Affichage optimisé pour le mode portrait, tourner votre appareil.
Un jour avec
Les joies de la campagne, dans une "famille de vacances"
Pendant deux semaines au mois de juillet, Elias et Georges, âgés de 12 ans, passent des vacances chez Monique et Louis Bouchard, agriculteurs retraités, dans un village du Doubs. Cet Accueil familial de vacances permet ainsi aux deux garçons de vivre un quotidien différent, à la campagne.
Reportage :
Delphine Dauvergne
Photos :
Steven Wassenaar
Les joies de la campagne, dans une "famille de vacances"
8H

C’est l’heure du petit-déjeuner dans la maison de la famille Bouchard, à Laviron, dans le Doubs. Elias, déjà levé, prépare le plateau à emporter à l'extérieur : bols, couverts, confiture… Le premier repas de la journée se prend sur la table devant la maison, pour profiter de la lumière et de l’air frais matinal de ce mois de juillet. Le camion de la boulangerie arrive juste à temps pour la livraison de pain.

Les joies de la campagne, dans une "famille de vacances"
9H30

Monique et Louis emmènent les garçons en balade. Premier arrêt : un point de vue qui permet d’avoir un aperçu de la ville de Sancey. Ce petit coin de forêt à l’écart est paisible. Georges et Elias posent des questions sur le paysage et les arbres qui les entourent, pour le plus grand bonheur du couple qui conduit la visite.

Écouter Elias
en vacances chez Monique et Louis
On rencontre de nouvelles personnes, on découvre de nouveaux endroits
Les joies de la campagne, dans une "famille de vacances"
12H

Le club de peinture de Monique organise un pique-nique. Une quinzaine de personnes participent à ce déjeuner, avec des glacières bien remplies ! Le terrain et la forêt avoisinant forment un espace de liberté que les garçons apprécient. Georges s’est mis en tête d'allumer son propre feu, pour pouvoir griller sa saucisse sur son barbecue artisanal. Après ce banquet de grillades et de salades, des équipes se forment sur les tables en bois pour jouer aux cartes, dans un silence concentré.

Les joies de la campagne, dans une "famille de vacances"
19H

Elias et Georges accompagnent Louis jusqu'à la ferme familiale que son fils a repris. Pendant que ce dernier est en vacances, c’est le trio qui se charge de nourrir les animaux. « Ils sont toujours de bonne volonté, ils veulent toujours s’en occuper ! », commente Louis.  

Ils commencent par nourrir les lapins, puis remplissent les mangeoires des poules en leur donnant aussi de l’eau. Direction ensuite l’étable, où c’est au tour des veaux. Avec une pelle, Georges remet du foin pour ce soir, « demain on leur mettra des granulés ».

Écouter Georges
en vacances chez Monique et Louis
On découvre de nouvelles choses !
Les joies de la campagne, dans une "famille de vacances"
20H

Après toutes ces activités, les garçons ont faim ! Monique a préparé une tarte salée. Elias, toujours volontaire, touille la sauce de la salade. Georges met la table et grimace en entendant qu’il y aura des poireaux et de la tomate dans la tarte. « Tu n’as qu’à trier… » suggère Monique, qui constate que ses gaufres de la veille au goûter ont eu plus de succès ! 

« Ces vacances permettent à Georges de découvrir d’autres habitudes…, apprécie Claire, sa mère, en recherche d'emploi et qui élève seule ses deux enfants. Il ne mange que des produits frais et bio là-bas ! Il apprécie beaucoup les animaux, la vie à la ferme, il y a beaucoup d’espace là-bas, il peut bien se dépenser. »

Après le dîner, vite débarrassé, arrive la traditionnelle question d’Elias : « tarot ou belote ? » Les garçons ont appris à jouer avec Louis et Monique, et ne s’en lassent pas ! Ils optent pour la belote. Georges, mauvais joueur, râle car il a toujours les mauvaises cartes. Sa partenaire, Monique, compte les points à la fin de chaque partie.

Écouter Monique
famille de vacances pour Elias et Georges
C'est à la portée de tout le monde
Les joies de la campagne, dans une "famille de vacances"
22H30

Elias et Georges vont se coucher. Ils dorment à l’étage, dans la même chambre, côte à côte. Ça chahute avant de se mettre en pyjama ! Si Elias a quatre demi - sœurs et un demi-frère, Georges n’a qu’une grande sœur, et apprécie ce « copain de vacances ».

« Je ne peux pas emmener Elias en vacances : financièrement c’est difficile, et aussi parce que je dois cumuler les heures de travail cet été, témoigne Sandra, la maman d'Elias. « Ces vacances lui permettent de voir d’autres choses, de découvrir l’environnement de la ferme… L’été dernier il a même ramené un lapin ! Louis et Monique le traitent comme si c’était l’un de leurs petits-enfants, avec Georges ils se sentent comme chez eux ! »

Making of
Estelle Jeannin
animatrice du Secours catholique en Franche-Comté

Les familles qui ont recours à l’Accueil familial de vacances sont en situation financière délicate. Par conséquent, elles peuvent difficilement offrir des vacances à leurs enfants, et n’ont parfois pas de congés. La participation financière de la famille au séjour de l’enfant varie selon le quotient familial, mais reste symbolique.

Les accueillants sont surtout des couples de retraités, qui ont de la place et n’ont plus d’enfants à la maison ; ou au contraire des familles qui y voient l’occasion de nouer une amitié avec l’un de leurs enfants.

Nous leur donnons comme mot d’ordre de ne pas changer leurs habitudes. L’idée est que l’enfant puisse faire l’expérience d’une autre manière de vivre, avec de nouvelles relations. La famille accueillante est aussi là pour apporter un regard positif aux enfants, qui peuvent vivre un contexte difficile au quotidien dans l’année. C’est un cadre bienveillant et épanouissant, dans lequel la famille a du temps à consacrer à l'enfant qu'elle accueille.

Les vacances sont un moment de construction personnelle important. L'enfant découvre de nouvelles choses, se crée des souvenirs… Pendant ces moments privilégiés, des liens de confiance se créent. Les enfants, âgés entre 6 et 13 ans, reviennent souvent ensuite pour d’autres vacances dans la même famille.

Engagez-vous !
Le Secours Catholique a besoin chaque année de familles prêtes à accueillir un enfant pour partager avec lui des vacances.
Pour financer les vacances des plus précaires, votre aide est précieuse.