Un revenu minimum garanti d’au moins 735 euros, et si on essayait ?

Un revenu minimum garanti d’au moins 735 euros, et si on essayait ?

Publié le 05/04/2022
France
 

Les minimas sociaux ne permettent pas aux personnes privées d’emploi de vivre dignement. Le Secours Catholique propose d’instaurer un revenu minimum garanti d’au moins 735 euros et, à terme, de 50 % du niveau de vie médian, soit environ 900 euros à l’heure actuelle.

Pour les demandeurs d’emploi qui ne sont pas – ou plus – éligibles à l’assurance chômage, le revenu de solidarité active (RSA) devient le seul filet. Son montant : 575,52 euros pour une personne seule depuis le 1er avril 2022 (565,34 euros auparavant). 2 millions de ménages le perçoivent aujourd’hui.

Son montant se situe bien en-deçà du seuil de pauvreté : augmenté de la prime d’activité, il ne pèse que 39 % du smic pour une personne seule, contre près de 50 % à la création de son prédécesseur, le revenu minimum d’insertion (RMI), en 1988.

Par ailleurs, le RSA n’a rien de garanti : il faut signer et appliquer un contrat d’engagement, pointer aux rendez-vous, sous peine de sanctions qui déstabilisent des ménages déjà fragiles. La dématérialisation des démarches accroît le non-recours, au point que 34 % des foyers éligibles n’en font pas la demande. Et les 18-24 ans, particulièrement touchés par la pauvreté, n’y sont pas éligibles, à moins d’avoir travaillé deux ans ou d’être parent isolé.

 

* Le seuil de pauvreté correspond à un revenu de 1 102 euros par mois pour une personne seule.

* Le montant du RSA pour une personne seule est de 575,52 euros depuis le 1er avril 2022 (565,34 euros auparavant).

* En France, 2 millions de ménages perçoivent le RSA.

 
Notre témoin : Claire, allocataire du RSA 
 

À 54 ans, Claire ne peut compter que sur le RSA pour vivre depuis qu’un accident vasculaire cérébral (AVC) l’a contrainte de cesser son activité d’infirmière libérale. Hébergée chez sa mère dans l’attente d’un logement social, elle compose avec des budgets « ricrac » qui la prive de l’autonomie et des petits loisirs qu’elle pouvait s’offrir jusque-là.

 

 Quand on devient précaire, on perd de notre liberté

Claire Brunel, 54 ans
 

La proposition du Secours Catholique

Pour en finir avec la grande pauvreté, le RSA doit être revalorisé et transformé en un revenu minimum garanti dès 18 ans, sous conditions de ressources. Il doit être accessible le plus automatiquement possible et les sanctions réservées aux cas de fraude délibérée.

 

Le gouvernement « devrait assurer d’ici la fin du quinquennat un revenu minimum d’au moins 40 % du niveau de vie médian (soit 735 € pour une personne seule) et, à terme, des ressources portées à 50 % du niveau de vie médian. »

Direction action et plaidoyer France du Secours Catholique

Les travaux de l’économiste Esther Duflo ont montré qu’un revenu minimum décent n’encourageait pas l’oisiveté. Il constitue au contraire un investissement social, qui permet aux personnes de se projeter dans la vie, notamment dans une formation ou un emploi.

Découvrez toutes les recommandations du Secours Catholique sur l'accès au travail et à un revenu décent

 

L’expert : Pierre Madec, économiste à l’OFCE

 

 

Économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), Pierre Madec rappelle que le faible montant du RSA, l’ampleur du non-recours et l’exclusion des 18-24 ans du dispositif restreignent sa capacité à combattre la pauvreté. Pour l’économiste, il est indispensable de revaloriser cette aide, de l’automatiser et de la rendre accessible dès la majorité.

 
Un revenu minimum garanti d’au moins 735 euros, et si on essayait ?
« Le RSA est loin d'être un outil de lutte contre la pauvreté »
Alexia Eychenne
Crédits photographiques : © Christophe Hargoues / Secours Catholique ; © Lilian Héliot / La Croix
Jeune homme réparant un ordinateur
Plus d'informations
Emploi, Insertion, Microcrédit
# sur le même thème