Climat : réformer le système financier pour assurer la transition écologique

Publié le 10/09/2018
Climat : réformer le système financier pour assurer la transition écologique
Au Bangladesh, un village inondé après le passage d'un cyclone et la destruction des digues.
 

Il y a 10 ans, le monde était secoué par une crise financière sans précédent, suivie d’une crise économique dont les répliques se font encore sentir au vu des inégalités persistantes.

Alors qu’en France, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées samedi 8 septembre pour marcher pour le climat, le Secours Catholique s’implique dans la mobilisation citoyenne « prenons le contrôle » qui fait le lien entre financiarisation de l’économie et climat.

Dernièrement, le Secours Catholique a justement publié un rapport « La finance aux citoyens » appelant à mettre la finance au service de l’intérêt général, et donc entre autres, de la transition écologique.

Entretien avec Grégoire Niaudet, l’un des auteurs du rapport.

 
grégoire niaudet, en charge des questions financières au secours-catholique

 

Quel lien peut-on faire entre notre système financier actuel et le dérèglement climatique ?

 

La finance est basée sur des logiques de rendement élevé de court terme. Or, les projets de transition énergétique nécessitent des investissements de long terme dont les rendements ne sont jamais aussi forts que les activités de marché et que les investissements dans les énergies fossiles.

L’enjeu est donc de réformer en profondeur le système financier, c’est-à-dire de casser les logiques de court terme et de rendement élevé, pour rendre les activités spéculatives moins attractives au profit d’investissements d’intérêt général dans la transition écologique.

 

La finance pourrait donc à l’inverse être au service du climat…

 

Oui, l’argent est là et la transition énergétique a besoin de la finance. On estime que 6 200 milliards de dollars par an sont nécessaires pour adapter et transformer nos systèmes de production et de consommation (dont deux tiers pour les pays du Sud).

C’est à mettre en perspective avec les 15 000 milliards de dollars d’encours mondial des produits dérivés en valeur brute, dont seulement moins de 10 % sont en lien avec l’économie non financière, c’est-à-dire avec l’économie « réelle », celle qui nous sert au quotidien.

 

Tant que l’attractivité de ce qui est nocif n’est pas cassée, il y a un plafond de verre pour ce qui est sain et utile.

 

De même, depuis 10 ans, avec la crise, les banques centrales injectent massivement de l’argent sur les marchés financiers. Or cet argent aurait pu être investi dans les politiques sociales ou des politiques climatiques.

Il faut réorienter les investissements vers les enjeux climatiques, car aujourd’hui, tant que l’attractivité de ce qui est nocif n’est pas cassée, il y a un plafond de verre pour ce qui est sain et utile.

Il n’y a qu’à voir le nombre d’obligations vertes : elles représentent moins de 1% du marché des obligations !

Sans parler du fait que certaines n’ont rien à voir avec la transition énergétique. Il faudrait mettre en place des mécanismes de suivi et de classification de ce qui est vert ou pas.

 

Quelles autres pistes préconisez-vous pour une finance durable au service de la transition écologique ?

 

Dans le système actuel, il faut avant tout de la rentabilité pour que les investisseurs viennent : eux veulent un placement sûr et avec des garanties. Du coup, il faudrait réorienter les flux financiers avec des outils incitatifs.

Par exemple, on pourrait augmenter le ratio de fonds propres des banques et le montant des réserves obligatoires pour les crédits destinés à des énergies fossiles, c’est-à-dire augmenter les montants que les banques doivent immobiliser pour réaliser ces opérations.

Cela rend ces opérations bien moins intéressantes financièrement et obligera les acteurs financiers à désinvestir des énergies fossiles.

À cette condition, on pourrait ensuite diminuer ce ratio de fonds propres pour les inciter à investir dans la transition énergétique. Encore faut-il bien définir les activités financées et vérifier l’utilisation des fonds. Sinon, il y a trop de risques de « greenwashing ».

 

Il faut plus de représentativité des citoyens dans les instances de régulation.

 

Ensuite il faut plus de représentativité des citoyens dans les instances de régulation qui sont aujourd’hui trop aux mains des financiers. Celles-ci devraient être redevables vis-à-vis des parlements nationaux et des gouvernements, de façon à mieux prendre en compte l’intérêt général.

Enfin, il faut sécuriser le secteur financier en limitant l’activité des banques au service de détails (dépôt, crédit, paiement) et encadrer les banques et les fonds d’investissement.

Tout cela afin de réduire l’attractivité de la spéculation pour les investisseurs, et, en miroir, rendre les placements dans les enjeux d’intérêt général plus intéressants.

 

Lire aussi l'entretien avec l'économiste et philosophe Cécile Renouard : « Nos modèles économiques et financiers nous font aller droit dans le mur »

 
>> Pour consulter le rapport du Secours Catholique "La finance aux citoyens" et le partager : rendez-vous sur la plateforme lafinanceauxcitoyens.org
Cécile Leclerc-Laurent
Crédits photos : ©Gaël Kerbaol / Secours Catholique, ©Élodie Perriot / Secours Catholique
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème