Réfugiés syriens : le Secours Catholique appuie le programme de Caritas Liban

Publié le 31/08/2012
Liban, Syrie
 

Tandis que les combats s’intensifient dans plusieurs villes syriennes, les réfugiés affluent plus nombreux dans les quatre pays limitrophes. Au Liban, le programme d’aide aux réfugiés mené par la Caritas nationale, et soutenu depuis le début par le Secours Catholique, se poursuit et s’amplifie.

Caritas Liban vient de lancer un appel aux membres du réseau international des Caritas pour pouvoir apporter son aide à 15.000 des 70.000 personnes qui ont fui la Syrie et qui sont actuellement installées juste au-delà de la frontière, dans le Nord ou dans la vallée de la Bekaa. Dès avril dernier, le Centre des migrants de Caritas Liban (CMCL) s’était porté au secours des premiers réfugiés. Mais aujourd’hui, les combats qui font rage dans la plupart des grandes villes syriennes grossissent les rangs des exilés.

Fin août, le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR), avait enregistré plus de 200.000 Syriens dans les quatre pays limitrophes. Il y en a certainement davantage, installés chez des parents ou partis sans laisser de traces de peur des représailles sur les membres de leurs familles restés derrière eux. Quant aux Irakiens qui avaient trouvé la paix en Syrie depuis la chute de Saddam Hussein, ils seraient 30.000 à avoir regagné leur pays d’origine, la situation en Irak apparaissant à présent moins dangereuse.

Aide pendant six mois

Pour venir en aide pendant six mois à 15.000 personnes (3.000 ménages à raison de 5 membres par famille, en moyenne), Caritas Liban a estimé le coût à environ 1,7 million d’euros. Le Secours Catholique a décidé de participer à ce programme à hauteur de 200.000 euros et lance un appel à la générosité publique.

L’aide apportée aux familles de réfugiés consistera en plusieurs distributions de colis alimentaires et d’objets aussi indispensables que des draps, serviettes et kits d’hygiène. Les équipes de Caritas Liban évalueront également la nécessité d’apporter une aide supplémentaire et adaptée (financière, médicale ou matérielle accrue) aux personnes les plus fragiles. Il est prévu, par exemple, de loger dans des appartements rénovés et équipés une centaine de familles parmi les plus vulnérables. Par ailleurs, deux cliniques mobiles et un centre de santé de Caritas Liban sont mobilisés pour apporter les soins nécessaires.

crédit : Laura Sheahen/Caritas Internationalis
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème