Jeunes précaires : parrainer l’avenir

Publié le 15/03/2013
Saône-et-Loire
 

Depuis 2004, la délégation de Saône-et-Loire du Secours Catholique soutient financièrement des jeunes en difficulté qui veulent faire des études. C’est le projet Aïcha et Léonard.

À 22 ans, Gwendoline a un agenda chargé. Actuellement en deuxième année de master cosmétique en alternance, elle vit un mois à Guingamp, où se trouve son école privée, et le mois suivant à Orléans, où est installée l’entreprise qui l’accueille. « Mon année de licence professionnelle, en 2010, était pire, se souvient la jeune fille. Pour tenir mon budget, je devais travailler tous les soirs dans un fast-food. »

Depuis deux ans, son emploi du temps s’est allégé : soutenue financièrement par la délégation du Secours Catholique de Saône-et-Loire, elle ne travaille plus que pour son diplôme. « Chaque mois, je reçois environ 200 euros de leur part. Ça change tout », confie-t-elle.

Là en cas de succès mais aussi d’échec

Gwendoline bénéficie du projet Aïcha et Léonard. Ce programme exceptionnel propose une aide financière et un accompagnement à des jeunes de moins de 30 ans pour les soutenir durant leurs études. « En 2004, madame Léonard nous a légué une forte somme, explique Henri Chambon, référent du projet. Cette personne avait passé sa vie à travailler à la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass). En hommage, nous avons voulu utiliser ces fonds pour aider les jeunes. » Le projet était né : un programme pour permettre à des jeunes de familles ayant peu de revenus de faire des études.

Le fonctionnement s’appuie sur un contrat tripartite entre le jeune, la délégation du Secours Catholique et un parrain ou une marraine. « Cela peut être une personne de confiance, ou un bénévole de l’association, ajoute Henri Chambon, quelqu’un qui sera là en cas de succès mais aussi d’échec. Le contrat prévoit toujours une possibilité de redoublement. »

Se concentrer pour travailler

Élisabeth Gondet, ancienne bénévole du Secours Catholique, a parrainé cinq jeunes entre 2004 et 2010. « L’une d’elles, Fatima*, est arrivée d’Algérie à 17 ans. Je l’ai aidée dans le cadre du soutien scolaire proposé par le Secours Catholique quand elle est entrée en terminale S. Au moment des révisions du bac, j’ai réalisé que dans le petit appartement où elle vivait avec ses parents et ses onze frères et sœurs, il n’était pas possible de se concentrer pour travailler. » L’ancien professeur à la retraite l’a alors accueillie une semaine chez elle, pour qu’elle révise au calme.

Son bac obtenu, Fatima a reçu l’aide du projet Aïcha et Léonard pour une année préparatoire à l’école d’infirmières. « Aujourd’hui, elle est préparatrice en pharmacie après s’être formée en apprentissage. Nous continuons à nous voir régulièrement. »

Certains sont soutenus pendant quatre ans

81 jeunes ont été accompagnés depuis la création du projet Aïcha et Léonard. Avec des profils très variés : des jeunes arrêtant l’école à 16 ans pour préparer un certificat d’aptitude professionnelle (CAP), d’autres de plus de 25 ans retrouvant un projet après avoir eu un parcours chaotique. La majorité d’entre eux demande de l’aide pour une licence, un BTS ou une école préparatoire.

Certains sont soutenus pendant quatre ans, d’autres un an seulement. Si l’apport financier est prévu pour un temps limité, les parrains et marraines restent vigilants lors de l’entrée sur le marché du travail.

Élisabeth Gondet se souvient d’Alia*, sa première « filleule », la première jeune aidée par le projet Aïcha et Léonard. « Nous avons financé sa licence professionnelle en chimie, relate-t-elle. Un an après la fin de ses études, quand le laboratoire de recherche dans lequel elle travaillait a perdu son financement, elle s’est engagée en alternance dans une école d’ingénieurs. La délégation du Secours Catholique l’a alors accompagnée avec un prêt d’honneur à taux zéro. Aujourd’hui, elle est salariée d’Airbus. »

* Il ne s’agit pas du prénom véritable.

Sophie Lebrun
© PhotoPQR/Sud Ouest/Maxppp
Notre organisation
Plus d'informations
Notre organisation
# sur le même thème