Jeune Éthiopienne.

Afrique et Océan Indien

 

En 2014, le Secours Catholique-Caritas France a engagé 118 projets de développement et 9 opérations d’urgence en Afrique et dans l’Océan indien. L'association agit en soutien de ses partenaires locaux autours de différents enjeux : la sécurité alimentaire, l'accès à l’eau, à l’éducation et à la santé, la gouvernance, la cohésion sociale et la paix.

 

Pour garantir la sécurité alimentaire : une agriculture familiale et écologique

La sécurité alimentaire reste toujours un objectif prioritaire dans de nombreux pays africains. Environ 220 millions d’Africains, soit plus d’un sur quatre, restent sous-alimentés.

C’est pourquoi le réseau mondial Caritas Internationalis, auquel appartient le Secours Catholique, a lancé une campagne de sensibilisation de dix-huit mois sur le thème : « Une famille humaine, de la nourriture pour tous ».

Désireux d’anticiper, entre autres, les crises alimentaires et les sécheresses, les partenaires locaux de l’association jouent la carte du développement durable et de la résilience. Ils mettent l’accent sur le modèle d’une agriculture familiale rendue plus compétitive grâce à l’introduction de techniques, méthodes (en matière de gestion en particulier) et équipements modernes.

L'agroécologie est aussi soutenue à la fois pour prévenir l'insécurité alimentaire mais aussi dans un soucis de préserver la planète.

Dans l’est du Tchad, des dizaines de milliers de Tchadiens et de réfugiés soudanais se battent pour survivre. L'action de Caritas N’Djamena, soutenue par le Secours Catholique, vise à protéger et développer les terres cultivables, à approvisionner les agriculteurs en semences et outils et à les former techniquement, et à installer des greniers communautaires.

Sur le plan environnemental, l'action de la Caritas vise à inciter la création de comités spécialisés dans les villages, à favoriser l’emploi de déchets organiques pour limiter la consommation de bois de chauffe, et à faciliter le reboisement.

 

L'éducation et la formation, meilleurs outils contre l'exclusion

La plupart des projets d'éducation soutenus par le Secours Catholique en ville ciblent les jeunes en rupture familiale et sociale, les orphelins, les enfants de la rue, déscolarisés… Ils proposent souvent des formations par l’apprentissage susceptibles de déboucher sur une activité professionnelle.

Dans la capitale malgache, Antananarivo, le Conseil de développement d’Andohatapenaka - du nom de ce quartier de la capitale - scolarise des enfants pauvres et forme des dizaines de jeunes chômeurs démunis (analphabètes, déscolarisés) à un métier. Chaque année, 175 jeunes sont ainsi accompagnés dans leur recherche ou création d'emploi.

En Centrafrique, à Bangui, la fondation Voix du Cœur, partenaire du Secours Catholique, propose aux enfants des rues un peu de repos, de quoi laver leur linge, se soigner et un repas. Ils y bénéficient aussi d’une remise à niveau scolaire (photo ci-dessous) et peuvent s’ils le souhaitent retourner à l'école.

 

L'accès à l'eau potable, un enjeu sanitaire

Disposer d’une eau potable est encore un problème en Afrique. Aujourd’hui, on considère que 300 millions d'Africains n'ont pas accès à l'eau potable, et cela, malgré les avancées obtenues par la population rurale. Or, l'absence d'accès à l'eau compromet l'accès aux services d'hygiène et d'assainissement.

Dans la région du Hararghe, dans le sud-est de l'Éthiopie, les habitants subissent régulièrement des sécheresses aux conséquences humaines tragiques. La Caritas locale, soutenue par le Secours Catholique, mobilise la population sur des actions qui visent à améliorer l'accès à l'eau potable : construction de puits, de citernes pour récupérer l’eau de pluie, de systèmes de captage de sources. Les habitants élisent également des comités pour gérer les points d’eau.

L'exemple du Togo: de l'or bleu pour la région des Savanes

 

Permettre l'accès aux soins pour tous

Depuis des décennies, le Secours Catholique appuie ses partenaires africains mobilisés pour l’accès des plus pauvres aux soins. L'action de l'association dans le domaine de la santé consiste aussi à lutter contre les infections. Malgré des progrès significatifs, l'Afrique subsaharienne reste en effet le continent le plus touché par le VIH Sida (68% des personnes vivant avec le VIH sont en Afrique).

Dans la province du Bandundu, en République démocratique du Congo, l’Eglise catholique a mis en place deux mutuelles de santé, l’une dans une zone rurale, l’autre dans une zone urbaine, et incite les habitants à y adhérer.

Au Togo et en Côte d'Ivoire, le Secours Catholique soutient deux associations qui accompagnent 300 enfants dont les parents sont morts du Sida. La méthode des « boîtes de mémoire » consiste pour les enfants à collecter auprès de leurs proches des informations (objets et témoignages) sur leurs parents. Elle permet à ces orphelins de reconstruire leur histoire et celle de leurs parents, pour surmonter leur deuil.

 

L'importance de développer un contre-pouvoir citoyen

L’enjeu est considérable : renforcer et soutenir les compétences des Caritas et des partenaires du Secours Catholique pour qu'ils pèsent dans le débat public. L'objectif : qu’ils parviennent à infléchir la politique gouvernementale en faveur des plus démunis, aussi bien sur les questions de souveraineté alimentaire, que de transparence dans la gestion des ressources naturelles, de contrôle des ressources publiques par les citoyens…

Cette action de lobbying auprès des autorités politiques s’accompagne de campagnes de sensibilisation et de formation des citoyens dans le but de développer une opinion publique avec laquelle les dirigeants devront compter.

En République démocratique du Congo, la commission catholique Justice et Paix mobilise 50 000 militants, membres des « Comités locaux de gouvernance participative » qui travaillent directement avec les collectivités locales notamment sur :

  • la vulgarisation de la Constitution et de la loi électorale, la formation des observateurs électoraux afin de consolider la démocratie
  • l'organisation des campagnes de lutte contre la corruption dans sept provinces pour favoriser le civisme fiscal
  • le débat autour des politiques locales et l'utilisation des fonds publics.
 

Le rapport de Tournons la page

En Afrique comme ailleurs, pas de démocratie sans alternance : tel est le mot d’ordre du collectif « Tournons la page » mis en place en 2014 par plusieurs intellectuels et organisations africaines et européennes, parmi lesquelles le Secours Catholique, pour dénoncer les gouvernants africains qui s’accrochent au pouvoir et soutenir la société civile engagée pour la démocratie.
Télécharger
 

Garantir la justice pour favoriser le vivre ensemble

Tout un travail est nécessaire pour favoriser le vivre ensemble et rapprocher les anciens adversaires, surtout dans les pays qui ont connu des conflits sanglants. Par ailleurs, au Sahel, les affrontements entre éleveurs et agriculteurs sont souvent violents et les droits des ruraux les plus démunis et isolés sont de moins en moins respectés.

Au Burkina Faso, les Caritas locales, soutenues par le Secours Catholique, tentent de prévenir les violences et d'empêcher les violations des droits (mariages forcés, spoliation des veuves…). Des para-juristes locaux et des experts du droit reconnus fournissent aux plaignants une assistance judiciaire pour les aider à résoudre leurs problèmes. 

Ce projet, qui se déroule dans cinq régions, est d’autant plus indispensable qu’aucune administration ou ONG ne permet aux victimes d’obtenir réparation des torts subis.

Crédits photos: © Lionel Charrier - M.Y.O.P./Secours Catholique; ©Élodie Perriot/Secours Catholique ; ©Patrick Delapierre/Secours Catholique