Collecte nationale : donnez pour agir !

Publié le 19/11/2013
 

Comme chaque troisième dimanche de novembre, ce week-end les acteurs du Secours Catholique investiront les rues, les marchés et les églises, pour récolter les dons qui permettront durant toute l’année de financer les actions de l’association menées par plus de 60 000 bénévoles. Accompagnement,  jardins solidaires, aide aux familles en difficulté, soutien aux personnes sans domicile… florilège des actions menées grâce à vos dons par plus de 80 délégations  à travers toute la France.

Épauler les familles

La famille suscite toute l’attention des équipes du Secours Catholique car elle constitue le premier lieu de vie sociale et l’une des clés de l’insertion.

Dans la Drôme et en Ardèche, 30 % des familles accueillies sont monoparentales avec pour la plupart, la mère comme chef de famille. Les bénévoles accompagnent les familles dans la globalité de leur vie quotidienne pour mieux prévenir l’urgence. Divers ateliers leur sont proposés : sur la gestion budgétaire, autour de réflexions sur le thème de la parentalité. Véritables lieux d’entraide entre parents.

Accueillir les personnes exclues

Près de 2 500 lieux d’accueils du Secours Catholique offrent à ceux que la société a exclus des espaces de rencontres où des liens se nouent. Les équipes de bénévoles développent des activités en groupe qui favorisent la rencontre, brisent la solitude, et développent les talents. Se retrouver avec d’autres permet l’ouverture, incite à la solidarité.

À Bordeaux, les personnes reçues à la Halte peuvent se poser, échanger quelques nouvelles, confier leurs difficultés, mais aussi prendre un petit déjeuner, se doucher, se raser et laver leur linge. Les bénévoles, engagés dans ces lieux d’accueil, prennent le temps de l’écoute et de l’échange avec les personnes : c’est le début d’un accompagnement.

Accompagner la scolarité

L’aide aux devoirs est le prétexte d’un accompagnement global, d’un suivi éducatif, pédagogique offert à des jeunes en primaire ou au collège qui connaissent des difficultés scolaires et parfois, socio-éducatives. Cette aide ne concerne pas uniquement les notes et les devoirs, mais aussi le bien-être de l’enfant. Plus de 5 000 bénévoles à travers la France sont engagés dans ces actions.

En Alsace, près de vingt-deux équipes accompagnent les enfants en difficulté dans leur scolarité ; plus de deux cents personnes s’y impliquent. Elles enrichissent l’action par des sorties au parc, au cinéma, à la campagne, qui favorisent l’ouverture au monde pour l’enfant et sa famille.

Guider les plus fragiles sur le chemin le retour à l’emploi

Le Secours Catholique s’efforce d’être près de ceux qui sont privés d’emploi. Si le travail représente la façon la plus ordinaire d’avoir une place dans la société, le chômage exclut ceux qui en sont victimes.

Dans le Rhône, où sept ateliers Emploi fonctionnent, les bénévoles soutiennent les personnes au chômage. En complément des aides matérielles, ils les aident à reprendre confiance et à se mettre en valeur. Ils les conseillent dans leurs démarches. Puis en complément de l’entretien individuel, ils leur proposent une démarche collective, en groupe. Les progrès et réussites des uns deviennent sources de motivation pour les autres.

Permettre de partir en vacances pour rencontrer l’autre

L’accès aux vacances et aux loisirs est un des moyens de favoriser les évolutions personnelles ou familiales. Cela permet aux familles de quitter leur environnement, de favoriser des rencontres avec d’autres, d’organiser des projets, de reprendre confiance en soi. Près de 2 000 enfants partent chaque année en vacances avec le Secours Catholique.

Dans le Loir-et-Cher, venus du sud, du nord du département ou même du Loiret, séjournant parfois à quelques kilomètres de chez eux, à Madon, à Areines, à Montoire ou à Saint-Firmin-des-Prés, les enfants ont découvert une nouvelle famille pour deux semaines de vacances. Tout le monde s’enrichit dans ce partage au quotidien : partage de chambre, partage de repas, de jeux, de sourires, de bonne humeur et de souvenirs.

Donner accès à une alimentation saine grâce aux épiceries solidaires

Les épiceries solidaires, qui apportent une aide alimentaire aux familles en situation précaire, se situent dans des communes de taille importante. Mais la pauvreté, même si elle se voit moins, existe aussi dans le milieu rural. Et les personnes en difficulté éloignées de tout ne disposent pas de budget pour se déplacer.

Dans le Loir-et-Cher, le projet Kadymobile répond à ce manque en assurant la livraison de paniers d’alimentation dans les lieux d’accueils du Secours Catholique à proximité des lieux de vie de ces personnes isolées. Ils sont préparés à partir des commandes établies par les bénéficiaires eux-mêmes. Ce fonctionnement peut être comparé à celui d’un drive social. Ces lieux sont animés par des bénévoles qui assurent une présence solidaire et créent du lien social.

Créer du lien grâce aux jardins solidaires

Les équipes du Secours Catholique, seules ou avec des partenaires, créent des jardins dits solidaires. Produire ensemble, découvrir les autres, partager le fruit des efforts de tous sont les principaux objectifs de ces équipes pas ordinaires.

À Brest, depuis mars 2011, une équipe se retrouve deux après-midi par semaine, au parc du centre de Kéraudren, dans les 1 500 m² du jardin solidaire mis à disposition par le diocèse. La production dont une part est expédiée aux épiceries sociales du Secours Catholique est partagée et les jardiniers participent à leur tour à la solidarité avec d’autres.

Offrir de s’habiller dignement grâce aux boutiques solidaires

À travers toute la France, le Secours Catholique développe des boutiques solidaires dans lesquelles les plus défavorisés peuvent venir se procurer des vêtements à moindre coût. À Paris, la boutique solidaire Bis est liée à un projet d’insertion.

 

Marie-Hélène Content
© Sébastien Le Clézio/Secours Catholique
Notre organisation
Plus d'informations
Notre organisation
# sur le même thème