Des récits de vies en temps de Covid

Notre série "Confinés, et après ?" s'intéresse aux trajectoires de vies en temps de Covid de femmes, d'hommes, de jeunes et d'enfants, à travers leur parole, leur analyse et leur regard.

Le 16 mars 2020, le confinement était décrété, en réponse à la progression de l’épidémie de Covid-19. Une mesure inédite, venue bouleverser le quotidien de chacun. Travail et emploi, ressources financières, vie familiale, scolarité et études, relations sociales… tous les pans de nos vies ont été affectés.
Pour de nombreuses personnes et familles dont la situation était fragile avant la crise sanitaire, les conséquences à court terme de cet épisode exceptionnel ont été difficiles, voire brutales, en faisant basculer beaucoup, du jour au lendemain, dans la précarité. À moyen terme, la crise économique et sociale qui se profile risque d’être tout aussi déstabilisante, aggravant les situations de pauvreté et d’exclusion.
Pour garder trace, donner à voir et surtout à comprendre comment la crise du Covid-19 affecte les plus précaires, le Secours Catholique, qui accompagne chaque année en France près d' un million et demi de personnes, a choisi d’en faire le récit au long cours, avec eux.

Ainsi, pendant plusieurs mois, vous suivrez Marie-Noëlle, Sandra, Daniel, David et d’autres, dans leurs vies d’après confinement. Ils sont parents, en recherche d’emploi, étudiant, cuisinier, agent d'entretien, habitent en ville ou en zone rurale. Ils ont accepté de partager, aux côtés de nos journalistes et de nos photographes, leur traversée de cette crise.

Crédits : 
Journalistes et photographes : Clarisse Briot, Christophe Hargoues, Cécile Leclerc-Laurent, Alexia Eychenne, Anaïs Pachabézian, Xavier Schwebel, Steven Wassenaar.
Coordination : Clarisse Briot, Anaïs Pachabézian
Conception graphique et développement : agence Pepper Cube
 
 
Le dernier épisode
Les témoins
Daniel
David
Laurence et Raphaël
Marie-Noëlle
Sandra

Daniel, 40 ans, a vécu le confinement comme un choc financier, mais aussi psychologique. Ce cuisinier sétois espère que la reprise du tourisme va l'aider à stabiliser sa situation personnelle déjà fragile avant l'épidémie.

David étudie au Havre depuis cinq ans. Cet Équatorien de 26 ans a passé le confinement seul dans son studio. Son stage de fin de cursus, sur lequel il comptait, a été annulé. Un coup dur difficile à encaisser pour le jeune homme pourtant habitué à se débrouiller.

À Cérons, un village au sud de Bordeaux, Laurence et Raphaël, parents de Tyméo, 3 ans, et Inaya, 8 ans, continuent de subir les effets du confinement. En avril, la  jeune femme, aide à domicile en CDD, s'est retrouvée au chômage. Depuis, elle n'a toujours pas pu reprendre le travail. Pour compenser, son mari multiplie les "jobs", partant tôt le matin et rentrant tard le soir. Avec la baisse de leurs revenus, les retards de paiement se sont accumulés et le couple a du mal à en sortir.

Maman seule, Marie-Noëlle, Camerounaise, vit dans un hôtel social à Paris. Elle a supporté difficilement les deux mois et demi de confinement avec ses trois enfants, et a l’impression de devoir tout recommencer à zéro. Un emploi en CDI lui redonne espoir.

Sandra et ses enfants, Océanne et Élias, 20 et 14 ans, vivent à la campagne, à Liesle, dans le Doubs. Le confinement a mis un coup d'arrêt aux démarches professionnelles de la mère de famille. Sa fille Océane rêve d'autonomie. En attendant, avec son frère, elle aide le foyer à subvenir aux besoins essentiels. 

Les épisodes