Gérard : « Les gens portent un autre regard sur moi »

Publié le 21/10/2013
Creuse
 

Grâce au Secours Catholique, Gérard, un peu cabossé par la vie, reprend confiance en lui. Et on le lui rend bien. Bénévoles, salariés, personnes accueillies... Régulièrement, des acteurs du Secours Catholique prennent la plume et témoignent de leurs histoires, passées ou présentes.

Gérard a 56 ans et, il ne le cache pas, il s’est adonné à l’alcool dès ses 20 ans, et pendant les périodes de galère. Après avoir quitté l’alcool, il a trouvé la confiance dont il avait besoin au Secours Catholique de la Creuse.

Originaire du Creusot, il a passé son enfance dans le Pas-de-Calais. Il y a occupé un poste de manœuvre dans le bâtiment, puis il a choisit de tout lâcher et de « faire la route » ; Gérard restera une dizaine d’années à Paris où il travaillera dans les travaux publics, puis dans une société d’extincteurs.

En 2004, sa sœur, installée en Creuse, lui propose de se « mettre au vert ». Commence alors une période difficile mais il s’accroche à la vie : il prend place dans un chantier d’insertion et participe à l’élaboration de murs en pierres sèches puis de terrasses.

Hospitalisé après une overdose d’alcool

En 2009, c’est la rechute, avec un enfermement dans l’alcool. En novembre 2011, Gérard est hospitalisé après une très forte consommation d’alcool. Il comprend alors qu’il met sa vie en péril. Cinq mois plus tard, son séjour dans un centre spécialisé le persuade de franchir le pas et d’en finir avec l’alcool. Quoiqu’il puisse en coûter, sa décision est prise.

Gérard prend alors un appartement, toujours dans la Creuse, et cherche de nouvelles relations. Il franchit la porte d’un accueil local du Secours Catholique et demande à être bénévole : « Jacques, le responsable de l’équipe locale, m’a tout de suite fait confiance. » Les lundis et vendredis, Gérard est « au garage » et vend le petit mobilier et les bibelots, parfaitement rangés par ses soins.

Reprendre confiance en soi

Aujourd’hui, après cette petite année de résurrection, Gérard confie que « les gens portent un autre regard sur lui ». Il veut finir les travaux qu’exige son appartement et cherche des petits boulots. Soulagé que sa parole se soit libérée, bien accueilli par l’équipe, il est convaincu qu’il lui reste cinquante ans à vivre !

Lorsqu’il se rend à la Banque alimentaire, Jacques n’hésite pas à faire appel à lui pour le voyage. Et dernièrement, une clef du local lui a même été confiée.

Propos recueillis par Bruno

Retrouvez toutes les actions du Secours Catholique du Limousin sur son site web et devenez, à votre tour, bénévole aux côtés de Gérard.

@ Sébastien Le Clézio/Secours Catholique
Notre organisation
Plus d'informations
Notre organisation
# sur le même thème