Énergie : la précarité gagne du terrain

Publié le 04/09/2014
Montpellier
Énergie : la précarité gagne du terrain
 

À l’heure où une transition énergétique pour limiter le réchauffement de la planète devient nécessaire, le Centre de recherche et d’action sociales (CERAS), partenaire du Secours Catholique, s’interroge sur le respect de la justice sociale dans le cadre de cette évolution et tiendra une conférence pour tenter d’y répondre du 10 au 12 septembre à Paris.

« La transition énergétique se traduira forcément par une augmentation des prix de l’énergie ce qui risque de pénaliser les plus pauvres qui peinent déjà à payer leurs factures », explique François Boulot, bénévole spécialisé sur ce sujet au Secours Catholique et membre, à ce titre, de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE).

Un pic de demandes d’aides financières en 2013

« Entre 2012 et 2013, le budget que le Secours Catholique a consacré à l’aide au paiement de factures d’énergie a augmenté de 23 %. Il avait déjà doublé ces dix dernières années », affirme François Boulot. Le bénévole explique cet accroissement par la hausse incessante des prix de l’énergie face à la stagnation des revenus et des aides publiques, notamment le Fond de solidarité pour le logement (FSL), mais surtout par un hiver 2013 rigoureux et long. « Certaines personnes se chauffaient encore en juin ! », se souvient-il.

Très rapidement, les budgets publics de certaines régions ont été épuisés et les délégations du Secours Catholique submergées par les demandes d’aide financière qui ont augmenté d’environ 20 % dans chacune d’entre elles.

Dans l’Hérault, par exemple, le montant des aides allouées à l’énergie par le Secours Catholique a augmenté de 20 % en 2013 (hormis à Montpellier). Dans la préfecture du département, la délégation comptait 330 financements pour 55 000 euros en 2013 contre 270 pour 47 850 euros en 2012. Et les demandes ont été bien plus nombreuses. « Nous arrivons désormais à y répondre sans obligatoirement donner de l’argent mais en adaptant aux mieux les besoins des personnes à leur consommation ou en obtenant un échelonnement de la dette », explique Geneviève Silberstein, bénévole en charge d’un accueil Énergie du Secours Catholique à Montpellier.

Des gestes simples pour économiser

Par ailleurs, le Secours Catholique de Montpellier propose chaque mardi matin depuis décembre 2012 un atelier éco-gestes. « L’objectif est d’apprendre aux personnes que nous accompagnons des gestes simples pour faire des économies d’énergie. Cela se traduit, par exemple, par mettre un couvercle sur une casserole lorsqu’on fait bouillir de l’eau, couper l’électricité, l’eau et le gaz lorsque la personne quitte son domicile pour plusieurs jours, etc », détaille Geneviève Silberstein qui anime ces ateliers. Ainsi certaines familles ont vu leur facture d’énergie baisser significativement. En 2013, 320 personnes ont assisté à 40 ateliers.

Une convention avec EDF vraiment utile

Depuis 2010, le Secours Catholique a un partenariat national avec EDF afin de faciliter le lien des bénévoles de l’association avec les équipes solidarité EDF pour mieux accompagner les familles en difficulté, empêcher les coupures, favoriser l’accès aux tarifs sociaux EDF et détecter des dysfonctionnements dans les dispositifs d’aides. « Cette convention a été très utile dans le travail de nos bénévoles en faveur des familles les plus pauvres », affirme François Boulot. La convention de partenariat a été renouvelée en novembre dernier.

Clémence Véran-Richard

Retrouver sur le site du Ceras toutes les informations à propos du colloque "Quelle justice sociale à l’heure de la transition énergétique ?" qui se tient du 10 au 12 septembre.

 

 

© Jean-François Frey/Photo PQR/L’Alsace
Trois hommes admirent leur récolte de salade
Plus d'informations
Économie solidaire
# sur le même thème