Pierre d'Angle : « Ici, beaucoup ne vont pas à la messe mais on y sent une foi profonde »

Publié le 13/11/2021
Boulogne-sur-Mer
Pierre d'Angle : « Ici, beaucoup ne vont pas à la messe mais on y sent une foi profonde »
 

Dans la foulée du père Joseph Wresinski, pour qui les pauvres sont le fondement de l’Église, plusieurs fraternités ont pris le nom de Pierre d’Angle et invitent les personnes en difficulté à se réunir pour parler de spiritualité. Reportage à Boulogne-sur-Mer.

Une fois par mois, dans une salle attenante à l’église Saint-Patrick dans le quartier du Chemin vert, à Boulogne-sur-Mer, des habitants se réunissent pour éclairer leurs vies à la lumière de textes bibliques. Ce vendredi après-midi du mois de novembre, Loïc Sarazin, un diacre sexagénaire qui, depuis toujours, entend vivre selon les préceptes du Christ, anime la séance.

Autour de lui, une dizaine de personnes donnent tour à tour de leurs nouvelles. Puis elles sont invitées à choisir une image parmi de nombreuses photographies en noir et blanc disposées sur une table près de l’entrée. Chacun se plie de bonne grâce à cet exercice qui aide à délier les langues et à ouvrir les cœurs. 

Au centre de l'église

« Nous accueillons ici des personnes en quête de spiritualité, souvent en situation de précarité et parfois éloignées d’une Église où elles ne se reconnaissent pas , explique Loïc Sarazin. Les rencontres de Pierre d’Angle les aident à nourrir leur spiritualité, en leur offrant des moments de partage pendant lesquels ils peuvent librement s’exprimer. »

Le mouvement Pierre d’Angle a vu le jour il y a 20 ans par la volonté de Jean-Claude Caillaux, un adepte de Joseph Wresinski, fondateur d’ATD-Quart Monde. Tout comme le Père Wresinski, Jean-Claude Caillaux a souhaité remettre les pauvres au centre de l’Église et leur donner la parole.
 

Chacun peut dire ce qu’il veut ici sans se sentir jugé. On ne partage que de la joie et de l’amour.

Hubert.

« Pour moi, c’est une évidence, poursuit Loïc Sarazin. Pour trouver Dieu, il faut aller voir le plus petit, le plus pauvre d’entre nous. Ce sont les pauvres qui détiennent la sagesse. Pas l’intellectuel ni le théologien, mais le pauvre! Je ressors d’ici édifié par ce que les participants nous disent de leur expérience de Dieu. »

 

Il existe 25 fraternités de la Pierre d’Angle en France qui se retrouvent une fois par an à Issy-les-Moulineaux. Très proche du Réseau Saint-Laurent avec lequel elles interagissent souvent, ces fraternités regroupent environ trois cents personnes. « Chaque rencontre à Pierre d’Angle augmente ma foi, m’aide à voir clair en moi », confie Michèle, une des fidèles aux rencontres mensuelles boulonnaises.

Son amie Marie-Claude ajoute : « Nous en repartons toujours joyeuses car nous nous sentons plus humbles, plus simples qu’à notre arrivée. Ici, beaucoup ne vont pas à la messe mais on y sent une foi profonde. »

« Quand je viens ici, dit Steve, un trentenaire travaillant en Esat (Établissement ou service d'aide par le travail), je suis de bonne humeur. J’aime les gens du groupe et entendre les textes de la Bible. » Un sentiment partagé par Hubert qui ajoute : « Chacun peut dire ce qu’il veut ici sans se sentir jugé. On ne partage que de la joie et de l’amour. »

Jacques Duffaut
Crédits photos : ©Steven Wassenaar/Secours Catholique
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème