Factures : la précarité énergétique gagne du terrain

Publié le 05/11/2014
France
Factures : la précarité énergétique gagne du terrain
 

Pour les personnes rencontrées par le Secours Catholique-Caritas France en situation d’impayés (60,4 %), la part de ces arriérés liée à la fourniture d’énergie a progressé de 38,6 % en 2010 à 42,4 % en 2013.

Parmi les 1,5 million de personnes rencontrées par le Secours Catholique en 2013, 60 % sont en situation d’impayés dont 42 % à cause des dépenses d’énergie. De fait, le budget que le Secours Catholique a consacré à l’aide au paiement de factures d’énergie a quasiment doublé ces dix dernières années (+ 90 % entre 2004 et 2012) et il a augmenté de 23 % entre 2012 et 2013.

« Cet accroissement s’explique par la hausse incessante des prix de l’énergie face à la stagnation des revenus et des aides publiques, notamment le Fonds de solidarité pour le logement (FSL), mais aussi par un hiver 2013 rigoureux et long, déclare François Boulot, bénévole spécialisé dans ce domaine au Secours Catholique et membre de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE). Certaines personnes se chauffaient encore en juin ! »

Les personnes en précarité énergétique rencontrées vivent essentiellement dans des communes de moins de 5 000 habitants (32,3 %). Elles sont seulement 18 % à vivre dans une commune de plus de 100 000 habitants. « Les petites communes comptent plus de pavillons que d’appartements. Or les premiers sont plus difficiles à chauffer », explique François Boulot.

Le Secours Catholique a présenté ses propositions dans le cadre de l’élaboration de la loi sur la transition énergétique examinée à l’Assemblée nationale en octobre dernier, afin que les plus pauvres ne pâtissent pas de l’augmentation tarifaire induite par le texte de loi.

 

Clémence Véran-Richard
Crédits photos : © Sébastien Le Clezio / Secours Catholique-Caritas France
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème