Une alimentation saine et durable pour tous les enfants scolarisés, et si on essayait ?

Une alimentation saine et durable pour tous les enfants scolarisés, et si on essayait ?

Publié le 08/04/2022
France
 

Pour lutter contre la précarité alimentaire qui touche plusieurs millions de personnes en France, le Secours Catholique plaide, notamment, pour l’égal accès à la cantine scolaire de tous les enfants et le soutien à une offre alimentaire durable et de qualité dans les assiettes des écoliers.

En France, près de 7 millions de personnes ont eu recours à l’aide alimentaire en 2020 (selon les derniers chiffres de la Direction générale de la cohésion sociale). Les personnes dépendantes de cette aide se privent régulièrement de repas, comme le montre le rapport "État de la pauvreté en France 2021" du Secours Catholique.

Elles sont également davantage exposées aux maladies liées à l’alimentation (diabète, maladies cardiovasculaires). Plus les budgets sont serrés, plus la qualité nutritionnelle de l’alimentation est contrainte. La flambée des prix, probablement exacerbée par la guerre en Ukraine, risque d’accroître cette précarité.

Pour les familles modestes, les repas pris à la cantine sont un moyen de nourrir correctement leurs enfants. Mais aujourd’hui, les familles précaires y ont moins accès que les autres. Quant à la qualité des repas servis, elle n’est pas à la hauteur des enjeux de la transition agroécologique.

 

* Au moins 7,4 millions d’élèves sont nourris tous les jours dans les cantines.

* Au collège, les élèves issus de familles défavorisées sont deux fois plus nombreux (40% d’entre eux) à ne pas manger à la cantine que les élèves issus de familles favorisées (22 %) et très favorisées (17 %)*.
 

* Seules 36 % des collectivités territoriales pensaient être en mesure d’atteindre en 2022 les objectifs de la loi EGalim en matière d’approvisionnement de qualité ou bio dans la restauration collective publique**.
 

*Centre national d’étude des systèmes scolaires, 2016
**Association des maires de France, 2020

 
Notre témoin : Gisèle, au RSA, deux enfants à charge 
 

Du fait de ses faibles ressources, Gisèle, accompagnée par le Secours Catholique dans le Var, a du mal à remplir son frigo et à payer les factures de cantine de ses enfants. Souffrant de diabète, elle aspire pourtant à mieux se nourrir, ainsi que sa famille.

 
Une alimentation saine et durable pour tous les enfants scolarisés, et si on essayait ?
© Lilian Héliot / La Croix
 
 

 Nous on voudrait manger sain et vivant !

Gisèle

S’il existe un soutien de l’État aux communes pour mettre en place une tarification sociale de la cantine pour les élèves de primaire (« cantine à 1 euro »), le dispositif ne fonctionne pas très bien. Et comme en témoigne Gisèle, les aides aux foyers modestes pour payer la restauration scolaire restent disparates selon les territoires, en particulier pour les collégiens et lycéens. Les familles peinent à s’y retrouver, préférant, pour certaines, renoncer à inscrire leurs enfants. 

 

La proposition du Secours Catholique

À l’occasion des élections, le Secours Catholique interpelle les candidats et futurs élus afin d’améliorer l’accès à la restauration scolaire et la qualité de son offre. Il demande que soit assuré l’égal accès à la cantine sur l’ensemble du territoire, notamment par un soutien pérenne de l’État pour généraliser la tarification sociale.

 

Nous demandons également un soutien financier accru de l’État [une prime à l’investissement] afin de garantir l’approvisionnement durable dans la restauration collective au sens large, des écoles aux hôpitaux.

Direction action et plaidoyer France du Secours Catholique

Le Secours Catholique plaide aussi pour que soit étudiée l’automatisation de la tarification sociale dans les cantines, afin de mieux lutter contre le non recours à cette aide. Plus globalement, pour permettre au plus grand nombre d’accéder à une alimentation saine, durable et de qualité, le Secours Catholique recommande d’agir directement sur les ressources des ménages, notamment en revalorisant les minimas sociaux.

 

Découvrez toutes les recommandations du Secours Catholique sur l'accès à l'alimentation.

 

L’expert : Nicolas Bricas, socio-économiste de l’alimentation

 

 

Nicolas Bricas est socio-économiste au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et titulaire de la chaire Unesco Alimentation du monde. Il soutient que l’accès à la cantine pour tous les enfants est un enjeu fort de la lutte contre la précarité alimentaire. La cantine est en effet un lieu d'apprentissage des règles commensales et, plus largement, de la vie en société. C'est aussi un espace de réflexion sur les enjeux alimentaires (d'où viennent les aliments consommés ? comment ont-ils été produits ? etc.), préfiguration d'une "démocratie alimentaire" qui n'exclue personne.

Pour l’économiste, le soutien de l’État pour généraliser l’application d’une tarification sociale est nécessaire. Il s’agit aussi d’accompagner les collectivités territoriales vers un approvisionnement durable et de qualité. Cela implique notamment de travailler avec les agriculteurs locaux pour que leurs productions répondent aux besoins des cantines. Cette structuration des filières pourrait avoir un effet d’entraînement vertueux en matière d’approvisionnement, au-delà de la restauration scolaire.

 
Une alimentation saine et durable pour tous les enfants scolarisés, et si on essayait ?
« On a besoin de redémocratiser le débat sur l'alimentation »
 

Pour aller plus loin

Clarisse Briot
Crédits photographiques : © Xavier Schwebel / Secours Catholique ; © Lilian Héliot / La Croix Prise de son : Aurore Chaillou
Jeune homme réparant un ordinateur
Plus d'informations
Emploi, Insertion, Microcrédit
# sur le même thème