Les Caritas africaines organisent leur réponse aux urgences

Publié le 24/12/2013
Zimbabwe
 

Du 12 au 14 novembre, Caritas Africa, instance de coordination régionale, a réuni à Harare, au Zimbabwe, son groupe de travail Urgence : les Caritas de République démocratique du Congo (RDC), Burkina Faso, Zimbabwe, Mozambique, Éthiopie, France, Allemagne, Irlande, Espagne, Angleterre et USA.

Ses membres cherchent à organiser une réponse plus rapide et plus efficace aux crises humanitaires, notamment en tentant de diminuer le délai nécessaire aux secours financiers pour arriver sur place (parfois de un à deux mois pour le réseau Caritas).

Répondre à des urgences moyennes

Le “Fonds de solidarité de Caritas Africa”, né en 2012 à leur initiative, en est une illustration. Ce fonds alimenté par quinze Caritas africaines – le continent compte 46 Caritas nationales – permet, par sa souplesse, de financer les premières aides (bâches, couvertures, produits d’hygiène…) après une urgence d’importance moyenne, comme les inondations à Dakar, au Sénégal, en août 2013.

Cette année, en dépit des difficultés pour abonder le Fonds, « nous avons pu remettre 5 000 euros (environ) aux Caritas Sénégal, Namibie, et, récemment, Centrafrique, affirme Jacques Dinan, secrétaire exécutif de Caritas Africa. Une somme apparemment insignifiante, pourtant les bénéficiaires nous ont dit combien ce soutien avait été important, surtout aussi rapidement après une urgence ».

Le savoir-faire des Caritas

Autre initiative nouvelle : assez vite après l’intervention militaire française au Mali (qui a démarré le 11 janvier 2013), les flux croissants de déplacés internes et de réfugiés dans la région (Mauritanie, Niger, Burkina Faso…) ont poussé les Caritas Mali, Niger, Burkina Faso et Sénégal à lancer un appel d’urgence commun puis à élaborer, ensemble, un programme pour organiser la réponse à la catastrophe en cours.

« Nos partenaires africains sont progressivement mieux en mesure de relever le défi de l’urgence, en s’appuyant sur leurs savoir-faire technique, professionnel, relationnel, à l’image de la Caritas RDC, experte dans ce domaine », explique Sébastien Dechamps, responsable des Urgences internationales au Secours Catholique.

Yves Casalis

© Matthieu Alexandre/Secours Catholique
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème