Un plan quinquennal contre la pauvreté

Publié le 11/12/2012
France
 

Jean-Marc Ayrault a clos la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale en annonçant un plan quinquennal. Globalement bien accueillies par les associations, plusieurs mesures de ce plan leur paraissent toutefois insuffisantes.

Prenant la parole à la fin de la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé un effort supplémentaire de 2 à 2,5 milliards d’euros sur cinq ans pour répondre à l’augmentation de la pauvreté. Il a ainsi annoncé plusieurs mesures qui devraient être mises en œuvre dès l’an prochain.

La principale mesure attendue concerne le RSA « socle ». M. Ayrault a indiqué que la base du revenu de solidarité active augmenterait de 10 % d’ici à 2017, soit à un rythme de 2 % par an, en plus de l’indexation annuelle sur l’inflation. Cette annonce a déçu le monde associatif et en particulier le Secours Catholique qui aurait souhaité une hausse de 15 à 25 %.

Le Premier ministre a également annoncé que le plafond de ressources pour accéder à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) serait révisé, permettant à 500 000 personnes supplémentaires d’en bénéficier.

« Garantie jeunes »

Concernant le chômage et la précarité des jeunes, le plan du Premier ministre proposera à 100 000 jeunes non qualifiés un contrat d’insertion dès la rentrée 2013. Intitulé « Garantie jeunes », ce contrat liera la jeune personne au service public de l’emploi et a été décrit par M. Ayrault comme un véritablement accompagnement vers l’emploi, en passant si nécessaire par la formation et l’insertion. Le jeune pourra bénéficier, pendant ses périodes d’inactivité, d’une garantie de ressources d’un niveau équivalent au RSA socle, soit environ 450 euros par mois.

Le plan prévoit également la création en 2013 de 8 000 places d’hébergement pour les sans-abri et les demandeurs d’asile, des aides pour faciliter l’accès à un logement pour 9 000 ménages et la prochaine mise en œuvre d’une « garantie universelle des risques locatifs ».

Quant au surendettement, M. Ayrault a annoncé une mesure que le Secours Catholique propose depuis plusieurs années : la création d’un registre national des crédits aux particuliers.

Changement de discours

Les associations réunies lors de cette grande conférence ont noté « le changement de discours » et ont apprécié que le gouvernement actuel ne stigmatise plus les pauvres.

À l’issue de l’intervention du Premier ministre, Bernard Thibaud, secrétaire général du Secours Catholique, se disait satisfait de l’implication du gouvernement et des points positifs mis en avant, mais se disait déçu par la faiblesse des augmentations du RSA.

Ce plan quinquennal devrait être adopté par le comité interministériel de lutte contre l’exclusion que le Premier ministre réunira le 22 janvier prochain.

Jacques Duffaut
© Xavier de Torres/Maxppp
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème