Formation : un enjeu primordial pour les personnes les plus éloignées de l'emploi

Publié le 04/12/2015
France
des ouvriers qui plient des cartons
 

Depuis que le droit à la formation est rattaché à la personne et non plus à l'entreprise, il constitue une opportunité pour les personnes les plus éloignées de l'emploi. Encore faut-il que les régions donnent les moyens à ce dispositif d'être efficace.

« Dans un marché du travail en crise où la part des emplois de services ne cesse de croître, la formation est devenue indispensable et elle va l’être de plus en plus », assure Guillaume Almeras, responsable Emploi et Economie Solidaire au Secours Catholique. Depuis la loi du 15 mars 2014, le droit à la formation n’est plus rattaché à l’entreprise mais à la personne.

Des comptes personnalisés

Chacun a désormais un compte d’heures de formation qui le suit tout au long de sa vie professionnelle, qu’il soit ou non en activité. « En contrepartie, les pouvoirs publics ont leur mot à dire sur la pertinence de la formation demandée », précise Jacques Lepage, spécialiste du sujet au Secours Catholique.

L’intérêt de cette évolution est que, jusqu’alors “réservé” aux personnes ayant un emploi, le droit à la formation devient un levier pour trouver du travail. « Mais pour que ce levier soit efficace, souligne Guillaume Almeras, il faut qu’il permette de suivre des formations de qualité, c’est-à-dire qui durent au minimum trois à six mois. » Dans le projet de loi initial, il était prévu que chacun bénéficie de 20 heures de formation par année travaillée. « Ce qui était absurde pour les chômeurs de longue durée », commente Guillaume Almeras.

Au tour des régions d'agir

Les associations, dont le Secours Catholique, ont finalement obtenu que la loi prévoit un compte de 100 heures, de la part de l'État, pour les chômeurs de longue durée. Récemment ce compte a été rehaussé à 200 heures. Ce qui équivaut environ à deux mois de formation. « Nous préconisons aujourd’hui que les régions contribuent à ce compte de manière à arriver au moins à 300 heures. »

Benjamin Sèze
Crédits photos : ©Gaël Kerbaol/Secours Catholique
Jeune homme réparant un ordinateur
Plus d'informations
Emploi, Insertion, Microcrédit
# sur le même thème