Au Kenya, un revenu universel garanti pour sortir de la pauvreté

Publié le 06/11/2020
Kenya
Au Kenya, un revenu universel garanti pour sortir de la pauvreté
 

Résoudre le problème de la pauvreté en distribuant de l’argent : tel est le pari de Give Directly, une ONG qui garantit un revenu minimum de base à des milliers de Kényans pendant 12 ans. Instructif au regard du plaidoyer en faveur d'un revenu minimum garanti porté en France par le Secours Catholique.

« Je n’ai plus besoin de demander à mon mari de m’aider », se félicite Wandola (1) qui a investi dans l’achat de 60 poulets, ce qui lui a permis de lancer un commerce. « Avant, je ne savais pas combien je gagnerais à la fin du mois. Maintenant je suis capable de planifier », déclare pour sa part Aswan (1).

Ces habitants du village de Magawa reçoivent chaque mois depuis quatre ans 2 250 shillings kenyans, soit l’équivalent de 20 euros. Ce montant correspond à 0,75 dollar par jour, soit la consommation moyenne d’un adulte kenyan vivant en zone rurale, selon les données de la Banque mondiale et du gouvernement kenyan. Cette somme couvre ainsi uniquement les besoins de base, et non tous les besoins.

Elle est versée par l’ONG Give Directly selon trois principes : il s’agit d’un revenu universel, proposé à tous les villageois quelles que soient leurs ressources ; il est inconditionnel, sans droit de regard sur les dépenses ; il est garanti sur une période donnée.

 

Très longtemps, on a pensé que les pauvres ne pouvaient pas décider eux-mêmes, alors on le faisait pour eux .

Michael Faye, cofondateur de l'ONG Give Directly

À Magawa, comme dans 43 autres villages, environ 5 000 personnes recevront ce revenu durant douze ans ; 80 villages, soit plus de 7 000 habitants, l’ont reçu durant deux ans ; 71 villages, représentant plus de 8 000 personnes, ont reçu le même montant que le groupe précédent, mais sous la forme d’une somme forfaitaire versée à l’avance ; enfin, 100 villages ne reçoivent aucun versement.

L’idée est simple, pour Give Directly : montrer que la promesse de futurs versements d’un revenu de base produit un effet sur la propension des bénéficiaires à investir, à créer une entreprise et à prendre des risques financiers.

À la base du concept, une philosophie : c’est aux gens eux-mêmes de décider de ce qu’ils font de leur argent. « Très longtemps, on a pensé que les pauvres ne pouvaient pas décider eux-mêmes, alors on le faisait pour eux en leur fournissant de l’alimentation, des vaches et des chèvres. Or il s’avère que les pauvres peuvent prendre des décisions pour eux-mêmes », explique Michael Faye (2) cofondateur de Give Directly.

Les pauvres, comme toutes les catégories sociales de la population, sont hétérogènes avec divers besoins qui requièrent des solutions diverses. « On doit avant tout demander aux personnes concernées, poursuit Michael Faye (1). Pour moi, l’argent liquide devrait être la référence dans le secteur de l’aide. »

Une relative protection face au coronavirus

Depuis le début de la pandémie, des chercheurs (3) ont démontré que les bénéficiaires du revenu durant douze ans avaient moins souffert de la faim que les habitants du groupe qui n’avait rien reçu. Par ailleurs, les bénéficiaires ont eu moins de malades parmi les membres de leur famille.

Peut-être le fait d’avoir un peu plus d’argent leur a-t-il permis de mieux manger, d’accéder à de l’eau saine ou de se reposer quand ils en avaient besoin. Pour autant, les bénéficiaires ont subi des pertes de revenu causées par la mise en place de nouvelles entreprises non agricoles dans lesquelles ils avaient investi, ce qui amène les chercheurs à constater que le revenu de base n’est pas conçu pour faire face à des situations aussi extrêmes.

Mais, ajoutent-ils, la possibilité d’accéder à des suppléments de revenu a aidé pendant la pandémie, et incité les bénéficiaires à prendre plus de risques quant à leur revenu. Reste à connaître les résultats et les conclusions que l’on pourra tirer de ce revenu de base sur la durée, après la période des douze ans. Il faudra attendre 2028.

1. Citation provenant de Prospect Magazine.
2. Citation tirée de National Public Radio (NPR).
3. Abhijit Banerjee, Michael Faye, feu Alan Krueger, Paul Niehaus et Tavneet Suri, dont l’étude est à lire ici.

 

Le regard de  Daniel Verger, responsable du pôle Études, recherche et opinions au Secours Catholique
 
L’initiative de Give Directly est fort intéressante et s’inspire de la méthodologie du Poverty Action Lab. Il est notamment utile d’analyser les effets de mesures diverses, en donnant à plusieurs villages des régimes d’aides différents. Par ailleurs, ce projet a le mérite de faire confiance aux personnes en situation de pauvreté. En leur donnant un revenu, on les sécurise et on les aide à sortir la tête hors de l’eau en leur permettant de prendre plus de risques et d’initiatives. Quand le lendemain est fait d’incertitudes, il est difficile de se projeter dans l’avenir, de se lancer par exemple dans un projet d’emploi.
Au Secours Catholique, nous avons la conviction que nous ne pouvons pas décider à la place des pauvres, il faut plutôt leur donner du pouvoir d’agir en les accompagnant sur leur propre chemin. Tout cela plaide pour un revenu minimum qui serait donné automatiquement et sans contrepartie, c’est-à-dire sans sanction, contrairement à ce qui existe actuellement avec le RSA en France. Ce n’est pas parce que les personnes ratent leur rendez-vous à Pôle emploi qu’il faut leur faire perdre leurs ressources, il faut au contraire leur faire confiance et les sécuriser. Par ailleurs, comme Give Directly, au Secours Catholique nous croyons à un revenu qui couvre les besoins de base et qui soit garanti sans limitation de durée.
En revanche, à nos yeux, il ne peut pas être universel en France, à l’inverse du Kenya, un milieu rural où le différentiel de richesse est modeste. Pour nous, le revenu minimum garanti doit tenir compte des ressources et atteindre 50 % du niveau de vie médian (soit 893 €) pour lutter contre l’extrême pauvreté.
Cécile Leclerc-Laurent
Crédits photos : © Lionel Charrier / M.Y.O.P.
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème