais aussi de permettre aux nouvelles collaborations de se construire, et aux anciennes de se renforcer. « L’objectif est de compléter la réponse d’urgence dans un contexte de crise sanitaire tout en amorçant l’avenir », indique Marie Drique.

Au total, quand l'ensemble des projets auront été lancés, ce sont 550 foyers qui seront aidés chaque semaine, soit 1 500 personnes environ. « Être actrice d’un tel projet à long terme, c’est valorisant pour moi, et primordial pour tous », estime Patricia.

Marina Bellot
© Sébastien Le Clézio / Secours Catholique
Portrait de famille
Plus d'informations
Soutien aux familles et à l'enfance
# sur le même thème