Affichage optimisé pour le mode portrait, tourner votre appareil.
Un jour avec
Un hameau innovant, écologique et solidaire
Depuis deux ans, Draguignan compte un nouveau quartier. Atypique et expérimental, l'Éco-hameau solidaire Saint-François regroupe dans un cadre bucolique une trentaine de logements sociaux où vivent ensemble des personnes en difficulté. Ce domaine est aussi la mise en commun des efforts de plusieurs associations, dont le Secours Catholique.
Reportage :
Jacques Duffaut
Photos :
Christophe Hargoues
Un hameau innovant, écologique et solidaire
7h00

Portant un seau rempli d’un mélange de pâtes et de graines, Carole se dirige vers le poulailler, à une centaine de mètres de son appartement. Chaque matin, une dizaine de poules l’attendent. Les œufs sont une des productions du Hameau que Ludovic, le directeur, aimerait développer. Pour l’instant, celui-ci, entouré de trois jardiniers et de trois jeunes accueillis pour des vacances solidaires, se trouve en haut de la propriété. Ensemble, ils nettoient l’arrivée d’eau de la source (véritable richesse du lieu) qui alimente un grand bassin de rétention et irrigue les jardins.

Un hameau innovant, écologique et solidaire
8h00

« Perrine n’est pas contente si je ne l’emmène pas sur la place le matin », dit Carole. Perrine, 15 ans, née handicapée, se déplace en fauteuil roulant. Comme chaque matin, le petit-déjeuner se prend en commun sur la “placette de la Joie”, au centre du Hameau. Le micocoulier, planté il y a deux ans, ne donne pas encore d'ombre, et c’est sous trois parasols que Carole et Perrine retrouvent Patricia, l’autre Carole, Méline, Mélissa, Claudine, Jonathan, David, Lucien et les autres. À l’instar d’une grande famille, on se demande si on a bien dormi et chacun se sert une boisson chaude et des pâtisseries apportées pour être partagées.

Un hameau innovant, écologique et solidaire
9h00

L’atelier Marmiton vient de commencer au rez-de-chaussée de la grande maison de Mireille. Mireille, 87 ans, sans descendance, a donné sa propriété au diocèse tout en souhaitant voir ce qu’il en serait fait. Rencontrée dans le jardin, elle se dit ravie de vivre en osmose avec les habitants. À l’atelier Marmiton, des habitants et des bénévoles de l’épicerie solidaire de l’équipe diocésaine située en ville sont réunis autour d’une longue table où ont été déposés des produits du jardin, de l’épicerie solidaire ou donnés par des commerçants. Chacun propose sa recette, le menu est approuvé, les équipes se forment et se répartissent les tâches.

Un hameau innovant, écologique et solidaire
10h00

L’équipe qui nettoyait la source déroule désormais un tuyau dans les allées du potager divisé en une dizaine de parcelles individuelles et une grande parcelle collective. Carole prête main-forte à l’opération, mais trouve une minute pour nous parler : « J’ai 41 ans. Bien que séparée du père de mes enfants, Perrine et Lenny (13 ans), nous avons conservé de bons rapports. Lui, habitait déjà le Hameau. Nous avons demandé un rapprochement familial pour qu’il vive près des enfants. Ici, les infrastructures sont adaptées au fauteuil de Perrine. En venant vivre ici, tout a changé pour moi. »

Un hameau innovant, écologique et solidaire
11h00

Méline s’apprête à partir au travail. « J’ai obtenu un CDI dans un métier d’aide à la personne depuis que j’habite ici, nous dit-elle, et j’ai intégré l’école d’infirmières. J’ai 25 ans, et je vis depuis février dans ce T2 de la pension de famille, rue de la Fraternité. » Après des débuts difficiles (elle a été SDF) et une maternité précoce (son fils Timéo a 7 ans), elle dit avoir trouvé son équilibre. « Ici, on ne nous parle pas comme à des cas sociaux. On nous parle comme à des adultes. On s’accepte tels qu’on est, on se connaît tous et si l’un ne va pas bien, l’autre lui remonte le moral. »

Un hameau innovant, écologique et solidaire
13H00

Une vingtaine de personnes prennent place autour de la table des Marmitons et se régalent des plats réalisés. Amélie et Maxime, couple d’étudiants, sont en vacances. Ils nettoyaient la source ce matin. Amélie, scout de 20 ans, raconte à ses voisins de table son séjour d’il y a deux ans. Son groupe de scouts-compagnons, accompagné de trois migrants, campait dans le champ d’oliviers, au-dessus ; ils ont consolidé les murs de la chapelle, érigé le clocher, construit plusieurs tables d’extérieur et joué avec les enfants et les parents qui venaient juste de s’installer. Ludovic, ancien scout lui-même, favorise ce partenariat qui se perpétue d’été en été.

Un hameau innovant, écologique et solidaire
15H00

Sous un imposant acacia à longues épines (qui ne sont pas sans rappeler la Couronne du Christ), des membres de la Fraternité Saint-Laurent ont rejoint quelques habitants du Hameau pour méditer ensemble sur des textes de l’Évangile. Lucien aussi est là. À 95 ans, le doyen renaît depuis qu’il a quitté son petit logement insalubre où il s’étiolait, pour vivre ici où les activités ne manquent pas.

Un hameau innovant, écologique et solidaire
17H00

Tandis que Carole et Pierrot s'activent au jardin, Louise, 25 ans, en année sabbatique, donne une petite conférence et anime un débat sur le réchauffement climatique dans la salle commune. Augustin, séminariste en période de réflexion, rentre d'un domaine viticole où il travaille avec d'autres habitants du Hameau. Dans la rue, les enfants jouent ; à l’ombre des maisons, Claudine ajoute des perles aux tresses de Mélissa. À 19 heures, tous se réuniront pour l'apéritif dînatoire du vendredi qui clôture chaque semaine au Hameau. 

Making of
Ludovic de Lalaubie
Directeur de l'Eco-hameau solidaire

À l’origine de ce projet, Mireille, une dame sans descendance qui a donné sa propriété au diocèse pour y accueillir les blessés de la vie. Elle a conservé une partie de sa maison en jouissance et nous vivons avec elle. Le diocèse a confié le projet à l’Union diocésaine du Var (UDV), qui a contacté le Secours Catholique. Ce dernier m’a alors permis de tenter ici une expérience de vivre-ensemble, d’imaginer un lieu de vie où des personnes fragiles acquièrent une plus grande autonomie et dépendent moins des travailleurs sociaux.

L’idée a été de créer un quartier écologique où les habitants sont au centre, associés au fonctionnement, à la vie du Hameau. Chacun y a son logement individuel, garantie d’autonomie, et tous ont accès aux espaces partagés qui favorisent la rencontre et la relation.

Nous avons passé un partenariat avec Habitat et humanisme qui, en trois ans, a bâti 39 logements écologiques à faibles charges, pour 60 à 70 personnes. Nous avons mixé le dispositif de pension de famille/maison relais (22 logements) avec celui du logement social (17 logements), pour ne pas recréer un univers institutionnel. Les premiers habitants ont emménagé en juin 2019.

Nous ne voulons pas vivre en autarcie. Nous invitons l’extérieur à se joindre à nos activités culturelles et spirituelles. Nous avons une maison d’accueil pour hôtes de passage et chaque été une équipe de scouts-compagnons vient camper dans notre champ d’oliviers. Cela crée une mixité enrichissante avec les habitants. La prochaine étape sera de développer une activité économique à partir de nos productions.

Engagez-vous !
Pour soutenir le Secours Catholique dans ses projets