Inondations : les équipes du Secours Catholique évaluent les besoins

Publié le 06/10/2015
Alpes-Maritimes
Inondations : les équipes du Secours Catholique évaluent les besoins
 

Ce mardi 6 octobre, la délégation des Alpes maritimes et l’équipe Urgences France du Secours Catholique, ont entamé une première évaluation des dégâts et des besoins dans les communes sinistrées par les inondations de ce week-end. Un dispositif d’urgence devrait être mis en place à partir de dimanche. Témoignage de Anne Degreff, bénévole de l’équipe Urgences France.

«  Ce qui me marque le plus, par rapport à nos interventions précédentes dans l’Aveyron en 2014 ou en Haute-Garonne en 2013, c’est que les personnes que l’on a rencontrées pour l’instant sont très choquées. Même lorsqu’elles ne sont pas sinistrées, elles sont bouleversées par le nombre de morts. Par ailleurs, les dégâts sont assez impressionnants. On voit des routes qui se sont effondrées, des arbres déracinés. Nous sommes dans des zones urbaines, très construites. Les accès pour déblayer sont donc compliqués, cela prend du temps. La solidarité s’organise, il y a beaucoup de dons : de linge, de vêtements, d’ustensiles de cuisine…

Notre mission à nous est de repérer les zones réputées comme étant économiquement et socialement faibles - les logements HLM, les campings avec location à l’année, les habitats précaires en bord de fleuves ou de rivières - pour y évaluer les dégâts. Depuis ce matin, et jusqu’à jeudi, organisés en équipes de deux, nous faisons le tour des communes sinistrées. Le but de cette première évaluation est de pouvoir définir précisément les zones d’intervention et les effectifs nécessaires pour le dispositif d’urgence que l’on devrait lancer dimanche.

À partir de la semaine prochaine, des équipes de bénévoles rendront visite aux habitants sinistrés pour leur apporter un soutien moral. Comme il y a eu beaucoup de véhicules cassés, ils s’assureront aussi que les personnes n’ont pas de problème de mobilité. Les personnes auprès de qui on intervient étant souvent éloignées des institutions, les bénévoles s’assureront également qu’elles sont informées des aides publiques dont elles peuvent bénéficier, qu’elles y ont accès et qu’elles en font la demande.  »

Benjamin Sèze
Crédits photos : © Max PPP
Caritas Jerusalem en soutien à Gaza
Plus d'informations
Situations d'urgence en France
# sur le même thème