Caritas veut relever le défi de l’autonomie alimentaire

Publié le 12/06/2012
Mexique
 

Entre sécheresses et inondations à répétition, paupérisation croissante et malnutrition, la Caritas de San Cristóbal de Las Casas, au sud du Mexique, veut relever le défi de l’autonomie alimentaire. Cela en s’appuyant sur les 830 paysans engagés dans le projet soutenu par le Secours Catholique dans le Chiapas.

Ils seront 5 000 ruraux, si l’on compte leurs familles, à récolter les fruits de ce travail – lancé en décembre 2011 et devant s’achever en novembre 2014 – permettant d’avancer dans trois directions.

Formation à une culture écologique exigeante

Les 830 agriculteurs vont se former à la maîtrise de techniques pointues pour mettre en place des cultures durables : préparation, protection et conservation des sols, pratiques phytosanitaires (soins aux végétaux), élaboration d’engrais et d’insecticides biologiques, sélection et conservation des semences… Les intrants nécessaires leur sont et seront donnés (plantules, semences, outils). Des volontaires effectueront des démonstrations dans des exploitations pilotes, lieux de développement et de diffusion de semences locales améliorées (maïs et haricots). Apprenant constamment à se soucier davantage de la préservation de la biodiversité, les 830 agriculteurs organiseront trois foires d’échanges de semences locales et élaboreront un registre de celles qui auront été récupérées.

Renforcement des capacités productives agricoles

Le projet encourage les 830 paysans à diversifier leurs productions pour en augmenter le total, autour de la tradition de la culture « milpa » – maïs, haricots, citrouilles –, en introduisant des plantations de café, de bananiers, le piment, la chayotte, les herbes médicinales. À noter qu’au même moment, l’État promeut des monocultures pour favoriser des produits, comme le biodiésel, destinés à l’exportation. Le projet prévoit en outre d’initier les paysans à la protection des espèces locales et à une utilisation respectueuse des ressources naturelles, à travers dix « parcours écologiques ».

Amélioration de l’organisation et de la gestion communautaire

Trente organisations communautaires, déjà expérimentées dans la gestion de crédits pour l’achat de maïs, vont améliorer leurs compétences en gestion et leur fonctionnement interne en participant à des modules de « gestion de crédit », de « renforcement organisationnel » et d’« économie solidaire ». Ce qui supposera, par exemple, une définition précise des responsabilités individuelles et collectives. Fortes de leur nouveau savoir-faire, dix paroisses du diocèse devraient savoir, à la fin du projet, gérer un stock de maïs communautaire destiné à faire face aux pénuries.

Ce partenaire est appuyé par le Secours Catholique depuis 2008, d’abord sur un projet de santé de communautaire, toujours dans cette région du Chiapas, ainsi que sur le thème de la sécurité alimentaire. Ce projet d’un montant de plus 300 000 euros, sur trois ans, est soutenu par le Secours Catholique pour moitié.

© G. Bartoli/Maxppp
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème