Énergie : toujours plus de ménages en difficulté

Publié le 21/12/2012
France
 

En 2012, près de 580 000 ménages ont fait l’objet de coupures ou de restrictions d’électricité et de gaz. Le Médiateur national de l’énergie demande à ce que les coupures d’énergie bénéficient d’une trêve hivernale généralisée. Le Secours Catholique, quant à lui, plaide pour un renforcement de l’accompagnement social de ces personnes et une amélioration des tarifs progressifs.

Près de 580 000 foyers ont été concerné par des coupures ou des restrictions d’électricité et de gaz pour impayés en 2012, contre 500 000 l’année dernière, selon le Médiateur national de l’énergie. Ces chiffres sont à prendre avec précaution car la comparaison annuelle est difficile à faire, les estimations étant plus précises cette année. « Ce qui est certain, c’est que rien que sur les dix premiers mois de 2012, il y a eu plus de résiliations que sur l’ensemble de l’année dernière », a précisé à l’AFP Bruno Léchevin, le délégué général du Médiateur.

Pour une trêve hivernale généralisée des coupures

Environ 400 000 foyers ont été l’objet soit de coupures d’électricité soit de résiliations de contrats par leurs fournisseurs, soit de réduction de puissance à seulement 1 000 watts. « Or avec 1 000 watts vous pouvez juste avoir quelques lampes et un Frigidaire. Dès que vous branchez une plaque de cuisson, une machine à laver ou même un fer à repasser, ça saute », a souligné Bruno Léchevin. Pour le gaz, l’autorité estime à 180 000 le nombre de coupures cette année. Le Médiateur propose, entre autres mesures, la mise en place d’une trêve hivernale généralisée pour les coupures d’électricité et de gaz, semblable à celle en vigueur dans l’immobilier locatif. « La trêve hivernale devrait concerner tous les consommateurs. Aujourd’hui, elle n’existe que pour les gens qui sont éligibles au fonds de solidarité logement, c’est-à-dire quelques centaines de milliers de personnes », précise Bruno Léchevin.

Renforcer l’accompagnement social des personnes en situation d’impayé

« Une trêve hivernale généralisée serait à la fois une solution mais aussi un problème, avertit François Boulot, bénévole spécialiste de l’énergie au Secours Catholique. En effet, les personnes bénéficiant d’une trêve continueront de payer leur frais d’énergie et au sortir de la période hivernale, leur dette sera encore plus importante. » François Boulot préconise donc le renforcement de l’accompagnement social des personnes faisant l’objet de coupures. « Les électriciens sont aujourd’hui tenus d’alerter les services sociaux lorsqu’ils s’apprêtent à couper un foyer d’électricité ou de gaz. Or c’est une pratique qui n’est pas encore assez courante », affirme le bénévole.

La proposition de la trêve hivernale figure dans la proposition de loi du député PS François Brottes sur la tarification progressive de l’énergie. Mais cette proposition ayant été bloquée par le Sénat, elle ne pourra pas entrer en vigueur cet hiver.

Le Secours Catholique continue de plaider pour un élargissement du nombre de bénéficiaires des tarifs sociaux et une revalorisation des réductions de facture.

 

Clémence Véran-Richard (avec AFP)
© Sébastien Le Clézio/Secours Catholique
Logement
Plus d'informations
Sans-abri et mal logés
# sur le même thème