L'Apostrophe : une revue pour porter la voix des plus pauvres

Publié le 15/11/2016
France
 

L’Apostrophe est une revue dont les auteurs sont des personnes qui, par leur expérience personnelle face à la précarité, ont développé une expertise sur les questions de pauvreté.

Au sein du Secours Catholique et des organisations engagées contre la pauvreté, des hommes et des femmes vivant des situations difficiles s’expriment, relisent leur parcours, le mettent en mots, partagent ce qui est important pour eux et leur ressenti, et parviennent ainsi à élaborer une pensée collective.

Tous les 6 mois, un regard « de côté » qui permet de regarder et comprendre la société « autrement » et de l’interroger, voire l’apostropher.

 

N°5 : Migrer, migrants, migrations

Les migrants... un seul mot utilisé jour après jour pour parler de ceux qui quittent tout pour vivre, emportés par le mouvement de la (sur)vie. Le mot voile une multitude de visages et de situations. Ce sont ces situations que le dossier de ce cinquième numéro de L'Apostrophe vous propose de découvrir, ainsi que leurs regards sur notre pays d'accueil à tous, et les facteurs multiples de leur(s) insécurité(s) permanente(s).
La rubrique De la plume au pinceau s'attache également au thème de l'exil, à travers un travail plastique mené avec le Centre d'entraide pour les demandeurs d'asile et les réfugiés du Secours Catholique.
La rubrique Empreintes vous offre quant à elle une savoureuse histoire de "guerre des gâteaux".
Télécharger
 

N°4 « Tous inégaux... »

La société nous rend-elle « tous inégaux » ou naissons-nous inégaux ? Est-il vraiment possible - et utile - de lutter contre les inégalités ou doit-on se résigner à les accepter pour mieux les apprivoiser ?... Bien plus qu'un sujet éditorial, les notions d'inégalité et d'égalité sont les questions fondamentales que se posent tous ceux qui vivent la précarité et se mobilisent pour la faire reculer. Les auteurs de ce quatrième numéro de L'Apostrophe se sont attelés à les soulever et à apporter leurs propres réponses.
Dans ce nouveau numéro également, la rubrique "De la plume au pinceau" propose une incroyable série photographique de robes, toutes uniques, créées par des femmes migrantes, à partir de leurs trajectoires de vie et de ce qu’elles sont, au plus profond d’elles-mêmes.
Télécharger
 

N°3 « Cher logement... »

La problématique du logement est un sujet essentiel et sensible pour les personnes en situation précaire. Aborder la question du logement touche à l’intime du vécu de chacun. « Un logement, ce n’est pas seulement un toit et quelques murs, c’est le lieu de la sécurité et de l’intimité, c’est un lieu de vie ! », nous disent unanimement les participants à l’aventure de ce troisième numéro de L’Apostrophe. Avec en plus du dossier thématique une nouvelle rubrique "De la plume au pinceau" qui explore de nouveaux modes d'expression.


Lire la revue
 

N°2 : "S'en sortir", toute une histoire...

"Sortir de la galère, est-ce possible ?" "Sortir de la galère, pour quoi faire ?" "Galère, par ici la sortie..." Ce sont là quelques-unes des propositions pour trouver un titre au dossier de Une du N°2 de L'Apostrophe. C’est dire la difficulté à cerner un sujet aussi vaste que celui de : « Se sortir de la galère ». Sujet d’autant plus vaste qu’il est « traité » ici par des personnes touchées par cette « galère ». À découvrir et faire découvrir sans modération.
Lire la Revue
 

N°1 : Quelle place pour les personnes en situation de précarité?

Dans le premier numéro de L'Apostrophe, trois groupes de personnes en situation de précarité se sont penchés sur la question de la place que la société accorde (ou pas) aux individus victimes de la pauvreté. Un regard lucide et constructif sur les enjeux de la participation de tous à la construction d'un monde fraternel.
Lire la Revue
 

Introduction à la lecture du numéro 1

Depuis des années, au sein du Secours Catholique, dans des groupes, des ateliers d’expression, parfois de façon solitaire, des hommes et des femmes vivant des situations difficiles s’expriment, relisent leur parcours, le mettent en mots, partagent ce qui est important pour eux et leur ressenti, cherchent aussi à élaborer une pensée collective sur un certain nombre de sujets qui les concernent de très près.

C’est à ces mots-ci que L'Apostrophe veut semestriellement offrir un espace de reconnaissance et de partage, une table d’harmonie, de nature à en propager et à en laisser résonner toutes les harmoniques.

En donnant la parole aux personnes et aux groupes en précarité, à celles et à ceux, aussi, qui les accompagnent au quotidien, ces pages entendent contribuer, même modestement, à faire en sorte que « les savoirs, nés de l’expérience de vie des personnes et des groupes vivant des situations de précarité, soient reconnus et partagés pour créer des connaissances et pratiques nouvelles ».

Pour ouvrir L'Apostrophe, nous avons choisi de laisser le dernier mot à Thierry.

Pour la musique de ses mots, pour ce qu’il dit des fruits de l’exercice.

Comme tous les textes que vous découvrirez, celui-ci a une histoire. Participant à un atelier d’écriture, au cours d’un voyage de l’Espérance, Thierry s’est trouvé confronté à l’angoisse de la page blanche (verte, en l’occurrence), alors que l’animateur proposait d’établir la liste de ses souvenirs, puis d’en déployer un, choisi pour sa résonance avec la sensibilité de leur porteur, à ce moment-là…

– Je ne sais pas quoi dire…

– Eh bien, écris-le…

– ???

Le résultat est présenté trois lignes en dessous…

Certains textes ont fait l’objet d’une mise au travail, au sein d’ateliers d’écriture. C’est tout le sens du mot « atelier ». D’autres jaillissent d’un seul trait de plume. Celui de Thierry est de ceux-ci.

Inspirés…

 

Page blanche

 

Page blanche
Drame d’enfance

L’insupportable bruit tout autour de moi
Des plumes qui s’appliquent et qui grattent
Mémoire liquéfiée
Exercice obligé
Terrifiante page blanche.

 

Page blanche
Miracle des commencements
Promesse d’un jour nouveau
Grisante émotion d’un temps où tout est possible
Les mots pour se dire, le trait pour décrire
Plume choisie
Merveilleuse page blanche.

 

Lance-toi, ma plume
Même si tu ne sais où tu vas
Même si les mots que tu traces me surprennent
Surgis de l’intime source dont toi seule as la clef
Puise et vole
Chante et danse
Sur la page blanche de ma vie.

 

Lance-toi, ma plume
À cœur ouvert
À cœur offert
Petite musique des mots
Jetés sur la page blanche
Compose en moi
Le chant de la paix retrouvée.

 

Aucune page de nos vies n’est écrite à l’avance
À chacun sa plume
L’espérance renaît d’une page blanche.

Thierry L.

Puisse cette « petite musique des mots » vous inspirer à votre tour…

Bonne lecture à tous.

 

Notre organisation
Plus d'informations
Notre organisation
# sur le même thème