Pakistan : de nouvelles inondations dévastatrices

Publié le 04/10/2012
Pakistan
 

Deux ans après les inondations les plus graves de son histoire, le Pakistan est de nouveau victime de pluies de mousson meurtrières. Le Secours Catholique est prêt à répondre à l’urgence.

Au moins 371 personnes ont été tuées et près de 4,5 millions affectées par des inondations consécutives aux pluies de mousson cet été au Pakistan, notamment dans le sud, a annoncé le Service national de gestion des catastrophes naturelles (NDMA) la semaine dernière.

Le pays a déjà été victime d’inondations les deux étés précédents, dont les plus graves de son histoire en 2010. La crise humanitaire qui en avait résulté était sans précédent : 21 millions de personnes affectées, 10 millions de sans-abri, 2 millions d’habitations endommagées, 2,4 millions d’hectares de terres arables dévastées.

Comme les deux années précédentes, la majorité des sinistrés cette année (2,8 millions) se trouvent dans la province du Sindh, au sud du pays. On en dénombre également environ 705 000 dans le Baloutchistan (sud-ouest) et 887 000 au Penjab (centre).

Le Pakistan est un des pays les plus peuplés au monde avec plus de 190 millions d’habitants. L’agriculture, très développée, pèse 21 % du PIB et 75 millions d’habitants en dépendent directement. Le pays connaît deux saisons agricoles par an : celle du blé à l’automne et du riz au printemps.

Les inondations, tardives par rapport aux années précédentes, sont arrivées deux semaines avant la récolte du riz, entraînant la perte totale du revenu des agriculteurs.

Le Secours Catholique, qui s’est investi dès 2010 pour faire face à l’urgence, a développé une action de long terme dans le domaine de la sécurité alimentaire auprès des populations du nord du Sindh, les plus fréquemment touchées par la mousson. La totalité des fonds engagés en 2012 (soit 400 000 euros) a été aussitôt réaffectée à cette nouvelle crise humanitaire. Les équipes sur le terrain mènent déjà les premières évaluations et mettent en place les premières activités de secours.

Les besoins sont immenses, de l’assistance alimentaire d’urgence à la réhabilitation des points d’eau publics et des infrastructures sanitaires, en passant par l’amélioration des soins de santé de base et des abris d’urgence.

Marina Bellot
crédit : Asad Zaidi pour Catholic Relief Services (CRS)
Caritas Jerusalem en soutien à Gaza
Plus d'informations
Situations d'urgence en France
# sur le même thème