Vanuatu : le réseau Caritas organise sa réponse humanitaire

Publié le 19/03/2015
Vanuatu
 

Les Caritas, dont la délégation du Secours Catholique de Nouvelle Calédonie, s’organisent pour répondre aux besoins de la population du Vanuatu frappée par le cyclone Pam le 13 mars dernier.

« À Port Vila tout est détruit », affirme Mgr John Bosco Baremes SM, évêque de la capitale du Vanuatu. « Il n’y a pas d’abris, tout a été emporté. Pourtant les besoins de logement sont immenses pour la population dans la phase de reconstruction qui s’annonce. »

Le cyclone Pam a détruit ou endommagé plus de 90% des constructions sur les principales îles du pays. Le nombre de décès provoqués par cette catastrophe est encore incertain - 24 selon OCHA, le bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’Onu, 7 selon le gouvernement local - les informations restent difficiles à obtenir et l’aide humanitaire est encore au stade de l’évaluation.

Le diocèse de Port Vila a mis en place un comité chargé d’évaluer les dégâts et de planifier une réponse commune avec les Caritas d’Océanie. Le logement est la priorité majeure ainsi que la nourriture et l’eau.

Deux chargés de programmes de Caritas Australie (Stéphanie Lalor) et Caritas Aotearoa Nouvelle Zélande (Mark Mitchell) ont été envoyés sur place depuis le 17 mars pour aider à la coordination de la réponse humanitaire fournie par le réseau Caritas.

L’Église héberge actuellement plusieurs personnes dans ces centres. À l’école catholique du quartier Second Lagoon à Port Vila, par exemple, plus de 300 personnes s’entassent à 30 ou 40 par classe. Toutefois, ils ont un accès à l’eau et à des latrines. Des bâches envoyées par la Caritas américaine, Catholic Relief Services (CRS) seront bientôt réceptionnées.

Par ailleurs, la délégation du Secours Catholique de Nouvelle Calédonie prévoit d’envoyer du matériel sur l’île de Tanna. Robert Le Borgne, bénévole à la délégation de Nouvelle Calédonie, se rendra lundi 23 mars à Port Vila avec l’évêque de Nouméa, Mgr Michel-Marie Calvet, afin de s’engager dans la réponse humanitaire du réseau.

« Ce désastre est sans précédent au Vanuatu »

« J’ai vu la dévastation autour de moi, témoigne Stéphanie Lalor, une fois arrivée à Port Vila. Je suis hébergée avec l’une des membres du diocèse de Port Vila. Elle habite une zone qui a été très sévèrement frappée par le cyclone. La moitié du toit de sa maison a été arrachée. Ce désastre est sans précédent au Vanuatu. L’église joue un rôle clé auprès des communautés les plus vulnérables, particulièrement celles des îles les plus reculées. » La Caritas Australie soutient notamment des projets de prévention des risques de catastrophes naturelles portés par le diocèse.

« De nombreux commerces sont ouverts et les routes sont dégagées. Un grand nettoyage est en cours et les gens sont très actifs », témoigne Mark Mitchell de Caritas Aotearoa Nouvelle Zélande. « La mobilisation doit continuer et s’amplifier ».

Crédits photos: © Caritas Internationalis
Caritas Jerusalem en soutien à Gaza
Plus d'informations
Situations d'urgence en France
# sur le même thème