Élections 2022 : nos propositions pour faire reculer la pauvreté

En cette année d’élections présidentielle et législatives, la série « Prenons le parti de la fraternité » décortique plusieurs propositions concrètes du Secours Catholique pour faire reculer la pauvreté. Une manière d'interpeller les candidats et candidates. Et de redire que la lutte contre la pauvreté s’incarne dans des choix politiques.

Pour 86 % des Français, la pauvreté devrait être au cœur de la campagne électorale. C’est ce que montre un sondage du Secours Catholique publié le 17 mars en partenariat avec Viavoice. Ce chiffre résonne fortement avec les engagements du Secours Catholique pour un monde plus fraternel et plus juste.

Accès au logement, rénovation énergétique, travail, revenu, alimentation, migrations, transition écologique. Nous avons interviewé des personnes qui vivent aujourd’hui la précarité dans un ou plusieurs de ces domaines : elles témoignent de leurs combats quotidiens et de leur désir de vivre plus dignement.

Nous avons également soumis les propositions du Secours Catholique à des chercheurs pour en comprendre les implications en matière de politiques publiques. Enfin, sur chaque thématique, nous vous proposons une sélection de reportages, d’enquêtes et de rapports pour approfondir la compréhension des enjeux de la lutte pour une société plus juste.

Crédits : 
Journalistes : Marina Bellot, Clarisse Briot, Aurore Chaillou, Alexia Eychenne, Cécile Leclerc-Laurent.
Coordination : Clarisse Briot et Aurore Chaillou
Développement : Agence Pepper Cube

 

Les thématiques
Travail et revenu
Accès au logement
Rénovation énergétique
Alimentation
Migrations
Transition écologique

Les allocations chômage et les minimas sociaux ne permettent pas aux personnes éloignées de l’emploi de vivre dignement. Le Secours Catholique propose de diviser par deux le nombre de chômeurs de longue durée en cinq ans et d’instaurer un revenu minimum garanti d’au moins 735 euros.

En France, les trois quarts des personnes en attente de logement social seraient éligibles à un loyer très social. Or seulement 6 % des logements HLM affichent un loyer très social. Le Secours Catholique demande 60 000 logements très sociaux en plus pour les ménages modestes.

15 000 € à 60 000 € : c’est le coût de la transformation d’une passoire thermique en logement décent et peu énergivore. Beaucoup de propriétaires modestes n’entreprennent pas ces travaux car le reste à charge est souvent dissuasif. Le Secours Catholique souhaite que l’on permette aux foyers les plus modestes propriétaires de passoires énergétiques de rénover pour 1 € symbolique.

En 2020, de 5,5 à 7 millions de personnes ont eu recours à l’aide alimentaire. Pour les foyers modestes, la restauration scolaire représente une possibilité de nourrir chaque jour leurs enfants. Le Secours Catholique plaide pour l’accès de tous à la cantine scolaire et pour la mise en œuvre d’une offre alimentaire de qualité.

Pour les personnes migrantes récemment arrivées en France, obtenir un titre de séjour et le droit de travailler est de plus en plus difficile. Privées de ressources ou contraintes de travailler de manière informelle, des milliers de personnes se retrouvent dans une grande précarité. Le Secours Catholique plaide pour que l’accès des personnes migrantes à un titre de séjour et de travail soit facilité, afin qu’elles puissent s’intégrer et vivre dignement.

Les pays les plus pauvres, qui sont aussi les moins responsables des changements climatiques, en subissent les conséquences les plus fortes. En 2009, les pays développés se sont engagés à verser 100 milliards de dollars pour aider les pays les plus vulnérables à faire face aux changements climatiques. A ce jour, cette somme n’a pas été atteinte. Le Secours Catholique demande à l’État français de verser aux pays vulnérables 8 milliards d’euros par an d’ici 2025 pour les aider à faire face aux effets des changements climatiques.

Nos articles

Pages