Caritas a secouru plus de 250 000 Népalais

Publié le 31/12/2015
Népal
Jeune fille au Népal.
 

Le 25 avril et le 12 mai 2015, deux séismes frappent le Népal : 8 700 personnes tuées, des centaines de milliers sans abri, 500 000 maisons détruites, 8 millions de Népalais – sur les 28 millions que compte le pays – sont touchés.  Depuis, grâce à la mobilisation du réseau Caritas, les équipes de secours coordonnées par Caritas Népal ont pu intervenir dans 118 villages, auprès de plus de 50 000 familles (plus de 250 000 personnes).

Après les séismes des 25 avril et 12 mai, 41 384 ménages ont eu accès à des abris temporaires et à un kit comprenant une bâche, des couvertures, un matelas, parfois des tôles ondulées (notamment pour les écoles) et, dans quatre districts, un équipement de déblaiement. 

22 045 ménages ont reçu des seaux, casseroles et lampes de poche solaires. Des familles (ou des femmes seules) qui, précise Caritas, « boivent maintenant de l’eau potable et disposent de bonnes conditions d’hygiène. Elles ont reçu du savon, des brosses à dents, de l’eau de javel, des serviettes, des produits pour purifier l’eau, des sous-vêtements… »

Un chantier de 3000 maisons

Par ailleurs, Caritas Népal lance aujourd'hui un programme triennal de reconstruction des habitats par la population. Ainsi les habitants seront formés aux métiers d’ingénieurs, maçons, superviseurs et artisans en vue de la réalisation de 3 000 maisons antisismiques.

L’accès à l’eau potable sera favorisé grâce à la réhabilitation des systèmes d’adduction d’eau et le développement du traitement des eaux usées. Enfin, afin d’améliorer l’hygiène, 3 000 toilettes seront également construites et formation et sensibilisation seront proposées à la population.

Coopératives et forums citoyens mobilisés

Pour obtenir ces premiers résultats, Caritas Népal a mobilisé toutes les ressources disponibles. Elle a fait appel à des volontaires  dans les communautés locales. Des coopératives et des forums citoyens se sont impliqués dans le choix des bénéficiaires et l’organisation des distributions. « Dans les 118 villages, cela a garanti à tous les sinistrés l’accès à l’aide. La connaissance des personnes et des lieux a facilité le travail humanitaire. »

Priorité aux personnes « à risque »

Caritas Népal accorde la priorité dans son action aux personnes « à risque », comme les enfants non accompagnés. « Nous avons, dans nos activités post-séismes, évité d’exposer les habitants à un plus grand préjudice en les protégeant sur les plans physique et psychologique. » 

L'association a alerté ses équipes sur les risques en termes d’abus et d’exploitation sexuelle des enfants et des femmes. Depuis les tremblements de terre, les volontaires de terrain ont en effet constaté une augmentation des violences, perpétrées par des hommes, dans des familles rurales et parmi les populations déplacées. « Il faudra continuer à aborder ce sujet inquiétant », insiste Caritas Népal.

Yves Casalis
Crédits photos : ©Caritas Internationalis
Caritas Jerusalem en soutien à Gaza
Plus d'informations
Situations d'urgence en France
# sur le même thème