Pour nous, le Rassemblement national c'est non !

Publié le 18/04/2022
Pour nous, le Rassemblement national c'est non !
© Christophe Hargoues/Secours-Catholique
 

En cohérence avec ses valeurs de confiance en l’autre, d’engagement et de fraternité qui prennent leur source dans l’Évangile, le Secours Catholique-Caritas France se joint aux 26 mouvements chrétiens et services de l’Église de France pour appeler les électeurs à un sursaut citoyen au service du bien commun. 

Les personnes engagées au Secours Catholique et celles qu’il accueille et accompagne sont diverses, dans leurs origines, leurs parcours, leurs convictions religieuses ou politiques. Cette diversité est une richesse à préserver.

En cette période d’intense activité politique et de choix essentiels pour notre pays, et alors que l’issue du second tour de l’élection présidentielle s’annonce incertaine, le Secours Catholique, tient à
affirmer clairement son choix : l’abstention et le vote blanc ne sont pas une solution et, pour nous, le Rassemblement national, c’est non !

Pour autant ce choix n’est pas un blanc-seing au Président sortant et nous continuons notre plaidoyer pour plus de justice et de fraternité auprès du prochain Gouvernement et en vue des
élections législatives.

Fidèles à ses engagements, le Secours Catholique a contribué à la préparation de deux textes de collectifs qui, chacun dans leur style propre, appellent les électeurs et électrices au discernement et à leurs responsabilités, afin de préserver notre démocratie et au service du bien commun :

Le bureau national du Secours Catholique. 

 

Appel à un sursaut citoyen au service du bien commun

À l’occasion de l’élection présidentielle, nous, responsables d’organisations chrétiennes, protestantes et catholiques, et le représentant de la Métropole grec-orthodoxe de France, Patriarcat Œcuménique, appelions à un large débat démocratique. Nous insistions sur trois défis majeurs : le scandale des inégalités qui frappent en premier lieu les plus vulnérables, l’urgence écologique, et la paix et le vivre ensemble dans une société fracturée.

À l’issue du 1er tour de l’élection présidentielle, la France est profondément divisée.  Pour le 2ème tour, deux visions de notre pays s’affrontent.

Une vision qui, sous un discours social, est fondée sur la préférence nationale, le rejet de l’étranger, menace les droits fondamentaux et contribuerait à aggraver les fractures. Cette vision dangereuse cache sous une pseudo défense de l’égalité son refus des libertés et de la fraternité et son attrait pour les régimes autoritaires. Elle nous enfermerait dans une France forteresse, aveugle aux enjeux écologiques. Or la liberté, l’égalité et la fraternité sont nos repères communs. La solidarité, l’hospitalité, le respect de l’autre et de la planète guident nos choix de citoyens. 

Une autre vision promeut la démocratie et les valeurs républicaines, porte une ambition pour l’Europe et les enjeux internationaux, mais relativise l’urgence d’une véritable transition écologique et solidaire et traite avec brutalité les questions sociales.

Pourtant, toute la Bible nous rappelle que l’attention aux plus fragiles et l’accueil de l’étranger sont au cœur de notre foi.

Si la colère peut se comprendre au regard de certaines décisions politiques de ces dernières années, le vote à l’élection présidentielle doit être guidé par notre vision. Nous voulons une société ouverte, fraternelle, qui cherche à renforcer la justice, à combattre la pauvreté et les inégalités, à accélérer une transition écologique juste et solidaire. Nous aspirons à construire une Europe citoyenne, et à vivre une solidarité internationale renforcée, dans une société qui respecte les droits fondamentaux de tous, y compris ceux des étrangers. 
 

Le pire doit être évité. Il ne peut pas l’être par l’abstention et le vote blanc. 

 

Il n’est pas envisageable de choisir pour notre avenir un projet de société xénophobe, fondé sur le repli sur soi, la division de la société et l’atteinte aux droits humains. En conscience, nous ne pouvons qu’appeler à voter contre cette option mortifère.

Engagés aux côtés des personnes vulnérables, fragiles, nous connaissons leurs inquiétudes, leurs vies difficiles, mais aussi leur sens de la solidarité. Ce sont elles que nous accompagnons dans nos différents engagements pour leur permettre de devenir actrices de leur vie, de vivre dignement et d’exercer leur citoyenneté. 

Pour l’avenir, notre pays a besoin de la participation de toutes les personnes qui y vivent, à commencer par celles qu’on ne voit pas, qu’on n’entend pas. 

L’élection présidentielle n’est qu’une étape. Au-delà de ce second tour, il faudra rassembler tous les citoyens et les associer réellement à la construction d’une société accueillante, solidaire et respectueuse de l’environnement, combattre résolument les inégalités et la pauvreté, et favoriser le dialogue avec toutes les forces de la société civile. 

Chrétiens engagés dans la vie économique et sociale, dans la solidarité en France et à l’international, nous continuerons notre action avec exigence et vigilance, confiance et espérance.


Signataires :

 

Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT-France) - Bernadette Forhan, présidente
Action catholique des enfants (ACE) - Patrick Raymond, président
Action catholique des milieux indépendants (ACI) - Marc Deluzet, président, et Françoise Michaud, vice-présidente
Action catholique ouvrière (ACO) - Danielle Beauchet et Lionel Lecerf, coprésidents
Apprentis d’Auteuil - Jean-Marc Sauvé, président
A Rocha France - Rachel Calvert, présidente
Centre de recherche et d’action sociales (CERAS) - Marcel Rémon, directeur
Chrétiens dans l’enseignement public (CdEP) - Chantal de la Ronde, présidente
Chrétiens dans le monde rural (CMR) - Margot Chevalier, coprésidente ; Jean-Luc Bausson, coprésident
Comité catholique contre la faim et pour le développement -Terre solidaire (CCFD-Terre solidaire) - Sylvie Bukhari-de Pontual, présidente
Communauté de vie chrétienne France (CVX) - Brigitte Jeanjean, responsable nationale
Délégation catholique pour la coopération (La DCC) - Arnoult Boissau, président
Fédération d’entraide protestante (FEP) - Isabelle Richard, présidente
Instituts religieux et solidarité internationale (IRSI) - Sœur Bernadette Janura, présidente
Jeunesse étudiante chrétienne (JEC) - Louise Lécureur, présidente
Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) - Chloé Corvée, présidente nationale
JRS France (Jesuit Refugee Service) – Véronique Albanel, présidente
Justice et Paix-France – Michel Roy, secrétaire général
Les Semaines sociales de France (SSF) - Dominique Quinio, présidente
Métropole grecque-orthodoxe de France, Patriarcat œcuménique - Mgr Dimitrios Ploumis, métropolite de France
Mouvement chrétien des cadres et dirigeants (MCC) - Cécile et Martin Lesage, responsables nationaux
Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) - Nelly Vallance, présidente
Pax Christi France - Mgr Hubert Herbreteau, évêque d’Agen, président
Secours Catholique-Caritas France (SCCF) - Véronique Devise, présidente
Scouts et guides de France (SGDF) - Marie Mullet, présidente
Vivre ensemble l’évangile aujourd’hui (VEA) - Annick Faye, présidente‌

Photo : © Christophe Hargoues/Secours-Catholique
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème